Le triple étoilé à Laguiole Sébastien Bras demande à sortir du Michelin

Le triple étoilé à Laguiole Sébastien Bras demande à sortir du Michelin

Sebastien Bras (g) et son père Michel dans un de leurs restaurants, à Rodez, le 25 mars 2014

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 20 septembre 2017 à 10h34

Sébastien Bras, chef du restaurant 3 étoiles Le Suquet à Laguiole (Aveyron), a annoncé mercredi avoir demandé à ne plus figurer au guide Michelin dès l'édition 2018.

Dans un communiqué transmis mercredi à l'AFP, le fils de Michel Bras, fondateur de l'établissement en 1992, un des 27 trois étoilés français, explique avoir pris cette décision "en accord avec toute sa famille".

Le Suquet a été distingué d'une troisième étoile en 1999.

Sébastien Bras, à la tête du restaurant depuis 10 ans et élu créateur de l'année 2016, indique qu'il veut "ouvrir un nouveau chapitre de (sa) vie professionnelle sans la récompense du guide rouge, mais avec autant de passion pour la cuisine".

Il assure vouloir "avec son équipe fidèle" poursuivre sa "quête de l'excellence" et "faire vivre au Suquet" l'expérience "magique de l'Aubrac".

"A 46 ans je veux donner un nouveau sens à ma vie: ma vie professionnelle, ma vie en général, et redéfinir cet essentiel", explique-t-il, estimant avoir en 10 ans avec sa femme Véronique "relevé et réussi le défi".

"Ce fut un beau challenge, source de beaucoup de satisfactions avec les évolutions que nous avons apportées ... oui, beaucoup de satisfactions, mais aussi d'une grande pression qu'occasionne inévitablement la distinction des trois étoiles qui nous avait été attribuées en 1999", souligne-t-il.

"Aujourd'hui, nous souhaitons avoir l'esprit libre, pour continuer sereinement, sans tension, à faire vivre notre Maison avec une cuisine, un accueil, un service qui sont l'expression de notre état d'esprit, de notre territoire".

Pour le fils de Michel Bras, lequel a été élu chef le plus influent du monde en 2016 par le magazine "Le Chef", il ne s'agit pas d'une charge contre le Michelin, selon son responsable de la communication. Mais seulement d'une libération dont il accepte les inconvénients, notamment à terme, la perte de notoriété.

"Peut-être que je vais perdre en notoriété mais je l'accepte, je l'assume", a affirmé Sébastien Bras à l'AFP.

Pour lui avec le temps, la pression de 18 ans de trois étoiles au Michelin était devenue trop forte. 

"On est inspecté deux à trois fois par an. On ne sait pas quand. Chaque assiette qui sort est susceptible d'être inspectée. C'est à dire que chaque jour, une des 500 assiettes qui sort de la cuisine peut être jugée", relève le chef.

Et d'avouer que dans "un coin de la tête" comme "tout le monde, restaurateurs et guides", il a le suicide du triple étoilés Bernard Loiseau (2003). "Mais je n'ai pas cet esprit-là", tempère-t-il.

"C'est un choix de vie. Aujourd'hui, j'ai envie de proposer le meilleur en étant hors compétition. Je vais pouvoir me sentir libre, sans me demander si mes créations vont plaire ou non aux inspecteurs du Michelin", a ajouté M. Bras.

Selon le chef, malgré le retrait, le client ne devrait "pas voir la différence". Comme il le fait depuis toujours, il appliquera son précepte: "Je suis, rappelle-t-il un fervent défenseur de la cuisine du vivant". C'est pourquoi, il continuera à réimprimer sa carte quotidiennement et "à créer tous les jours".

  

 
129 commentaires - Le triple étoilé à Laguiole Sébastien Bras demande à sortir du Michelin
  • la question est // pourquoi prendre la deuxieme et la trois etoile /// et baver dessus apres ?

  • bnne nouvelle ,on pourra peut etre espérer gouter à sa cuisine

    il ne baissera pas ses tarifs pour autant.

  • Le problème avec le Michelin, c'est que c'est à l'origine un guide des restaurants juges pour leur cuisine et que c'est devenu au fil du temps un guide du décorum. Pour avoir trois étoiles, il faut une certaine vaisselle, une certaine deco, etc, choses qui n'ont pas grand chose à voir avec l'excellence de la cuisine. Sans dire de manger dans des assiettes ébréchées sur une nappe sale, il y a peut être un nécessaire retour à plus de simplicité.
    Ayant mangé il y a quelques années à l'auberge de la feniere à Lourmarin chez Reine Samnut, une étoile, son mari qui est en salle nous avait dit qu'ils ne souhaitaient pas de 2 e étoile parce que cela les obligerait à revoir toute la vaisselle, la deco, les fleurs, etc. Je ne sais pas où ils en sont maintenant, peut être ont ils change d'avis.
    Il est possible que de plus en plus de grand chef fassent la même démarche. Ce qui serait sympa, c'est que tous ces frais en moins se répercutent à la baisse sur la note.

  • Quand j'ai dit qu'il oubliait qu'il devait sa notoriété a ces 3 étoiles....je ne parle pas de son talent qui existait bien avant cette reconnaissance et qui est immense...je parle de reconnaissance mondiale qui lui a permis les énormes investissements de son établissement grâce a des réservations complètes sur presque une année d'avance! ...et que le Michelin soit apprécié ou non ,c'est lui qui fait venir dans ces lieux isolés une clientèle internationale qui se base (a tort ou a raison) sur ces critères! ....c'est tout!

  • Bravo, vous avez raison Monsieur BRAS.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]