Législatives : NKM battue dans la 2e circonscription de Paris

Législatives : NKM battue dans la 2e circonscription de Paris

L'ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet (LR), le 5 mai 2017 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 18 juin 2017 à 22h41

Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) a été battue dimanche au second tour des élections législatives dans la deuxième circonscription de Paris par un candidat de la République En Marche, Gilles Le Gendre.

La députée sortante de l'Essonne, qui reprenait la circonscription de François Fillon jugée encore il y a quelques mois "en or", n'a pu rattraper le retard enregistré au premier tour (18,13% contre 41,81%), tout en ayant bien remonté son score à plus de 45% des voix.

L'ancienne ministre a indiqué sur Facebook qu'elle avait appelé son adversaire "pour le féliciter". "J'ai souhaité porter dans cette campagne la voix d'une droite moderne, ouverte et progressiste", écrit-elle.

NKM avait eu une fin de campagne perturbée par l'agression par un passant, le maire sans étiquette d'un village normand depuis placé en garde à vue, sur un marché. Prise d'un malaise, elle avait été hospitalisée.

L'ex-candidate à la primaire de la droite et du centre jouait gros dans cette élection car, élue municipale du XIVe arrondissement, elle dirige l'opposition à la maire PS de Paris Anne Hidalgo.

Elle avait été très critiquée dans ses propres rangs pour avoir en cours de route changé de circonscription, passant de l'Essonne à la 11e de Paris avant de se faire investir dans la 2e.

Le candidat REM, un chef d'entreprise de 59 ans, est un ancien patron de journaux économiques (Challenges, le groupe Expansion).

Dans cette circonscription, qui regroupe une partie du chic VIe arrondissement, le Ve et un morceau du très bourgeois VIIe, l'UMP Fillon avait manqué de peu en 2012 l'élection au premier tour.

 
247 commentaires - Législatives : NKM battue dans la 2e circonscription de Paris
  • Pas fâché que NKM ait perdu! Il y en a marre de ces députés qui se font débauchés, dont on ne sais pas si ils sont à droite ou à gauche; prêt à trahir pour un poste, et c'est très bien ainsi. Dommage qu'il n'en a pas été de même pour Le Maire, le judas de la droite.

  • Son échec était prévisible. En dépit de son âge, NKM est l'exemple type de la vieille politique : se faire élire avec les voix de droite dans une circonscription de droite pour ensuite rejoindre la politique européo-mondialiste de la gauche. De plus, face à un candidat EM soutenu par le Perdriel propriétaire de Challenges, l'un des milliardaires qui soutiennent Macron dans son aventure, NKM n'avait aucune chance. Il faut aussi le dire.

  • Cela confirme que " le rassemblement " a des limites : ils ont tous voulu rassembler (autour d'eux , bien sûr) , mais constituer des partis qui font le grand écart au niveau du programme est une aberration: : qu'est-ce qui rapproche NKM et GUAINO , FILOCHE et VALS ? pas grand chose .....LREM devrait se méfier, l' espace politique est trop large, les différences apparaitront rapidement , et beaucoup de nouveaux députés s'apercevront qu'ils ont été bernés par l'effet "nouvelle façon de faire de la politique" : Ils n'ont pas encore compris (ou voulu comprendre) que la politique de MACRON est écrite à Bruxelles et signifie fin des services publiques et, privatisation, puis ubérisation et que les migrants doivent prendre la place des français qui ne veulent plus travailler pour 1000 €/mois ( et je les comprends !)

  • Mais quelle idée d'aller présenter dans une circonscription réputée "imperdable" par la droite une candidate jugée par les électeurs de droite comme plus proche des idées de gauche ?

  • Quel gâchis Prompt rétablissement a NKM

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]