Migrants: le Conseil de Paris et Hidalgo interpellent l'Etat

Migrants: le Conseil de Paris et Hidalgo interpellent l'Etat

Des migrants Porte de la Chapelle, à Paris, le 29 juin 2017

A lire aussi

AFP, publié le mardi 04 juillet 2017 à 12h45

Le Conseil de Paris dirigé par Anne Hidalgo a, à l'unanimité, demandé mardi à l'Etat une "mise à l'abri" des migrants de plus en plus nombreux autour du centre de La Chapelle, en demandant l'ouverture d'autres centres en France pour les adultes et les mineurs isolés.

Elus de droite comme de gauche ont adopté une adresse à l'Etat pour demander "dans les prochains jours" la mise à l'abri du millier de personnes campant, dans l'espoir d'y être reçues, à l'extérieur du centre de premier accueil ouvert le 10 novembre et qui a déjà accueilli quelque 10.000 personnes.

La fluidité du dispositif de mise à l'abri est "insuffisante", selon la Ville, qui note une "dégradation préoccupante" de la situation tant pour les migrants que pour les riverains.

"La balle est du côté de l'Etat. Mais mise à l'abri ne veut pas dire dispersion", a précisé la maire PS de Paris devant la presse.

Mme Hidalgo qui a rencontré Edouard Philippe et Nicolas Hulot sur la question, plaide ainsi pour une "clé de répartition" des demandeurs d'asile sur tout le territoire.

Par son vote, le Conseil de Paris a ainsi interpellé l'Etat pour demander l'ouverture de nouveaux centres notamment dans les "métropoles situées sur les routes migratoires".

La capitale va de son côté renforcer les "maraudes" pendant la période estivale pour s'occuper des plus vulnérables.

Concernant les mineurs étrangers isolés, le Conseil de Paris a également interpellé l'Etat, à l'unanimité, pour qu'il assure leur accueil sur "l'ensemble du territoire national". 

Paris et la Seine-Saint-Denis ont jeudi dernier alerté le gouvernement sur la "saturation" du dispositif d'accueil dans ces deux départements.

"Tous les départements ne jouent pas le jeu, il faut une solidarité nationale", a affirmé Mme Hidalgo.

Le conseil a d'ailleurs voté le financement de 300.000 euros d'un dispositif "exceptionnel" pour accueillir cet été des jeunes dans un hôtel de Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

 
11 commentaires - Migrants: le Conseil de Paris et Hidalgo interpellent l'Etat
  • RETOUR AU PAYS
    ils sont là pour les aides et n'ont pas fuit la guerre pour beaucoup
    les associations les aident à traverser la méditerranée en allant les chercher dans les eaux trerritoriales de la lybie
    ils feraient mieux de les raccompagner chez eux on a rien pour eux en France , il y a déjà assez de pauvres
    on ne peut accueillir toute la misère du monde

  • Pourquoi tous ces Politiciens qui nous prechent "LA MORALE" néberge t il pas une Famille de Clandestins dans leurs grands appartements ,Maisons ,Propriétés .....alors que nos Travailleurs Pauvres dorment dans leurs voitures et nos SDF dans la rue .....

  • Elle ne manque pas d'air !!! Elle les laisse venir dans sa commune et demande à ce que l'état paie pour son incompétence ???
    Bah, j'ai pas envie de payer pour ça !! Qu'elle se débrouille et fasse payer les parisiens !!!
    Ils ont voté pour elle, qu'ils assument sa politique !!!

  • Le Crillon vien de rouvrir, je pense qu'il y des chambres de libre.

  • Madame Hidalgo et son équipe sont responsables depuis qu'ils sont en charge de Paris, de faire des appels d'air continuels en attribuant d'énormes subventions à des associations politisées d'extrême gauche aux idées plus subversives qu'humanitaires.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]