Ministres issus de la société civile: une pratique ancienne en France

Chargement en cours
 L\

L'escrimeuse Laura Flessel à Londres, le 30 juillet 2012

1/4
© AFP, -
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 17 mai 2017 à 16h21

Gouvernement: nommer des ministres sans expérience politique et issus de la "société civile" est une pratique relativement ancienne en France

Nommer des ministres sans expérience politique et issus de la "société civile": la pratique est relativement ancienne en France, remontant au début du 20e siècle, mais s'est intensifiée depuis les années 1970-1980.

Le premier gouvernement du quinquennat Macron en compte près d'une dizaine, dont l'ancienne escrimeuse Laura Flessel (Sports) ou encore l'éditrice Françoise Nyssen (Culture).

- Joliot-Curie en 1936 -

Sans expérience politique mais auréolée d'un prix Nobel de chimie (1935), Irène Joliot-Curie détonne à plus d'un titre dans le gouvernement du socialiste Léon Blum en juin 1936.

La fille de Pierre et Marie Curie est chargée d'un portefeuille inédit, la "Recherche scientifique". Elle est aussi la seule personnalité sans étiquette politique.

Son entrée dans le gouvernement du Front populaire en compagnie de la socialiste Suzanne Lacore et de la radicale Cécile Brunschvicg, marque la première participation de femmes à un exécutif en France.

En revanche, ce n'est pas la première fois qu'une personnalité non politique est recrutée pour ses compétences techniques: exemple en 1920, le portefeuille de l'Agriculture confié à l'agronome Joseph-Honoré Ricard.

- Malraux, le premier à la Culture -

Aventurier, romancier, combattant en Espagne, résistant en France, André Malraux se rapproche du général de Gaulle à la fin de la Seconde Guerre mondiale, devient son ministre de l'Information (1945-1946) et participe à la fondation du parti gaulliste RPF en 1947.

A ce titre, le romancier ne peut être classé strictement parmi les ministres de la société civile totalement déconnectés du politique lorsqu'il est nommé en 1959 à la tête du tout premier ministère des Affaires culturelles.

Mais il a toujours refusé d'entrer dans le jeu politique en se présentant à des élections. Il a aussi symbolisé l'homme de lettres adepte des coups d'éclats (voyage de la Joconde aux Etats-Unis en 1963) et auteur de grands discours (transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon en 1964).

- La juriste Simone Veil -

En mai 1974, Valéry Giscard d'Estaing nomme plusieurs ministres sans étiquette. Parmi ceux-ci, une juriste de 46 ans, Simone Veil, ministre de la Santé, parvient quelques mois plus tard à imposer au Parlement une loi instaurant l'Interruption volontaire de grossesse (IVG).

Ce combat sera le premier acte d'une riche carrière politique qui la conduira en 1979 à la première présidence du Parlement européen. 

A l'inverse, la journaliste Françoise Giroud, secrétaire d'État à la Condition féminine en juillet 1974, mettra assez rapidement un terme à sa carrière politique. 

- L'aventure de l'ouverture -

Après quelques cas limités au début de la présidence de François Mitterrand (le scientifique Alain Bombard en 1981, le vulcanologue Haroun Tazieff en 1984), en 1988 le Premier ministre socialiste Michel Rocard fait de l'ouverture à la société civile une des marques de son gouvernement.

L'historien Alain Decaux à la Francophonie, l'athlète Roger Bambuck aux Sports, le médecin humanitaire Bernard Kouchner à l'Action humanitaire et le cancérologue Léon Schwartzenberg à la Santé y font leurs premiers pas politiques.

Léon Schwartzenberg quittera le gouvernement neuf jours après sa nomination, après notamment avoir pris position pour la légalisation du cannabis, tandis que Bernard Kouchner aura une carrière gouvernementale longue et virevoltante .

- Ferry, Mer, Lagarde: la société civile prend du galon -

Dans les années 1980 et 1990, il devient habituel de voir des "techniciens" diriger des ministères "techniques" tel le scientifique Hubert Curien à la Recherche (1984-86, 1988-93).

Mais de 2002 à 2004, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin va plus loin en confiant deux gros portefeuilles à des personnalités extérieures: l'Education au philosophe Luc Ferry et un super-ministère de l'Economie à l'industriel Francis Mer. 

C'est aussi une personnalité non-politique que le président Nicolas Sarkozy choisit de promouvoir en 2007 pour diriger l'Economie: l'avocate d'affaires Christine Lagarde qui était ministre au Commerce extérieur sous le gouvernement de Dominique de Villepin.

Nicolas Sarkozy fera aussi entrer dans l'exécutif la fondatrice de Ni putes ni soumises Fadela Amara et le président d'Emmaüs Martin Hirsch.

Sous François Hollande, une des rares ministres de la société civile, la documentariste Yamina Benguigi sera écartée en 2014 pour des omissions dans sa déclaration de patrimoine qui lui vaudront condamnation à un an d'inéligibilité.

 
13 commentaires - Ministres issus de la société civile: une pratique ancienne en France
  • Ceux là, au moins peuvent se vanter d'avoir travailler dans leur vie - pas comme la majorité de nos hommes politique.

  • heureusement que macron n,a pas laissé la girouette bearnaise sur la touche , elle qui tournait ,a pied ,depuis trois jours autour de l,élysées et matignon .

  • ce n'est pas parce qu'ils sont issus de la société civile qu'ils connaissent la vie de gens de la France du bas qui souffre dont ils ignorent complètement le mal être

  • En cela rien de nouveau , mais la richesse de la société Civile se mesure aux choix effectués , et là c'est réussi .

  • Ce nouveau gouvernement me plait assez, même si j'aurai préféré une inversion de Ministère entre Mme Sylvie Goulard et M. Jean-Yves Le Drian.

    Néanmoins la parité est respectée (sauf peut être dans l'importance des ministères, mais ce n'est pas toujours facile). J'apprécie également le nombre de ministres issus de la société civile (une dizaine).

    Je leur souhaite bon courage, bon travail, il faut maintenant remonter les manches, la France en à besoin, n'oubliez pas que les Français sont d'éternels râleurs impatients.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]