Les données personnelles de 112.000 policiers publiées sur Internet

Les données personnelles de 112.000 policiers publiées sur Internet

Selon RTL, un responsable d'agence de la Mutuelle générale de la police aurait téléchargé le fichier des adhérents sur le "cloud" de Google sans protection. (Ici un policier le 13 janvier 2014 à Sarcelles).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 27 juin 2016 à 13h00

- Selon RTL, une enquête a été ouverte à Toulouse après que les données personnelles de quelque 112.000 policiers adhérents de la Mutuelle générale de la police se sont retrouvées sans protection sur Internet. Il s'agirait d'un acte de malveillance.

-

Après l'assassinat à Magnanville, dans les Yvelines, d'un couple de policiers par un homme se réclamant de Daesh, François Hollande avait assuré que des "mesures (seraient) prises pour garantir l'anonymat et donc la protection" des fonctionnaires de police. Une initiative saluée par les forces de l'ordre et qui se rappelle ce lundi 27 juin à l'actualité avec les révélations de RTL. Selon la station de la rue Bayard, une plainte a été déposée à Toulouse à la suite de la publication sur Internet des adresses et numéros de téléphone d'environ 112.000 policiers et de leurs proches, inscrits à la Mutuelle générale de la police.

Une enquête a été ouverte, rapporte la radio, et viserait un responsable d'agence de la mutuelle, installé à Limoges, qui aurait agi "pour une sombre histoire de primes non versées". Le 2 juin dernier, il aurait copié le fichier des adhérents pour le télécharger sur le "cloud" de Google. Un support non sécurisé, protégé par un simple mot de passe, et donc facilement piratable. Le responsable aurait été mis à pied par la direction, qui ne s'est aperçue de cette "fuite" qu'après trois semaines. Google France a été prié d'effacer les données sensibles de ses fichiers, selon RTL, et l'opération de nettoyage serait en cours.



"C'est extrêmement préoccupant", s'inquiète Nicolas Conte, secrétaire général adjoint du syndicat Unité SGP Police-FO, au micro de RTL. Le responsable syndical réclame des institutions qu'elles "renforcent leur sécurité". "Un incident inacceptable", a déclaré de son côté ce lundi à l'AFP le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone. "L'enquête judiciaire en cours permettra de déterminer les conséquences éventuelles de cette manipulation informatique et les responsabilités". "Je demande à l'ensemble des institutions et organismes ayant en charge la gestion de données personnelles d'agents de la police nationale de prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires", a-t-il ajouté.

L'anonymat des forces de l'ordre est un problème récurrent. Elles se plaignent notamment souvent que les noms des fonctionnaires apparaissent dans les procédures, ce qui permet de les identifier et fait d'eux des "cibles", selon leur expression.
 
95 commentaires - Les données personnelles de 112.000 policiers publiées sur Internet
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]