Mort du petit Ilyès à l'hôpital : un procès pour comprendre

Mort du petit Ilyès à l'hôpital : un procès pour comprendre

L'entrée de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul de Paris, le 25 décembre 2008.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 25 septembre 2016 à 14h13

Une infirmière, un cadre de santé et un pharmacien sont jugés à partir de ce lundi 26 septembre pour la mort d'Ilyès, 3 ans, le soir du réveillon de Noël 2008 à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul (XIVe arrondissement de Paris). Hospitalisé pour une angine, le petit garçon était décédé à cause d'une erreur de perfusion.

Comment a-t-on pu en arriver là ? Les parents du petit garçon "ne comprennent toujours pas", a déclaré à l'AFP leur avocate, Me Anne-France Roux.

Ils attendent que les uns et les autres "prennent leurs responsabilités" et que de "lourdes sanctions" soient prononcées. Les trois prévenus sont poursuivis pour homicide involontaire, tout comme l'Assistance-Publique hôpitaux de Paris (AP-HP). Celle-ci, poursuivie en tant que personne morale, a "toujours reconnu" sa responsabilité, a déclaré à l'AFP son avocat, Me Benoît Chabert.

DEUX FLACONS RESSEMBLANTS

Emmené à l'hôpital par ses parents dans la matinée du 24 décembre 2008, l'enfant était décédé après qu'une infirmière lui eut administré une perfusion de chlorure de magnésium au lieu d'un sérum glucosé, le B46, destiné à le réhydrater, ce qui a provoqué un arrêt cardiaque. Expérimentée, exerçant alors depuis 11 ans, dont quatre dans l'établissement, l'infirmière avait reconnu lui avoir administré le produit par erreur. Le chlorure de magnésium n'aurait jamais dû se trouver là. Les deux flacons étaient extrêmement ressemblants, même bouchon, même étiquette de couleur bleue. Seule l'inscription était différente.

Le chlorure de magnésium, produit habituellement bénin, devient toxique "à très fortes doses". Or, le flacon utilisé contenait un produit pur qui devait être dilué avant utilisation. Mais à l'origine de cette affaire se trouve une commande de B46 passée par l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul à l'hôpital Cochin, dont il dépend. Cochin a répercuté cette commande à la pharmacie centrale des hôpitaux de Paris en même temps qu'une autre commande de chlorure de magnésium.

Première erreur mise en exergue par l'enquête, 12 flacons de chlorure de magnésium avaient été acheminés à Saint-Vincent-de-Paul. C'est là qu'une deuxième erreur, celle du contrôle de la livraison du produit commandé, aurait été commise. Le carton avait alors été entreposé dans la réserve pharmaceutique centrale. Trois flacons provenant de ce carton pris pour du B46 avaient alors été retirés, sans contrôle de l'étiquetage, pour être placés dans les réserves de deux services. L'un est à l'origine de la mort du petit garçon. Les deux autres avaient été retirés après le drame qui avait à l'époque ouvert une polémique sur la situation des hôpitaux français. Le procès est prévu jusqu'au 5 octobre devant le tribunal correctionnel de Paris.

 
6 commentaires - Mort du petit Ilyès à l'hôpital : un procès pour comprendre
  • Et bien pour les parents comme pour les protagonistes cela a dû être bien long d'attendre le procès. Comment peut-on brancher une perfusion dans regarder le nom du produit inscrit ? Erreur là aux conséquences terribles . Je pense aux parents mais aussi à l'infirmière qui a commis cette méprise fatale au petit garçon. Quelle vie depuis ce drame ?

  • On parle de ce pauvre petit garçon mais on ne parle pas des adultes qui rentrent à l'hôpital pour un petit problème et qui en ressortent les pieds devant ! c'est une honte !

    avatar
    jtjt  (privé) -

    Faux on attaque aussi l'hôpital, on s'en prend au docteur, aux spécialistes, aux infirmières, etc.

  • Quelle honte qu'il faille 8 ans pour juger une telle affaire ! A quel rythme travaille les intervenants du monde judiciaire ! Combien de jours de RTT ? C'est pire que les fonctionnaires !

    C'est exactement ma réaction ! hallucinant ! ! quand même il fallait faire une comparution immédiate ! seule l'infirmière est responsable ! elle sait lire ! c'est la première chose à faire quand on doit administrer un médicament ! d'autant !! on ne fait pas ce genre "d'erreur" !

  • un enfant emmené en urgence et qui est décédé suite à des erreurs médicales, la sanction doit tombé en désignant les responsables depuis la pharmacie jusqu 'à l' infirmièr( e)

  • L'Ordre des médecins interdit la publicité pour les cabinets d'urgence, donc les urgences de l'hôpital sont surchargées alors que pour une angine il n'y a pas besoin d'hôpital, le médecin de quartier spécialisé dans les urgences peut très bien faire............., mais l'ordre c'est l'ordre, pouvoir quand je te tiens, je ne veux plus te lâcher..........

    Certains préfèrent aller là où c'est gratuit , ils encombrent les urgences avec la bobologie et se permettent de râler s'ils ne passent pas assez vite

    mon médecin a pris des vacances.vu hier en passant devant son cabinet, aller aux urgences de l'hôpital en cas de besoin. pas nécessaire de ne pas vouloir payer, il n'y a plus ou (pas) de remplaçants et nos médecins ont (aussi) besoin de vacances

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]