Le canular téléphonique qui rend fous les commissariats

Le canular téléphonique qui rend fous les commissariats©Reuters
A lire aussi

6Medias, publié le jeudi 11 août 2016 à 20h30

A Paris et dans l'Essonne, un canular téléphonique a mis en relation plusieurs services de police et un des bureaux de l'Elysée.

Les commissariats s'agacent. Comme le rapporte 20 Minutes, début août, les policiers de Nice, Paris et Carcassonne, ainsi qu'un bureau de l'Elysée ont été victimes d'une usurpation téléphonique, communément appelée « spoofing » dans le monde du canular.

La méthode est simple : l'auteur des faits parvient à faire apparaître le numéro de son choix sur le téléphone du destinataire. Rassemblés en une sorte de conférence, les commissariats des trois villes se sont retrouvés un beau jour en communication avec la résidence du président de la République, sans comprendre qui était à l'origine de l'appel. Le canular n'a pas manqué de créer la confusion. De tous les côtés, on se demandait quel était l'objet de cette conférence. Un canular qui n'amusait pas beaucoup. « Les standards des commissariats sont des numéros d'appels au secours, pour des personnes agressées, voire violées », s'est énervée une source policière. « Certains reçoivent plusieurs centaines d'appels par jour. Les opérateurs ont autre chose à faire ».

De la même façon, le commissariat d'Athis-Mons dans l'Essonne a lui aussi été victime d'un canular. En fin de semaine dernière, un livreur a débarqué dans les locaux avec plus d'une dizaine de pizzas sur les bras. Il affirmait que la commande avait été passée par le commissariat, le numéro du standard s'étant affiché lors de l'appel. Du côté des policiers, on insistait : aucune pizza n'avait été commandée.

Et la police n'est pas la seule victime. Un canular a également utilisé le numéro de téléphone de la mosquée de Courcouronnes, toujours dans l'Essonne, et ce à plusieurs reprises. La première fois, pour une commande de pizzas, puis lors d'un autre appel auprès d'une entreprise de pompes funèbres lyonnaise pour « un cercueil pour un martyr ». Une agence de voyage et une pharmacie d'Evry sont également à compter parmi les victimes de l'opération. La première pour « des séjours en Syrie », la seconde pour une commande massive de préservatifs « avant la cérémonie des 12 vierges », a indiqué une source judiciaire.

Pour l'instant, il n'a pas été établi qu'un lien réel existait entre les canulars ayant touché les commissariats et l'Elysée et ceux ayant affecté la mosquée, l'agence de voyage et la pharmacie. Néanmoins, une enquête a été ouverte par le parquet d'Evry pour « appels malveillants ». Elle a été confiée à la sûreté départementale de l'Essonne.

 
20 commentaires - Le canular téléphonique qui rend fous les commissariats
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]