Marche des fiertés : la participation d'un groupe En Marche ! fait polémique

Marche des fiertés : la participation d'un groupe En Marche ! fait polémique

Le défilé de la gay pride à Paris, le 23 juin 2013 (archive)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 24 juin 2017 à 14h45

Certains participants et organisateurs de la gay pride parisienne dénoncent la présence de personnalités hostiles au mariage pour tous dans les rangs de la majorité présidentielle, indique France Info.

Un demi-million de personnes étaient attendues pour défiler dans les rues de Paris, samedi après-midi, pour défendre les droits de la communauté LGBT (lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle).

Parmi elles, se trouvaient des sympathisants de La République en marche, réunis au sein d'un comité baptisé "LGBT-En marche !". Une présence qui ne plait pas à tous. Les critiques ont fusé en amont du défilé, notamment sur Internet. Les détracteurs fustigent la présence de personnalités politiques ouvertement opposées au mariage gay au sein du gouvernement ou des députés LREM.



"Emmanuel Macron a nommé des homophobes au gouvernement, c'est scandaleux de récompenser l'homophobie", s'insurge par exemple Jérôme Martin, militant LGBT et ancien d'Act-Up, cité par France Info. "Je ne marcherai pas aux côtés d'un parti qui soutient des homophobes." C'est le nouveau ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, qui est visé à demi-mot. Le maire LR de Tourcoing avait fait connaître clairement sa position. Deux autres personnes du gouvernement Philippe II, Jacqueline Gourault, qui a rejoint le ministère de l'Intérieur, et Jean-Baptiste Lemoyne, nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe, avaient voté contre le mariage pour tous au moment du passage de la loi devant l'hémicycle, rappellent Les Inrocks.



Du côté du comité LGBT-En marche !, on reconnaît que certains propos tenus par des membres de l'exécutif ont pu poser problème. "Cependant, ils ont clarifié leur point de vue et se sont excusés dans la presse", assure un adhérent du comité. Gérald Darmanin avait notamment qualifié son tweet de "malvenu" et assurait avoir "évolué sur le sujet". Plusieurs mariages entre deux personnes de même sexe ont d'ailleurs ont lieu dans sa ville de Tourcoing, ces dernières années.





Samedi, la Marche des fiertés célébrera quarante ans de combats des lesbiennes, gay, bis et trans. Jusqu'en 1981, l'homosexualité était considérée comme une maladie mentale en France. Les actes "impudiques ou contre nature" ne cessèrent d'être passibles d'emprisonnement qu'en 1982. Le pacte civil de solidarité, union civile accessible aux personnes de même sexe, a été voté en 1999, avant le mariage pour tous en 2013, au terme de longues années de luttes, ponctuées d'une Marche des fiertés chaque mois de juin.
 
189 commentaires - Marche des fiertés : la participation d'un groupe En Marche ! fait polémique
  • A la lecture de pas mal de propos homophobes, la marche des fiertés n'est pas prête de s'arrêter. Certains commentaires tombent sous le coup de la loi qui interdit les propos homophobes.

  • la normalité..!!!!dites vous...mais il n'y a plus que des groupuscules qui imposent leurs rites et leurs coutumes au détriment de l'ensemble des français /.... la preuve!!!

  • on peut ne pas être favorable au mariage gay (qui, par ailleurs est acté dans nos lois et sur lequel on ne reviendra jamais), sans être pour autant homophobe... on finira par être taxé d'homophobie parce qu'on n'approuve pas la PMA pour tous ni la GPA; où est la démocratie dans tout ça?...

  • la normalité et l'air du temps maintenant c'est qu'une minorité comme le voile veulent en imposer
    et c'est là ou on voit les moeurs se dégénérer avec des exemples venant souvent de berlin ou des usa
    chez les animaux y a pas problèmes
    l'homme n'est pas parfait et faudra faire avec
    mais la société est à plaindre pour l'avenir et surtout moralité et dégénérescence de la race humaine

  • Avec tous ces gens qui veulent qu'on reconnaisse leur particularité, de couleur, de religion, de préférence sexuelle, nous devenons un pays communautariste où personne ne veut plus vivre avec les autres, mais entre-soi.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]