Nadine Morano s'en prend à Emmanuel Macron au Parlement européen

Nadine Morano s'en prend à Emmanuel Macron au Parlement européen

L'eurodéputée est intraitable en ce qui concerne l'image de Nicolas Sarkozy (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 23 juillet 2017 à 20h37

Elle lui reproche de n'avoir pas cité Nicolas Sarkozy lors de son hommage à Helmut Kohl le 1er juillet 2017.

Même s'il n'est plus président de la République, ni même candidat, Nadine Morano tient à ce qu'on respecte son mentor, Nicolas Sarkozy. Et gare à ceux qui lui manqueraient de respect, souligne le Journal du Dimanche (JDD) qui rapporte une anecdote impliquant l'eurodéputée dans sa rubrique "Indiscrets".



Le 1er juillet dernier, Emmanuel Macron a rendu hommage à Helmut Kohl, aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, au Parlement européen, pour saluer la mémoire de celui qui fut l'un des artisans majeurs de la réunification allemande et de l'Union économique et monétaire.

"IL Y A UN PROTOCOLE À RESPECTER !"

Dans son discours, le président de la République a déclaré qu'Helmut Kohl "fut pour la France un interlocuteur privilégié, un allié essentiel, mais il fut plus aussi plus que cela, il fut un ami".

Le tout sans mentionner une seule fois le nom de Nicolas Sarkozy, pourtant présent dans la salle.

Selon le JDD, Nadine Morano a fondu sur Emmanuel Macron "sitôt la cérémonie terminée" pour lui faire savoir son mécontentement. "Ce n'est pas bien de ne pas avoir cité Nicolas Sarkozy. Il y a un protocole à respecter !", aurait-elle lancé au chef de l'Etat.

Nadine Morano semble depuis avoir digéré cette infraction au protocole et se félicite que les deux hommes aient récemment dîné ensemble au début du mois de juillet. Récemment, Nicolas Sarkozy s'est d'ailleurs dit "bluffé" par Emmanuel Macron.

 
349 commentaires - Nadine Morano s'en prend à Emmanuel Macron au Parlement européen
  • Si on résume:
    Acte1
    palinsectelutin (privé) - 24 juillet, 21:46
    "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles de monsieur Emmanuel Macron notre président de la république. Brigitte est là, c'est elle qui veille sur lui, ce qu'elle fait très bien. Restez à la place qui est la vôtre. Non mais... C'est toujours plus vert chez les autres !"
    Acte2
    palinsectelutin (privé) – 13 septembre
    "Eh oui : pourquoi s'occuper de remonter les bretelles... Et en s'adressant à Nadine : "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles...?" Quand on sait lire, on comprend le sens de la ponctuation !!! Je rajoute votre appréciation au pot-pourri que j'ai ouvert pour vous et qui s'agrandit chaque jour davantage !"
    Acte3
    rebadaboum le 13septembre
    bien tenté palinsectelutin, c'est exactement la réaction que j'attendais de ta part puisque le fameux "R" n'était là que pour faire diversion. Alors dis moi où est le point d'interrogation dans le billet original? Je te remercie de m'apprendre la lecture et la ponctuation, je sais que je suis à la bonne école, et tu m'as toujours appris , qu'une phrase qui commence par un adverbe d'interrogation doit se terminer par un point d'interrogation, n'est ce pas?

    ayalou palinsec etc
    "Pourquoi il ne faut jamais donner de conseils quand on ne sait pas" Une phrase injonctive ne commence jamais par un adverbe d'interrogation.

    On écrit donc:
    soit
    "Pourquoi il ne faut jamais donner de conseils quand on ne sait pas?"
    soit pour une injonction:
    "C'est pourquoi il ne faut jamais donner de conseils quand on ne sait pas."

    ayalou pour ce qui est des phrases "injonctives" dont tu viens me donner des leçons sur mon journal en voici les règles grammaticales:

    La phrase injonctive ou impérative sert à donner des ordres, des conseils ou une interdiction.
    Elle peut se terminer par un point (.) ou par un point d'exclamation (!).
    Exemples :
    - Écoute bien cette leçon.
    - Arrête de jouer au ballon dans la rue !

  • Si on résume:
    Acte1
    palinsectelutin (privé) - 24 juillet, 21:46
    "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles de monsieur Emmanuel Macron notre président de la république. Brigitte est là, c'est elle qui veille sur lui, ce qu'elle fait très bien. Restez à la place qui est la vôtre. Non mais... C'est toujours plus vert chez les autres !"
    Acte2
    palinsectelutin (privé) – 13 septembre
    "Eh oui : pourquoi s'occuper de remonter les bretelles... Et en s'adressant à Nadine : "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles...?" Quand on sait lire, on comprend le sens de la ponctuation !!! Je rajoute votre appréciation au pot-pourri que j'ai ouvert pour vous et qui s'agrandit chaque jour davantage !"
    Acte3
    rebadaboum le 13septembre
    bien tenté palinsectelutin, c'est exactement la réaction que j'attendais de ta part puisque le fameux "R" n'était là que pour faire diversion. Alors dis moi où est le point d'interrogation dans le billet original? Je te remercie de m'apprendre la lecture et la ponctuation, je sais que je suis à la bonne école, et tu m'as toujours appris , qu'une phrase qui commence par un adverbe d'interrogation doit se terminer par un point d'interrogation, n'est ce pas?

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    Bizarre, bizarre ! Il parle seul ! Et il va encore dire que ses interlocuteurs ont encore gommé leurs réactions !!!

    allons fréro c'est toi qui parle seul regarde bien.

    Le point d'interrogation se place à la fin d'une phrase interrogative (interrogation directe). L'intonation est montante par exemple:
    « Pourquoi, madame Durand, s'occuper de remonter les bretelles de monsieur Dupont ? »

    Dans l'interrogation indirecte, on utilise le point et non pas le point d'interrogation par exemple:
    « Je me demande pourquoi, madame Durand, s'occupe de remonter les bretelles de monsieur Dupont. »

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    « Je me demande pourquoi, madame Durand, s'occupe de remonter les bretelles de monsieur Dupont. »
    Dans cette phrase, offerte à notre sagacité, nous relevons l'utilisation de la ponctuation comme obsolète, phraseuse et inconsistante. La séparation du sujet et de son action (du verbe) a quelque chose d'incongru. Madame Durant s'occupe de ses révisions... encore faut-il qu'elle veuille réviser.

    yayalou

    "Pourquoi il ne faut jamais donner de conseils quand on ne sait pas" Une phrase injonctive ne commence jamais par un adverbe d'interrogation.

    On écrit donc:
    soit
    "Pourquoi il ne faut jamais donner de conseils quand on ne sait pas?"
    soit pour une injonction:
    "C'est pourquoi il ne faut jamais donner de conseils quand on ne sait pas."

    frero il ne suffit pas d'affirmer il faut démontrer, j'attends que tu le démontres par des règles précises. C'est comme lorsque tu affirmes que Georges Brassens était auvergnat alors que tout le monde sait qu'il est né à Sète.

    ayalou pour ce qui est des phrases "injonctives" dont tu viens me donner des leçons sur mon journal en voici les règles grammaticales:

    La phrase injonctive ou impérative sert à donner des ordres, des conseils ou une interdiction.
    Elle peut se terminer par un point (.) ou par un point d'exclamation (!).
    Exemples :
    - Écoute bien cette leçon.
    - Arrête de jouer au ballon dans la rue !

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    Il a dû manger des litres de son pour nous montrer la vraie longueur de ses oreilles...

  • avatar
    jpfrerot  (privé) -

    Nadine (que j'adore) a dit à badaboum la même chose que Sarkozy, son mentor, lors du salon de l'agriculture... Comme je la comprends !

  • palinsectelutin (privé) - 24 juillet, 21:46
    "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles de monsieur Emmanuel Macron notre président de la république. Brigitte est là, c'est elle qui veille sur lui, ce qu'elle fait très bien. Restez à la place qui est la vôtre. Non mais... C'est toujours plus vert chez les autres !"

    Au théâtre ce soir "Bescherelle échec et mat" pièce en 3 actes.
    Acte1
    palinsectelutin (privé) - 24 juillet, 21:46
    "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles de monsieur Emmanuel Macron notre président de la république. Brigitte est là, c'est elle qui veille sur lui, ce qu'elle fait très bien. Restez à la place qui est la vôtre. Non mais... C'est toujours plus vert chez les autres !"
    Acte2
    palinsectelutin (privé) – 13 septembre
    "Eh oui : pourquoi s'occuper de remonter les bretelles... Et en s'adressant à Nadine : "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles...?" Quand on sait lire, on comprend le sens de la ponctuation !!! Je rajoute votre appréciation au pot-pourri que j'ai ouvert pour vous et qui s'agrandit chaque jour davantage !"
    Acte3
    bien tenté palinsectelutin, c'est exactement la réaction que j'attendais de ta part puisque le fameux "R" n'était là que pour faire diversion. Alors dis moi où est le point d'interrogation dans le billet original? Je te remercie de m'apprendre la lecture et la ponctuation, je sais que je suis à la bonne école, et tu m'as toujours appris , qu'une phrase qui commence par un adverbe d'interrogation doit se terminer par un point d'interrogation, n'est ce pas?

    avatar
    yayalou  (privé) -

    Après les vers, il s'essaye au théâtre ! L'Académie française n'est pas encore gagnée (ni méritée, il faut le dire).

    yayalou palinsec... par contre ça fait longtemps que je me suis mis à la musique et, en m'accompagnant à la guitare, je te dédis la très belle chanson de Georges Brassens , "Le temps ne fait rien à l'affaire", c'est parti.....

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    A propos, ce Brassens dont tu parles, c'est bien l'Auvergnat, comme tu disais il y a seulement quelques jours ? J'imagine que si tu écoutais "Gare au gorille", tu le ferais naître dans une forêt du Congo... Pour le reste, et concernant le Bescherelle, je continue à la faire, la conjugaison. Une nouvelle remarque : dédier, verbe du premier groupe... Mais ronchon qui s'en dédit (verbe du troisième groupe) !!! Je retourne, avec mon bescherelle vers mon devoir et ma passion...

    mais oui fréro , tout le monde sait que Brassens n'était pas auvergnat voyons, c'est exactement ce que j'ai écrit ici bas, je ne comprends pas que tu le répètes.Tu croyais qu'il état de quelle région?

    ayalou palinsec....si elle était excellente, cette phrase, pourquoi l'as tu corrigée toi même en ajoutant un point d'interrogation? Bon récapitulons en reprenant la phrase originale:
    "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles de monsieur Emmanuel Macron notre président de la république."
    Les phrases correctes seraient soit:
    "Pourquoi, madame Morano, s'occuper de remonter les bretelles de monsieur Emmanuel Macron notre président de la république?"
    soit:
    "Pourquoi madame Morano s'occupe de remonter les bretelles de monsieur Emmanuel Macron notre président de la république? »
    Dans les deux cas il manque un point d’interrogation et dans le deuxième deux virgules de trop et le verbe s’occuper n’est pas à l’infinitif.Moi j'ai toujours appris qu'une phrase qui commence par un adverbe interrogatif, doit se terminer par un point d'interrogation. C'est incontournable, c'est dans le Bescherelle.

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    Es-tu sûr et certain, badaboum, que ce cher Brassens ne venait pas du Congo !? Surtout quand il chante : "Gare au gorille..."

    frero ça c'est ton interprétation, mais cependant dans la chanson que tu cites , je te vois bien à la place du juge.

    avatar
    palinsectelutin  (privé) -

    "Sans interprétation possible, monsieur badaboum, on sait que monsieur jpfrerot est en train de travailler avec son bescherelle avec une apprenante qui ne vous est pas inconnue et qui a enfin trouvé un maître à la hauteur de ses ambitions. Pour le reste, continuez vos interprétations, elles nous amusent beaucoup !"

    palinsec...s'il est chez toi , passe lui le bonjour de ma part.

    palinsec... dans la chanson de Brassens que cite fréro, surtout ne vous disputez pas la place du juge, quand il y en a pour un il y en a pour 2.

    avatar
    jpfrerot  (privé) -

    Vous avez raison, monsieur palinsectelutin ; les progrès sont fulgurants et le bescherelle est maîtrisé. Merci de vos éloges, l'élève est douée et c'est un vrai plaisir que de travailler avec elle. Son plein épanouissement est une grande satisfaction.

    fréro tu reviens des Ardennes pour conjuguer avec palinsec...?

    au fait lequel de vous deux a joué le rôle du juge.

    fréro je te confirme que Georges Brassens n'est pas auvergnat comme tu l'affirmait, il est né à Sète. Tiens à sa mémoire je te dédie "Le temps ne fait rien à l'affaire" et "Le Gorille". Je t'imagine très bien à la place du juge.

  • avatar
    wut  (privé) -

    Je parle...je parle...je parle....a propos de tout et de pas grand chose......

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]