Landes : le matador espagnol Ivan Fandiño mortellement blessé lors d'une corrida

Landes : le matador espagnol Ivan Fandiño mortellement blessé lors d'une corrida

Le matador espagnol Ivan Fandiño a succombé à ses blessures, infligées par un taureau lors d'une corrida à Aire-sur-l'Adour samedi 17 juin.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 20 juin 2017 à 16h03

Il avait été blessé dans l'après-midi par la corne d'un taureau, au niveau des poumons, alors qu'il venait de triompher face à l'animal.

Le matador espagnol Ivan Fandiño est décédé samedi 17 juin à l'Hôpital de Mont-de-Marsan (Landes), où il avait été transporté en urgence après avoir été sérieusement blessé lors d'une corrida à Aire-sur-l'Adour. Le Centre hospitalier universitaire où il a été traité a déclaré qu'un communiqué serait bientôt publié pour donner plus d'informations sur ce drame.

Ivan Fandiño, 36 ans, a été pris alors qu'il effectuait un quite à l'un des taureaux de son compatriote Juan del Alamo. En voulant faire une passe, il s'est pris les pieds dans sa cape et a trébuché au sol où il a été pris par le taureau dont l'une des cornes l'a touché à un poumon.

Des morts très rares

Il avait pourtant triomphé quelques minutes avant en coupant une oreille lors de sa prestation face à son premier taureau.

Le matador basque espagnol, originaire d'Orduna, près de Bilbao, était à l'affiche de la corrida des Fêtes d'Aire-sur-l'Adour, avec Juan Del Alamo et le Landais Thomas Dufau, confrontés à des taureaux de l'élevage espagnol de Baltasar Iban (Province de Madrid).

Les morts dans les arènes sont très rares. La dernière remonte à juillet 2016. Le torero espagnol Victor Barrio, 29 ans, était alors décédé des suites d'un coup de corne lors de la féria de Teruel, dans le centre-est de l'Espagne. D'après les médias espagnols, avant cette tragédie, le dernier décès d'un torero dans des arènes en Espagne remonte à 1985, quand un jeune prodige de 21 ans, José Cubero, avait été embroché au coeur.

 
122 commentaires - Landes : le matador espagnol Ivan Fandiño mortellement blessé lors d'une corrida
  • T'en fais une tête, Fandiño. Maintenant, on va te couper les oreilles et la queue.

  • Vous avez le droit de ne pas aimer.....la mort du toro n'est que le point d'acmé de la tragédie homme/animal...un affrontement immémorial qui a fait ce que nous sommes et seront toujours.. des chasseurs cueilleurs et pas des êtres éthérés en quête d'éternité.Votre coté simpliste est désespérant voire dégoulinant de fausses bonnes intentions..Cette mort est digne combattante parfois victorieuse droite fougueuse écumante...Là où vous ne voyez que cruauté il y a l' harmonie d 'un duo un pas de deux un ballet...C 'est un débat sans fin comme les zébrures du zèbre..blanches sur fond noir ou noires sur fond blanc...
    Mais vous n'avez aucun droit d'interdire...Qui donc êtes vous pour cela..Si la corrida doit disparaître cela se fera pour de simples raisons économiques par désaffection.

  • ce basque a eu ce qui méritait car il n'a pas eu de la peine quand il a 'a enfourché son taureau et coupé l'oreille, la bête s'est vengée ! il devrait y avoir plus d'accident de ce genre pour que le ministre de la culture réagisse et abolisse cette tradition

  • ces mises à mort devraient être interdites, faire souffrir des bêtes gratuitement en fanfaronnant - c'est de la barbarie - comment des gens dits civilisés peuvent agir ainsi - il ne faut pas s'étonner de toutes ces violences qui se développent vitesse grand V - de vrais bourreaux

  • Chacun sa chance, cette fois il y a un gagnant qui n'a rien demandé.
    Le vrai spectacle respectueux de l'animal n'est pas la corrida mais la course de taureaux, seul l'homme risque sa peau.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]