Migrants: "il n'y a pas d'appel d'air", martèle Hidalgo

Migrants:

La maire de Paris Anne Hidalgo le 7 juillet 2017 à Paris aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe

A lire aussi

AFP, publié le lundi 10 juillet 2017 à 10h24

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a réfuté lundi l'hypothèse d'un "appel d'air" que créerait selon ses détracteurs l'ouverture de centres d'accueil pour migrants comme celui de La Chapelle, ouvert le 10 novembre dans la capitale.

"Il n'y a pas d'appel d'air, il faut arrêter de dire les choses comme ça", a déclaré Anne Hidalgo sur France Inter, alors que Paris souhaite la création de centres de premier accueil des migrants tout au long de leur parcours migratoire en France.

"Les personnes qui arrivent aujourd'hui sur les bords de la Méditerranée, souvent en passant par l'Italie, sont des personnes qui sont parties il y a un an, un an et demi, de leur pays d'origine. Et donc il n'y a pas un appel d'air, mais il y a une obligation à gérer, à organiser les choses", a-t-elle plaidé.

Le centre de premier accueil de La Chapelle, à Paris, "a permis de mettre à l'abri plus de 15.000 personnes qui auraient été de toutes façons dans des campements de rue. La situation aurait été ingérable", a-t-elle plaidé. "Je pense qu'il vaut mieux gérer et organiser que de se laisser finalement mener par le chaos des situations".

Interrogée sur l'accueil réservé à son appel aux autres villes, la maire de Paris a indiqué avoir "pas mal de collègues de grandes villes, de gauche ou de droite, qui me disent qu'ils sont intéressés", sans plus de précisions.

A la question de savoir si Gérard Collomb, ancien maire de Lyon, aujourd'hui ministre de l'Intérieur, en faisait partie, Mme Hidalgo a répondu: "Je n'ai pas travaillé de ce côté là". "En tout cas j'ai vu Gérard Collomb et nous avons travaillé ensemble, nous avons beaucoup échangé en amont de cela".

La maire de Paris a dévoilé jeudi dernier une proposition de loi "clés en mains" sur l'accueil des migrants et l'intégration des réfugiés, avec notamment un Haut Commissaire placé auprès du Premier ministre.

Elle a pointé lundi trois directions: "répartition -ça c'est extrêmement important-, création des places d'hébergement (...) et puis intégration, comme ça a été fait en Allemagne", insistant particulièrement sur l'apprentissage rapide de la langue, en l'occurrence le français, "indispensable".

 
242 commentaires - Migrants: "il n'y a pas d'appel d'air", martèle Hidalgo
  • Mais si, je martèle à mon tour, car la Hidalgo, inconsciente et dangereuse, appelle ouvertement a une invasion. L'apologie de la présence des migrants parasites frise le pathologique.

  • Je suis très déçu : on ne parle plus de de VILLIERS !!! serait-il protégé par Macron maintenant ??

  • Si ce n'est pas un appel, d'air àlors moi je suis le pape

  • bituit  (privé) -

    Les Versaillais n' ont pas fini le travail avec la commune de Paris et son cosmopolisme traitre aux intérêts français ............... ? ?

  • bituit  (privé) -

    Maintenant ça suffit : Les "politiques" nous vendent depuis Pompidou !
    Il ouvrit des bureaux de recrutement à l' étranger, l' homme de confiance de Rothchild, après les accords de Grenelle !
    puis Giscard fit le regroupement familial avant que Mitterand et Chirac fassent "Portes Ouvertes " !
    Jamais il y eut d' entrée comme avec le français de 1er génération S

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]