Meurtre de Cintia à Toulouse : Jean-Baptiste Rambla serait passé aux aveux

Meurtre de Cintia à Toulouse : Jean-Baptiste Rambla serait passé aux aveux

Le parquet a précisé que des "traces biologiques ont été recueillies sur les lieux du crime" et ont permis d'orienter l'enquête.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 12 août 2017 à 11h36

Selon plusieurs médias, Jean-Baptiste Rambla aurait avoué aux enquêteurs le meurtre de Cintia Lunimbu retrouvée égorgée chez elle le 27 juillet à Toulouse (Haute-Garonne). L'homme est bien connu de la justice : il avait été condamné pour le meurtre de sa patronne en 2008. Il est également le frère de Marie-Dolorès Rambla enlevée devant ses yeux et assassinée en juin 1974 dans l'affaire dite du "pullover rouge".

Interpellé à Six-Fours-Les-Plages (Var) le 9 août dernier, Jean-Baptiste Rambla a été mis en examen vendredi pour "meurtre en récidive" et placé en détention provisoire. L'homme de 49 ans est soupçonné d'avoir égorgé Cintia Lunimbu, 21 ans, dont le corps avait été découvert par les pompiers de Toulouse le 27 juillet. Ces derniers avaient été alertés par des proches inquiets de ne plus avoir de ses nouvelles.

Selon le parquet, la jeune femme a été "tuée à l'arme blanche au niveau du cou". Son corps gisait dans une mare de sang. Des "traces biologiques recueillies sur les lieux du crime" ont permis d'orienter l'enquête, explique le parquet, sans confirmer cependant les informations de L'Express et de La Dépêche du Midi selon lesquelles le suspect serait passé aux aveux. Selon l'autopsie, son décès remontait à 48 heures avant la découverte du corps.

LIBÉRÉ DE PRISON EN FÉVRIER 2016

S'ils sont confirmés, ces aveux pourraient relancer le débat sur la récidive en France. En 2008, Jean-Baptiste Rambla a en effet été condamné à 18 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises des Bouches-du-Rhône pour le meurtre quatre ans plus tôt de son ex-patronne, Corinne Beidl. Le corps de cette dernière avait été retrouvé dans un sac de sport caché dans le cabanon du jardin du suspect.

Après un transfert à la prison de Muret, près de Toulouse, il avait obtenu une libération conditionnelle le 23 février 2016. "Aucun incident n'a été signalé (depuis) quant à son comportement et au respect des obligations qui lui étaient imposées", précise le parquet. Il bénéficiait de plus d'un "suivi régulier auprès d'un centre médico-psychologique". Selon la Dépêche du Midi, l'homme habitait depuis quelques temps, en toute discrétion, à Toulouse où il était suivi par un juge d'application des peines.

L'AFFAIRE RANUCCI REFAIT SURFACE

Jean-Baptiste Rambla est le frère de la petite Marie-Dolorès Rambla, 8 ans, kidnappée et tuée en 1974 à Marseille. L'affaire avait défrayé la chronique pendant de longues années, en raison de la parution en 1978 d'un livre, "Le pullover rouge" de Gilles Perrault, qui avait alimenté les doutes sur la culpabilité de Christian Ranucci condamné à mort et guillotiné en 1976 pour le meurtre. 

Jean-Baptiste Rambla avait six ans quand il a assisté au kidnapping de sa sœur. Selon la version donnée dans "Le pull-over rouge", il aurait décrit la voiture du kidnappeur aux enquêteurs mais cette description ne correspondait pas au véhicule de Christian Ranucci. Un élément qui jette le doute sur la culpabilité de ce dernier.

Lors du procès en 2008, les avocats de Jean-Baptiste Rambla avaient plaidé les circonstances atténuantes, l'homme se disant profondément marqué par le meurtre de sa sœur. Durant les trois jours d'audience, il n'était jamais parvenu à expliquer les raisons pour lesquelles il avait tué sa patronne. "J'ai pété les plombs", avait-il seulement déclaré, assurant avoir eu une dispute avec la jeune femme qui était devenue, selon lui, sa maîtresse. "Un traumatisme subi dans l'enfance aggrave la tendance à la psychopathie, ce que l'on range aujourd'hui dans la catégorie des états limite", avait jugé un expert psychiatre il y a 9 ans.

 
194 commentaires - Meurtre de Cintia à Toulouse : Jean-Baptiste Rambla serait passé aux aveux
  • Attendez , cet individu à qui on doit le plus grand des respects , n''est ce pas , est déjà le meurtrier de sa patronne en 2008 ! Nous sommes en 2017 ? Il est dehors ?
    Lorsqu'on vous dit , pour la sécurité de vos enfants de ne pas les laisser dehors après minuit , j'imagine que du coté de la justice cela peut signifier : car les meurtriers ne passent plus en prison !

  • En 2008, il est condamné à 18 ans de prison avec visiblement une obligation de soins et sort début 2016 alors qu'il n'a même pas fait la moitié de sa peine... Quels comptes la justice va t elle rendre à la famille de cette jeune fille assassinée en juillet dernier ? Là aussi ses avocats vont demander les circonstances atténuantes sous prétexte qu'il a subit un profond traumatisme quand au meurtre de sa soeur ? Qu'il soit puni à la hauteur de ses crimes...

  • avatar
    sansdentmaishonnete  (privé) -

    ça déplait quand on dit la vérité ... incroyable , je passerai mon message autant de fois et de jours qu'il le faudra ! hé oui , les psychopathes , faut pas s'y fier ! Ils ont une conduite irréprochable en prison ... alors ils sont libérés sous conditionnelle , là encore ils n'attirent pas l'attention , ils sont ponctuels aux RDV du JAP et pareil pour le "suivi régulier auprès d'un centre médico-psychologique".! Ensuite , ils ne peuvent pas résister , et ils commettent à nouveau le pire ... pendant que les institutions judiciaires se frottent les mains : c'est un bon gars , ils respectent tous ses engagements !"
    maintenant , j'espère qu'ils ont tous compris qu'un psychopathe ne change jamais , il donne juste le change , pour faire plaisir à ses " bienfaiteurs" qui l'ont remis en circulation....jusqu'au moment où il a trouvé sa proie !

    avatar
    caplan  (privé) -

    Vous avez parfaitement raison mais nos psy sont encore en train d'étudier ..

  • Honte à la justice c est écoeurant ils doivent faire la peine en totalité

  • Encore un récidiviste que les psy n ont pas trouvé dangereux !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]