Migrants : la France accusée de renvoyer illégalement des mineurs en Italie

Migrants : la France accusée de renvoyer illégalement des mineurs en Italie

Des CRS évacuent un groupe de migrants dans le nord de Paris, le 31 octobre 2016 (illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 06 juillet 2017 à 09h40

L'État a-t-il violé la loi ? C'est ce qu'affirme une association qui a publié une vidéo tournée en caméra cachée dans laquelle on voit des policiers raccompagner des mineurs à la gare de Menton, sans leur proposer le droit d'asile, révèle France Info.

Des soupçons pèsent sur les consignes données aux forces de l'ordre.

Le 30 juin dernier, le collectif Roya Solidaire, qui milite pour les droits des migrants, s'est posté dans la gare de Menton, dans les Alpes-Maritimes, pour filmer l'arrivée de migrants en France. Les membres du collectif étaient accompagnés de Cédric Herrou, un agriculteur de la région qui est déjà passé devant la justice pour avoir hébergé des personnes en situation irrégulière. À Menton, les images tournées montrent deux jeunes Tchadiens, un frère et une sœur, descendre d'un train en provenance de l'Italie. Les deux jeunes n'auraient pas 18 ans, selon le collectif Roya Solidaire. À bord du train, des policiers les abordent, leurs demandent d'où ils viennent et s'ils sont mineurs. Les agents les font ensuite descendre à quai et les emmènent dans la gare.



- LES JEUNES RACCOMPAGNÉS SUR LE QUAI D'EN FACE -

Que vont devenir ces deux jeunes ? "On les amène à la police de l'air et des frontières, on va les conduire là où l'autorité judiciaire traite", explique l'un des agents, interrogé par un militant. Pourtant, les images qui suivent montrent les policiers accompagnant les deux enfants non pas vers un poste de sécurité, mais sur le quai d'en face, d'où partent les trains en direction de l'Italie. À aucun moment les policiers ne parlent aux jeunes migrants de leurs droits, et le fait qu'ils puissent demander l'asile en France, affirme France Info. Cédric Herrou demande alors des explications aux policiers qui ont escorté les jeunes Tchadiens. "Je ne vous ai rien dit", rétorque l'un d'eux sur un ton embarrassé. La vidéo montre deux autres migrants mineurs être renvoyés vers l'Italie. Selon le collectif Roya Solidaire, "les autorités françaises sont tenues d'informer les personnes interpellées de leur droit à demander l'asile". D'autant que les mineurs ont "droit à une protection et une aide spéciales de l'État". Rien de tout cela n'a donc été respecté par les policiers en faction à la gare de Menton.

L'accueil des migrants, au cœur des préoccupations européennes depuis de nombreuses années, reste une question brûlante qui devait être l'une des thématiques majeures abordées jeudi par les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne, réunis à Tallinn. La question suscite de vives tensions entre États, l'Italie reprochant à ses voisins de ne pas assumer leur part du travail. Selon les chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 100.000 migrants et réfugiés sont arrivés depuis janvier en Europe en traversant la Méditerranée, dont plus de 85.000 ont débarqué en Italie. Près de 2.250 sont décédés, chiffre le plus élevé depuis le début de la crise migratoire. Jeudi, le quotidien Libération consacrait sa une à ces oubliés de la Méditerranée avec une photo saisissante, montant un corps flottant sur l'eau.



Invité de CNews jeudi matin, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a réagi à cette question de l'accueil des migrants en assurant que le droit d'asile était "sacré en France" mais que les migrants économiques "avaient vocation à réintégrer leur pays".



La semaine passée, l'Italie a menacé de ne plus accepter l'entrée de ses ports aux bateaux étrangers transportant des migrants secourus en Méditerranée. Rome a appelé ses partenaires européens à apporter une "contribution concrète", poussant la Commission à l'exhorter de ne rien faire avant d'en avoir discuté avec les autres États membres et les ONG humanitaires.
 
489 commentaires - Migrants : la France accusée de renvoyer illégalement des mineurs en Italie
  • Mineurs ou pas, qu'est-ce que cela change ? L'Italie, est-ce l'enfer ? Et que font ces mineurs seuls sur le sol européen ?

    Associations, arrêtez avec ce droit dépassé ! Et en passant, venez vous occuper des misérables autochtones qui meurent sous les ponts de Paris.

  • Pour que personne ne soit plus accusé de rien, je propose que l'on cesse d'accueillir les migrants et que les associations concernées soient dissoutes !

  • Marre de toutes ses assos, on n'en veut pas des migrants. Il faut les ramener chez eux au lieu de les faire arriver en Italie ou chez nous quand ils sont trouvés sur les bateaux. Si on faisait ça à chaque fois ils ne seraient pas tentés d'essayer de venir. La France est endettée, nous on croule sous les impôts, certains français qui bossent se retrouvent à vivre dans leur voiture parce qu'ils ne peuvent pas avoir de logement ! les petits retraités n'arrivent plus à joindre les 2 bouts ! et il faudrait que nous prenions en charge toute la misère du monde ?! non STOP !!

  • a bon ?
    parce que eux ils sont rentrés légalement en France ?

  • Les français ont voté pour la continuité et cela majoritairement. Maintenant faut assumer...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]