Macron à la grande muette: "silence dans les rangs"

Macron à la grande muette:

Le président Emmanuel Macron et le chef d'Etat-major des armées, le général Pierre de Villiers, à bord d'un "command car" lors du défilé militaire, le 14 juillet 2017 sur les Champs-Elysées, à Paris

A lire aussi

AFP, publié le samedi 15 juillet 2017 à 08h07

Après le sévère recadrage du chef d'Etat-major des armées, le général Pierre de Villiers, par le président Emmanuel Macron jeudi, la presse samedi ironise sur le "silence dans les rangs" souhaité par le chef de l'Etat qui ferait preuve "d'autoritarisme".

En pleines festivités du 14 juillet, le chef de l'Etat a reproché au général, sans jamais le nommer, d'avoir mis de façon "indigne" une polémique budgétaire "sur la place publique" et l'a rappelé au "sens du devoir et de la réserve" et ce devant tous les chefs militaires.

"Soucieux de son autorité, Emmanuel Macron a-t-il fait preuve d'autoritarisme ? s'interroge Guillaume Tabard du Figaro qui note que la "confidence privée" valait un "rappel à l'ordre public" au général de Villiers et que la petite phrase +je suis votre chef+ "sonne comme une injonction à rentrer dans le rang séance tenante." 

Sous le titre "silence dans les rangs!" Bertrand Meinnel du Courrier Picard juge que le président "réaffirme ainsi la primauté du pouvoir civil sur l'autorité militaire, la renvoyant à son rôle de grande muette."

"Ce +silence dans les rangs+ intimé aux généraux à travers Pierre de Villiers, assorti d'un +Je suis votre chef+ bien senti, pose question," estime également Christophe Lucet dans Sud-Ouest.

- 'Les foudres de Jupiter' -

Dans la Charente Libre, Dominique Garraud fait partie de ceux qui rappellent qu'"Emmanuel Macron se met souvent en scène sur les scènes militaires(...) peaufinant l'image d'un +chef+ proche de ses troupes, reconnaissant et admiratif", et découvre que "la +bienveillance+ macronienne à ses limites auxquelles la hiérarchie militaire n'est certainement pas la dernière à devoir se confronter."

"Macron a en commun avec eux (Vladimir Poutine et Donald Trump)le fait d'être extrêmement chatouilleux si son autorité vient à être contestée", assure Florence Chédotal dans La Montagne, en soulignant que "l'excès d'autorité sonne parfois comme un aveu de faiblesse." 

"Macron, qui avait pourtant ouvert grand les fenêtres pour aérer, devra sans doute se montrer vigilant pour ne pas jeter une chape de plomb sur la vie politique, en cherchant à mettre au pas et réduire au silence tout ce qui bouge", prévient-elle. 

De son côté, dans l'Est Républicain, Philippe Marcacci s'amuse que l'intervention du chef d'état-major des armées ait "déclenché les foudres de Jupiter." 

Evoquant un "couac" dans La Nouvelle République du Centre Ouest, Denis Daumin préfère se gausser du "jeune président qui a vite appris la musique a redonné, le temps, le ton et la mesure." 

"Silence dans les rangs, une seule tête, la sienne, +gauche-droite, gauche-droite,+ la troupe, remise au pas, est en marche, évidemment", conclut-il.

sma/laf

 
97 commentaires - Macron à la grande muette: "silence dans les rangs"
  • Lorsque l'on en arrive a rappeler que l'on est le chef, c'est que l'on a un très gros problème de crédibilité. L'autorité, votre altesse, est quelque chose de naturel, comme le charisme.

  • Ces gouvernements (successifs) qui parlent d'économie, de "diète" des ministères, qui demandent en plus aux "riens" de se serrer la ceinture, sont les rois du gaspillage et des mauvais choix financiers, un des plus "beaux " et dernier en date, étant la privatisation des autoroutes en 2005, Vinci, Eiffage et Abertis s'en frottent encore les mains.....

  • Un chef est un chef il serait temps que ce principe redevienne réalité.

  • Ca lui va bien lui qui n'a pas fait de service militaire pour une fois qu'un Chef d'ètat major dis la vérité, il est vrai que la semaine dernière le gouvernement donne un certain chiffre pour l'armée, et cette semaine un autre qui est bien inférieur il y a de quoi
    rugir et comment " jupiter" veut-il payer ce service car ça un coup alors d'un côté il fait serrer la ceinture et de l autre il veut que les jeunes fasse 1 mois de service , il se prend pour dieu pourquoi que la grande muette n'a pas le droit de parler? le Chef d'état major doit rester à sa place mais il n'a rien dit

    Mr le pésident il y a des façon de faire qui ne se font pas humilier le Général Chef d'état major comme vous l'avez fait c'est un manque d'éducation et il y a des limites et ces limites vous les avez dépassées

    Bravo pour votre commentaire,Monsieur,que j'approuve totalement.Il est ridicule de convoquer des généraux,devant une commission pour avoir leur avis sur la situation et ensuite leur interdire de s'exprimer publiquement.De quoi a-t'il peur notre petit président? Que le peuple s'aperçoive qu'il n'est pas à la hauteur? On le savait déjà!!!!

  • Ce monsieur dans un premier temps n'a pas fait son service militaire, ce qui est un minimum et se prétend Chef des Armées, sa fonction "protocolaire" lui donne un "rôle" de chef.....lui non à titre personnel.
    Certains journalistes, lors du 14 juillet le définissant comme un intellectuel aux pensées complexes......Ouh la, un scoop.

    Ensuite je lis certains commentaires qui disent que le Chef d'état major doit rester à sa place........Il est à sa place.

    Par contre Mr le président qui humilie son Général Chef d'état major devant son Armée en commission...............attention Mr Macron........attention,
    une petite crise d'autorité (c'est moi le chef nananere) est une preuve de faiblesse, car un chef (un vrai), n'a pas besoin de le préciser ou de l'imposer aux personnes qu'il dirige.

    De plus ce sont les citoyens français qui payent avec leurs impôts les équipements, soldes et/ou autres, je ne vois pas comment ce monsieur et sa bande se permettent de "raboter" une fois de plus le budget de nos Armées, mettant en danger nos Soldats ainsi que notre Nation.

    J'ai fait la plus grande partie de ma carrière en tant qu'encadrant je ne me suis jamais permis de dire aux personnes dont j'avais la responsabilité ""je suis le chef"" ils le savaient c'était naturel il existait entre nous un respect mutuel.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]