Les sapeurs-pompiers en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Les sapeurs-pompiers en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Les sapeurs-pompiers manifestent le 14 mars 2017 à Paris pour protester contre leurs conditions de travail. (Photo d'archives)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 14 mars 2017 à 17h03

SÉCURITÉ - Manque d'effectifs, réductions de budget, multiplication des interventions... Les sapeurs-pompiers sont en grève mardi 14 mars pour dénoncer leurs conditions de travail.

Quelques centaines de pompiers professionnels, venus de plusieurs départements, ont défilé mardi à Paris pour protester notamment "contre la baisse des effectifs", "la précarisation", et réclamer "une meilleure reconnaissance", a constaté une journaliste de l'AFP.

En tenue, les pompiers des Services départementaux d'incendie et de secours (Sdis) - les pompiers relevant de la fonction publique territoriale- se sont réunis à partir de 13h30 place de la République à l'appel de sept organisations syndicales, dont la Fédération autonome sapeurs-pompiers professionnels - Personnels administratifs et techniques (FA SPP-PATS), première organisation syndicale du secteur.

"Le ras-le-bol est général. On nous demande de faire de plus en plus de missions, avec de moins en moins de moyens", a expliqué à l'AFP André Goretti, président de la FA SPP-PATS. "Nous tirons le signal d'alarme, car la situation aujourd'hui ne nous permet plus d'assurer correctement notre mission de service public", a souligné Serge Hérard, président du syndicat Avenir Secours affilié à la CFE CGC. Avec des banderoles "Sapeurs-pompiers précarisés", "Maintien de tous les services sur tous les postes" ou encore "Pompiers en colère, citoyens solidaires", les manifestants se sont ensuite dirigés, à partir de 14h00, vers la place de la Nation.

Les syndicats dénoncent, entre autres, les "politiques d'austérité et de restriction budgétaire", "l'absence de reconnaissance", "les politiques managériales dictatoriales", "la sur-sollicitation induite par la réduction des effectifs", ou encore "les actes d'incivilité", selon le communiqué publié par la Fédération autonome SPP-PATS.



"Nous attendons 5.000 pompiers", avait plus tôt confié au Figaro un syndicaliste de la CFDT, à l'origine du mouvement aux côtés de la CGT, de la CFE-CGC-AS, de la FA/SPP-PATS, de la CFTC-SPA, de SUD-Sdis et de l'Unsa). L'intersyndicale déplore, dans un communiqué que l'Humanité s'est procuré, "une augmentation des interventions, le vieillissement des matériels et une baisse des effectifs ne nous permettant plus de garantir la qualité de votre service public de secours."

 
17 commentaires - Les sapeurs-pompiers en grève pour dénoncer leurs conditions de travail
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]