Macron et les "fainéants": provocation ou mépris, la presse s'interroge

Macron et les "fainéants": provocation ou mépris, la presse s'interroge

Emmanuel Macron regarde une présentation en 3 dimensions du site archéologique de Delos à l'école française d'Athènes le 8 septembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le lundi 11 septembre 2017 à 08h14

Goût pour la transgression ou "mépris de classe": la sortie d'Emmanuel Macron contre les "fainéants" qui s'opposent à sa politique fait réagir les commentateurs dans la presse de lundi.

Vendredi à Athènes, quelques jours avant la journée d'action prévue mardi contre les ordonnances réformant le code du travail, le chef de l'Etat a affirmé qu'il "serait d'une détermination absolue et ne céderait rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes".

Le genre de petite phrase à même de mobiliser les opposants à la loi travail, s'accordent à penser nombre d'éditorialistes lundi.

Adversaires numéro un des ordonnances, "(Jean-Luc) Mélenchon et (Philippe) Martinez y ont immédiatement vu la signature d'un président +arrogant+ et loin de son peuple. A défaut d'argument de fond, voilà l'argument de forme qu'ils attendaient : que les +fainéants+ descendent dans la rue, ont-ils lancé !", note Cécile Cornudet dans le quotidien économique Les Echos.

"Dans un pays qui sort tout juste d'une campagne électorale clivante et brutale, on ne gouverne pas en injuriant une partie de la population", commente Alexandra Schwartzbrod dans Libération.

"Emmanuel Macron a été élu parce qu'il incarnait l'espoir d'une autre façon de faire de la politique, moins excluante. Et voilà qu'il se comporte comme un maître d'école sous la IIIe République, distribuant coups de règle et coups de trique à chaque cours magistral", enchaîne l'éditorialiste de Libé.

Dans L'Humanité, Jean-Emmanuel Ducoin dénonce "l'insulte facile". 

"Nous savons désormais qu'Emmanuel Macron, usant et abusant d'un tel degré d'implication verbale pour exprimer sa haine du bas-peuple et des Français qui ne pensent pas comme lui, dirige les affaires de l'État avec toutes les formes inspirées par le mépris. À commencer par le principal, le pire, celui qui détermine le sens de son action : le mépris de classe", assène l'éditorialiste du journal communiste.

- Nervosité -

"Une erreur en début de mandat se paye cash pendant cinq ans", met en garde Monique Raux dans L'Est républicain, estimant qu'avec sa déclaration, "Emmanuel Macron a électrisé tous ceux qui réprouvent sa politique et coalisé les mécontents".

Dans La Nouvelle République du Centre Ouest, Olivier Pirot se demande d'ailleurs "s'il n'y a pas une part de provocation volontaire". 

"Le président aurait voulu mettre du monde dans la rue qu'il ne s'y serait pas pris autrement", confirme Bruno Dive de Sud-Ouest. "Mais il paraît qu'il visait en fait ses prédécesseurs - ce qui ne rend pas le propos plus élégant."

Pour Dominique Garraud (La Charente libre), "cet épisode inutile des +fainéants+ pourrait passer par pertes et profits de la jeune présidence Macron s'il ne s'inscrivait déjà dans une série de formules choc sur la +France irréformable+, reflétant un autoritarisme teinté d'un mépris et d'une brutalité à l'exact opposé de l'étendard de la +bienveillance+ brandi tout le long de la campagne électorale".

"Ce n'est pas en manifestant sa nervosité que le chef de l'État remontera dans les sondages. Ni, surtout, qu'il rassemblera les Français", conclut Christine Clerc dans Le Télégramme.

 
325 commentaires - Macron et les "fainéants": provocation ou mépris, la presse s'interroge
  • Bonjour
    Notre jeune et médisant président s,en est allé le jour des manifs

    Ce brave soldat ne pouvait-il pas y aller quelques jours avant ?

    A méditer

  • Provocation sûrement, mépris je ne le crois pas. Néanmoins, un énarque a toujours le droit de penser qu'il est supérieur aux autres. Il ne peut pas comprendre que tu le monde ne peut pas faire de hautes études, néanmoins, le maçon, le plombier, l'électricien, l'éboueur, la technicienne de surfaces, l'hôtesse de caisse, le manœuvre, tous ceux là ont autant de valeur et de courage que Mr le Président. Sauf qu'eux ils et elles bosses beaucoup pour s'en sortir et non sûrement pas les moyens de se payer 28000 euros de maquillage tous les 3 mois pour pouvoir paraître en public. Et ces celles et ceux qui qui aux yeux de Présidents sont des fainéants, car beaucoup d'entre eux ne sont pas pour la réforme de la Loi travail.

    j'ai plus de respect pour toutes ces catégories de gens que vous citez que pour macron et sa cougar

    j'adhère totalement à votre commentaire sauf pour une chose. Vous parlez de provocation, je parle de mépris. Mépris que E.Macron a à l'égard des plus fragiles d'entre nous, mépris pour ceux qui ne sont pas de son avis, il ne sait pas parler, en un mot communiquer, il est le contraire de ce qu'il faut à la France, surtout en ce moment. J'avais voté blanc, je ne le regrette pas, vu ce que j'entends et ce que je vois de la part de cet homme, E.Macron est un mélange de Sarkozy et de Hollande, ce quinquennat qui s'annonce sera pire peut être que celui de Hollande, hélas pour le pays.

  • qu'il continue à insulter les français il va vite dépérir dans les sondages , et finir par être détester par tous les français.

  • avatar
    ch9377  (privé) -

    Moi j'apprends à mes enfants le courage, le travail, pas d'être des fainéants, parler vrai et dire les choses, le mot me parait bien choisi, ce fut aussi celui de Sarkozy pour qualifier Chirac – « roi fainéant » – mais il n’a fait guère mieux…, ces présidents successifs n’ont pas eu beaucoup de courage politique c'est un constat.
    Le Président Macron est jeune, courageux, une intelligence et une volonté pour prendre les décisions même difficile dans l'intérêt de l'Etat et éviter le naufrage de ce pays est un vrai chef d'Etat .
    Je pense qu'il a la capacité de redresser 30 ans de laxisme, de réformes reportées ,il faut revoir aussi toutes les aides sur tout qui coûte très chers aux contribuables. Aides payées par ceux qui travaillent,le bilan suffit à tout résumer : 2400 milliards de dettes, 10% de chômeurs, des déficits multiples partout, , en un mot la faillite comme perspective en juin 2017.
    Alors les bonimenteurs que sont Martinez, Mélenchon qui n’ont rien à proposer hors de l’agitation , des discours usés, dépassés, slogans de 1936..,.
    Il faut réformer, changer les habitudes, réformer avec de la volonté, ce pays en a plus que besoin. Nous avons sans doute un excellent Chef d’Etat pour nous sortir de cet effondrement des 30 dernières années. La France un avenir, une fierté et un rôle dans le monde mais pas avec des bonimenteurs ...

    et selon votre analyse très subtil ,sans fondement ,le sacrifice doit venir des pauvres d'ailleurs ce sont toujours les même qui paient. regardez un et plongez vous sur les combats au 20sièlces les acquis sociaux c 'est grasse à la gauche.et vous parlez de courage !!!! vous faites un bon porte parole de monsieur macron.

    Bravo, enfin une réaction sensée et intelligente.....laissons les pleureurs s'indigner, quand les résultats seront là, il s'empresseront de clamer " moi, j'ai voté pour lui, "...

    Bravo MLE ,les réactions de macron sont intelligente , vous allez aussi payer ,quand il s'attaquera à votre porte monnaie .

    OUI, il faut réformer, c'est sûr, changer les habitudes, celles des députés qui refilent des emplois fictifs à femme et enfants avec l'argent des contribuables, changer les habitudes au sommet de l'état, faire en sorte qu'il y ait moins de gabegie, d'argent dilapidé par les députés, ministres etc....tous ces gens qui jouissent de privilèges d'un autre siècle, que les plus nantis participent à l'effort à hauteur de leur fortune, que le président de la république ne se permette plus de se maquiller à coups de milliers d'euros sur le dos des contribuables. Voilà les réformes qu'il faut faire sinon, le peuple, lui, en a subi des réformes, de la part des gouvernements successifs, droite et gauche confondues, le peuple se serre la ceinture depuis près de 30 ans sans que la situation du pays se soit améliorée. Et les français(e) en ont plus qu'assez de ceux qui prêchent l'austérité pendant qu'eux se vautrent dans le luxe et bien souvent sur le dos des contribuables.

  • le fainéant c'est lui!! il n'a rien fait pour anticiper la catastrophe aux Antilles!!! voyez les néerlandais qui était sur place une semaine avant l'arrivée du cyclone!!! mais ça motus et bouche cousue!!!des incapables!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]