Mobilisation de dentistes contre la réforme de leurs tarifs

Mobilisation de dentistes contre la réforme de leurs tarifs

Des dentistes en grève contre la réforme de leurs tarifs, à Bordeaux, le 13 juin 2017

A lire aussi

AFP, publié le mardi 13 juin 2017 à 16h18

Plusieurs centaines de chirurgiens dentistes et internes se sont rassemblés mardi en France pour contester la réforme de leurs tarifs.

En Bretagne, ce mouvement se traduit par la fermeture de près de 80% des cabinets, selon les syndicats.

"Depuis fin décembre, on se bat contre une réforme de Marisol Touraine (ex-ministre de la Santé, ndlr). On souhaite une meilleure prise en charge de la prévention", a déclaré à l'AFP Benoit Berty, de l'Union des étudiants en chirurgie dentaire (Unecd).

Les chirurgiens-dentistes contestent le règlement arbitral imposé par le précédent gouvernement après l'échec des négociations tarifaires entre les syndicats représentatifs des dentistes libéraux (FSDL, CNSD, Union dentaire) et l'Assurance maladie.

Il prévoit, à compter du 1er janvier 2018, un plafonnement des tarifs des prothèses en échange de revalorisations des soins conservateurs, jugées insuffisantes par la profession.

"Si on nous écoute pas, on fermera les cabinets aussi longtemps qu'il faudra", a menacé M. Berty.

Entre 1.000 et 900 personnes, selon les syndicats et la préfecture, défilaient dans le centre-ville de Rennes sous la banderole "Chirurgiens dentistes bretons unis pour votre santé". Vêtus de blouse bleues et munis de drapeaux bretons, ils scandaient "votre santé est en danger", a constaté un photographe de l'AFP.

Des rassemblements sont prévus dans une dizaine d'autres départements, comme dans le Territoire de Belfort, où plus de 80% des dentistes libéraux "feront grève", selon le syndicat CCdeli local.

 
23 commentaires - Mobilisation de dentistes contre la réforme de leurs tarifs
  • Il n'y a pas que les professions dentaires qui participent à la traie du bétail humain ayant des problèmes liés à la santé. Hier 15 juin je passe une IRM encéphale, pour laquelle il me fut demandé d'apporter un produit mis en seringue pour une imagerie correcte. Produit acquis en pharmacie, payé via la SS et la mutuelle.Scandale, le produit n'a pas été utilisé. Ayant demandé pourquoi = réponse pas besoin. Question, puis-je reprendre le produit et le rendre à la pharmacie réponse = non.
    Je ne pense pas un instant que le produit a été déversé à l'égout mais bien mis de côté pour être utilisé sur un patient hospitalisé. Pas con la magouille. Pour info, les troches des employées du bureau lorsque je suis allé "réclamer". Puis les sourires de 2 d'entre elles en faveur d'un vieux qui osait venir gueuler.

  • En tant que patiente (et victime), je pose la question : pourquoi les dentistes se "réveillent-ils" seulement maintenant. En effet, les soins n'ont pas été revalorisés pendant plus de deux décennies... et ils ne s'en sont pas préoccupés puisqu'ils se rattrapaient sur les prothèses !!
    Sauf que, qui dit prothèse, dit dévitalisation de la dent au lieu de la soigner ! ce qui m'est arrivé, ma mutuelle remboursait une prothèse par an, mais depuis, les racines -sous des prothèses mal adaptées- se sont infectées, il a fallu les enlever et mettre des implants...
    Actuellement, je renonce aux soins en raison du coût et de la perte de confiance dans ces professionnels.
    Combien sommes-nous a avoir été ainsi victimes de leur frénésie de dévitalisation systématique ?
    Tout cela a un coût pour nos mutuelles qui n'ont cessé d'augmenter, pour prendre en charge une partie de ce surcoût important en raison des tarifs des prothèses.

    Il n'y a pas que les dentistes qui pratiquent la traie du béta

  • ils ont raison....
    maintenant on ne pourra plus facturer une couronne 1000 euros que l'on pose en 4 séances de 15 minutes
    elle est où la liberté des prix ?

  • Les activités liées à la santé, aux soins nécessitent d'être régulièrement désinfectées, tout comme la politiques, le monde des affaires etc... Les dentistes ne sont pas les meilleurs applicateurs de tarifications saines, normales. Sans doute des prestations ne sont pas valorisées comme il se devrait, est-ce un motif, une raison pour "braquer, flinguer" des patients lors de prothèses à réaliser ou réparer ? Sur ce point précis, nombre de praticiens se "GAVENT" à se faire péter la sous-ventrière. Comme de bien entendu le praticien "honnête" n'est plus ou rarement distingué. Tout comme en optique, hospitalisations, certaines chirurgies etc ...les assureurs ne sont pas des plus nets avec des 200 - 400 et même 600 %. Tout est en place pour magouiller, trafiquer.

  • ils vont avoir "une Grosse dent" contre le pouvoir en place !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]