"Mort de #Chirac" : Christine Boutin, la serial tweeteuse a encore frappé !

"Mort de #Chirac" : Christine Boutin, la serial tweeteuse a encore frappé !

Christine Boutin assistait à un meeting à La Baule le 5 septembre 2015.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 21 septembre 2016 à 21h47

Elle a provoqué l'ire des internautes et a mis en ébullition les rédactions. Christine Boutin a annoncé la mort de l'ancien président de la République Jacques Chirac avant que la famille n'infirme cette triste nouvelle.

Il est à peine midi ce mercredi quand cette ancienne ministre de François Fillon, et présidente d'honneur du Parti Chrétien Democrate, envoie un tweet laconique : "Mort de #Chirac".

Tout le monde s'interroge alors : l'ex-chef de l'État est-il décédé ? Non, assure son gendre, Frédéric Salat-Baroux. "Il n'y a rien de plus à ajouter, le président Chirac est traité pour une infection pulmonaire et je veux rendre hommage à l'exceptionnelle qualité des équipes médicales", a-t-il déclaré à la mi-journée.



Pourquoi alors Christine Boutin n'a-t-elle pas retiré son tweet ? "J'ai eu cette information qui me semble venir d'une source sûre. C'est une information que, je crois, attendent les Français. C'est une attente forte des Français, il suffit de voir le buzz autour de cette histoire. Et mon tweet était très sobre", s'est justifiée dans l'après-midi Mme Boutin, ajoutant seulement ""Je retirerai mon tweet si j'ai un vrai démenti".

Comme le rappelle Le Monde, qui a pu obtenir une courte interview de l'ex-ministre dans l'après-midi de mercredi, Christine Boutin est une récidiviste en matière de "tweet-fail". D'abord en 2014, elle dégaine sur BFMTV à propos du recul du gouvernement sur la loi Famille, un tweet du parodique Gorafi. En 2016, elle se fait berner par deux fois par un autre site parodique, Nordpresse.be : elle porte d'abord plainte contre eux après la déclaration "que les enfants victimes d'attouchements par des prêtres devaient eux aussi être punis", avant de tweeter une autre de leurs informations qui assurait que l'élection présidentielle était annulée pour cause d'état d'urgence.

Décidément, Christine Boutin et Twitter c'est un long fleuve pas si tranquille.

Appel au "respect de la vie privée"

De son côté, après avoir rendu publique l'hospitalisation de Mme Chirac, Frédéric Salat-Baroux a de nouveau lancé un appel au "respect de la vie privée" du couple. "Comme toutes les familles, les Chirac doivent pouvoir affronter en paix les épreuves de la vie. Notre société a donc tant changé qu'il faille deux fois par jour rappeler de telles vérités ?", a-t-il demandé.

Jacques Chirac, 83 ans, a été pris en charge dimanche matin pour le traitement d'une infection pulmonaire. Son retour du Maroc, où il séjournait avec son épouse Bernadette, avait été avancé de 24 heures sur avis des médecins, selon un proche. Depuis, très peu d'informations ont filtré sur son état. Dimanche, son gendre avait précisé qu'il était conscient et qu'il resterait hospitalisé "dans les prochains jours". Lundi, son entourage avait sobrement indiqué qu'il n'y avait pas de nouvelle information à donner.

Depuis son départ de l'Elysée en mai 2007, M. Chirac, victime d'un accident vasculaire cérébral en 2005, a déjà été hospitalisé à plusieurs reprises. Comme à chacune de ses hospitalisations, son précédent séjour à la Pitié, en décembre 2015, pour "affaiblissement" avait déjà été l'occasion de rumeurs. L'ancien président a par ailleurs été fortement éprouvé en avril par la mort de sa fille aînée, Laurence. Ses proches faisaient cependant état ces dernières semaines d'une amélioration de son état de santé.

Depuis l'annonce de son hospitalisation dimanche, les messages de sympathie se sont multipliés dans la sphère politique.
 
91 commentaires - "Mort de #Chirac" : Christine Boutin, la serial tweeteuse a encore frappé !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]