Lycée Bergson à Paris : un second policier sera jugé pour violences

Lycée Bergson à Paris : un second policier sera jugé pour violences

L'entrée du lycée Henri Bergson, dans le XIXe arrondissement de Paris, le 25 mars 2016 (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 08 juillet 2016 à 18h45

- Un second policier a été renvoyé en correctionnelle par le parquet de Paris pour des violences commises le 24 mars près du lycée Bergson à Paris, dont certaines avaient été filmées et largement diffusées. -

L'agent est convoqué le 14 octobre à 13h30 devant la 10e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.

Il sera jugé pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique, sans incapacité totale de travail (ITT), sur un élève, a précisé ce vendredi 8 juillet à l'AFP une source judiciaire, confirmant une information du journal Libération.

Sur deux vidéos postées sur internet et les réseaux sociaux après les faits, le policier apparaît en civil, sans brassard, vêtu de noir et capuche sur la tête. On le voit donner des coups de matraque et une "baleyette" à des élèves du lycée Bergson situé dans le XIXe arrondissement, en marge de l'une des premières journées de mobilisation contre le projet de loi travail.


"SYMBOLE DES VIOLENCES POLICIÈRES" POUR SON AVOCAT

Une enquête préliminaire avait été ouverte après la diffusion de ces vidéos. Les investigations, confiées par le parquet à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la "police des polices"), ont permis d'identifier le fonctionnaire de police. L'élève qui a porté plainte était âgé de 16 ans au moment des faits, a indiqué à l'AFP son avocat, Me Arié Alimi.

Ce dernier souhaite pouvoir "regrouper toutes les poursuites lors d'une seule audience afin d'en faire une procédure symbolique des violences policières illégitimes". "Nous tenterons d'obtenir une audience symbolique regroupant toutes les poursuites", explique-t-il à Libération. L'avocat explique vouloir "en terminer avec un traitement judiciaire structurellement inadapté compte tenu de l'appartenance des fonctionnaires de police à ce système".

Un autre gardien de la paix, âgé de 26 ans, doit comparaître pour des violences filmées toujours le 24 mars devant le lycée Bergson. Sur la vidéo, on voit un jeune de 15 ans à terre, relevé par un policier lui intimant "Lève-toi!". Alors qu'il est en train de se redresser, maintenu par deux autres fonctionnaires de police, le gardien de la paix lui assène un coup de poing violent. Son procès a été renvoyé au 10 novembre. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'était dit "choqué" par les images et avait aussi demandé l'ouverture d'une enquête administrative à l'IGPN. La préfecture de police de Paris avait précisé que des lycéens avaient jeté des projectiles sur des véhicules de police et provoqué des violences.

Selon un décompte publié en juin, une cinquantaine d'enquêtes ont été ouvertes par l'IGPN depuis le début du mouvement contre la loi travail pour des allégations de violences policières. Depuis le début de la mobilisation, près de 900 personnes ont été placées en garde à vue par les forces de l'ordre pour des violences. 32 ont été condamnées à des peines de prison fermes, a indiqué jeudi le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. 49 mineurs ont, eux, reçus des sanctions éducatives.
 
8 commentaires - Lycée Bergson à Paris : un second policier sera jugé pour violences
  • Et le lycéen? Une bonne raclée en public pour lui et la meme pour ses parents seraient du plus bel effet.

  • comme d'habitude, les juges sont du côté des casseurs.

  • Ce que j'adore ici, c'est la phrase :"le policier apparaît en civil, sans brassard, vêtu de noir et capuche sur la tête."
    La il a été identifié comme policier alors qu'il était habillé comme un "casseur".
    Et le gouvernement nous dit qu'il n'est pas en mesure d'identifier de vrais casseurs sauf s'ils sont pris en flagrant délit? et encore !
    Justice à deux vitesse !

  • Mais pas de lycéen poursuivi: c'est la justice de gauche. Je ne comprends pas que les policiers acceptent cela. Je ne comprends pas qu'ils acceptent de jouer le rôle que leur fait tenir ce gouvernement.

  • (...) " le policier apparaît en civil, sans brassard, vêtu de noir et capuche sur la tête." (...) tiens donc, des policiers déguisés en casseurs...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]