10/02/2014 à 14:17

Le livre "Tous à poil" propose "un travail" pour "ne pas avoir peur de son corps"

"Tous à poil", le livre pour enfants brandi par Jean-François Copé lors d'une interview dimanche et qui figure sur une liste de livres recommandés pour les enseignants par le site Internet de l'ABCD de l'égalité, propose "un travail (...) sur le corps, sur l'identité" et sur "le fait de ne pas avoir peur de son corps", selon Vincent Peillon.

Photographe : BERTRAND GUAY, AFP :: Vincent Peillon le 28 janvier 2013 (illustration). photo : BERTRAND GUAY, AFP
augmenter la taille du texte diminuer la taille du texte

Le livre "Tous à poil", au coeur d'une polémique lancée par le patron de l'UMP Jean-François Copé sur le contenu de cet ouvrage éducatif, propose "un travail (...) sur le corps, sur l'identité" et sur "le fait de ne pas avoir peur de son corps", a résumé le ministre de l'Education Vincent Peillon ce lundi 10 février, en appelant à revenir "à la raison" et à laisser "les enfants tranquilles dans ce temps électoral".

Le livre est recommandé sur une liste par une association encourageant la lecture dans le Drôme, laquelle liste a ensuite été reprise par l'académie de Grenoble. Il fait partie des 500 ouvrages recommandés sur le site de l'ABCD de l'égalité, une expérience mise en place par le ministère de l'Education nationale dans dix académies depuis la rentrée pour lutter contre les stéréotypes entre les sexes.

Selon le mot de l'éditeur, cet album jeunesse est destiné à prêter aux enfants un "regard décomplexé" sur la nudité. Le ministre a refusé de s'exprimer sur la pertinence du contenu de ce livre, déclarant qu'il faisait "confiance" aux enseignants et aux parents. "Il y a des listes d'ouvrages qui sont mis à leur disposition, après ils ont la liberté de les acheter ou de ne pas les acheter", a-t-il ajouté.

C'est un livre qui veut "enseigner des choses aux enfants qui sont extrêmement simples", a commenté Vincent Peillon, en refusant de donner son avis sur le contenu du livre. "Je veux que les uns et les autres reviennent à la raison, à la responsabilité et surtout laissent les enfants tranquilles dans ce temps électoral, et je le demande directement à M. (Jean-François) Copé", a déclaré le ministre de l'Education nationale.

Selon le ministre de l'Education nationale, la majorité des Français ont compris qu'"il faut protéger l'école de tous ces débats", mais "quelques-uns cherchent en permanence à attiser de la violence, de l'incompréhension, de la rumeur, du mépris". "C'est quand même, au bout du bout, les enfants qui sont victimes", a-t-il poursuivi.

 

les réactions à l'article archivé

voir mon journal de réactions aide
baromètres

politique

 CSA  BFM  Orange  Le Figaro

liens commerciaux

médiathèque
diaporamas photos vidéos AFP
sports
Hamilton, oui mais...