Les femmes enceintes consomment trop de médicaments (ANSM)

Les femmes enceintes consomment trop de médicaments (ANSM)

L'ANSM met en garde contre la prise de médicaments pour les femmes enceintes (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 23 octobre 2017 à 17h00

ÉTUDE. Selon une publication de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 97% des femmes prennent au moins un médicament au cours de leur grossesse.

Elles se voient prescrire en moyenne dix médicaments, contre deux ou trois dans les pays scandinaves. L'agence tire le signal d'alarme sur les risques encourus.

Depuis une semaine, des pictogrammes sont apposés sur certaines boîtes de médicaments afin de mettre en garde les femmes enceintes. Mais même les produits considérés comme anodins, par exemple le paracétamol, ne le sont pas en cas de grossesse. "En France, le nombre moyen de médicaments prescrits chez une femme enceinte durant sa grossesse est de 10. Cela constitue un record absolu", explique Libération lundi 23 octobre, après avoir consulté l'étude de l'ANSM publiée vendredi. Aux Pays-Bas, c'est 8, de 2 à 7 en en Allemagne. Aux États-Unis et dans les pays au nord de l'Europe, entre 2 à 3". Et 97% des femmes enceintes se voient prescrire au moins un médicament, contre "à peine une sur deux" dans les pays du nord.



"DES INTERROGATIONS" SUR LE PARACÉTAMOL

"C'est considérable et il y a urgence à faire baisser ce chiffre-là", s'alarme Dominique Martin, directeur de l'agence, dans Libération. Car les effets à long terme sur l'enfant de certains médicaments, même les plus courants, ne sont pas connus. Par exemple, Dominique Martin explique à France Info qu'il existe des "interrogations" sur les antidépresseurs et qu'il faut donc "éviter" d'en prescrire, au nom du principe de précaution. "On commence à avoir des interrogations sur le Doliprane pendant la grossesse. Si on peut s'en passer, autant s'en passer", insiste-t-il.

Plus largement, "je ne sais pas s'il y a une classe sur laquelle on ne pose pas de question. Les connaissances évoluent de façon permanente. Il faut être très prudent. Il n'y a pas de médicament anodin", souligne le directeur de l'ANSM.

ANTI-INFLAMMATOIRES, MÉDICAMENTS CONTRE L'HYPERTENSION

Comme l'explique l'ANSM, les effets des médicaments sont différents en fonction de l'avancée de la grossesse (premier, deuxième ou troisième trimestre). Ainsi, par exemple, les anti-inflammatoires non stéoridiens (aspirine, ibuprofène, kétoprofène...) ne doivent jamais être pris à partir du début du 6e mois de grossesse. "Ces médicaments peuvent en effet être toxiques pour le fœtus, même après une seule prise, avec un risque d'atteintes rénale et cardio-pulmonaire pouvant entraîner une mort fœtale in utero ou néonatale", indique l'agence.

Certains médicaments contre l'hypertension, les IEC et les ARA II (ou sartans), ne doivent jamais être utilisés au cours des 2e et 3e trimestre, et sont déconseillés au premier. Après trois mois de grossesse, l'usage de ces médicaments peut entraîner une atteinte de la fonction rénale avec diminution du liquide amniotique, qui peut être associée à un retard d'ossification de la voûte du crâne. Cela peut causer une mort foetale in utero ou, si le bébé naît, une insuffisance rénale irréversible.

LES MÉDECINS DOIVENT ADAPTER LES TRAITEMENTS AU PROJET DE GROSSESSE

En cas d'exposition à ces médicaments au cours du 1er trimestre, une étude de 2006 a montré une augmentation des malformations congénitales, en particulier cardiaques. "Ces données n'ont pas été confirmées depuis mais par précaution, il a été décidé de déconseiller" l'utilisation de ces médicaments au premier trimestre de grossesse, rappelle l'ANSM.

L'agence du médicament préconise que, pour les femmes en âge de procréer, les risques liés aux médicaments soient "pris en considération dès l'instauration (d'un) traitement" par les professionnels de santé. Elle juge "indispensable d'alerter ces patientes des risques encourus et d'anticiper au mieux tout projet de grossesse".
 
12 commentaires - Les femmes enceintes consomment trop de médicaments (ANSM)
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]