La Shoah a fait ce qu'était Simone Veil, selon la ministre de la Santé, son ex-belle-fille

La Shoah a fait ce qu'était Simone Veil, selon la ministre de la Santé, son ex-belle-fille

French Minister for Solidarity and Health Agnes Buzyn leaves the Elysee Palace in Paris after the weekly cabinet meeting on June 28, 2017. / AFP PHOTO / Patrick KOVARIK

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 30 juin 2017 à 17h33

La tragédie de la déportation "a marqué la vie" de Simone Veil, décédée vendredi à 89 ans, et "explique ses positions et sa ténacité", a déclaré à l'AFP la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui était aussi son ex-belle-fille.

"Cette expérience a fait ce qu'elle était, elle a marqué sa vie et un changement dans son échelle de valeurs. Elle explique ses positions, sa ténacité", a estimé Agnès Buzyn, dont le père avait lui aussi été déporté. "Elle était proche de mon père. Ils avaient cette forme de complicité (liée à ce traumatisme, ndlr), même si tout n'était pas dit" entre eux au sujet de la Shoah, a poursuivi la ministre. Arrêtée par la Gestapo en mars 1944 alors qu'elle n'avait que 16 ans, Simone Veil avait été déportée à Auschwitz avec l'une de ses soeurs et sa mère.

"C'est un passage de relais qui me trouble"

Agnès Buzyn, 54 ans, avait épousé en premières noces l'un des fils de Simone Veil. "Je l'ai connue jeune, lorsque j'étais encore étudiante, et j'avais pour elle une immense admiration", a-t-elle assuré.  "Dans le privé aussi, elle avait une stature qui impressionnait, due à son aura et à son parcours", s'est souvenue Agnès Buzyn. "Mais elle compensait cela par une très grande proximité, une chaleur humaine, une attention aux autres. Elle était très protectrice de sa famille."

"Elle m'a donné goût à la vie publique et m'a fait voir la politique sous son jour le plus noble (...) Je ressens une grande émotion, c'est un passage de relais qui me trouble", a conclu la ministre des Solidarités et de la Santé. Son ex-belle-mère avait été ministre de la Santé entre 1974 et 1978, période marquée par l'adoption en 1975 de la loi Veil autorisant l'avortement, puis ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville entre 1993 et 1995.

 
52 commentaires - La Shoah a fait ce qu'était Simone Veil, selon la ministre de la Santé, son ex-belle-fille
  • buzyn n'arrivera jamais à la cheville de MADAME VEIL c'était et restera une GRANDE DAME du respect s'impose que l'on soit ou non du même bord politique de Madame Veil

  • c'est comme du temps des rois on se refile les bons postes ;elle est ministre comme sa belle-mère

  • Que ceux encore vivants qui l'ont tant humiliée, tant fait souffrir, soient maudits et surtout qu'ils ne viennent pas faire leur cinéma autour de son cercueil. Une très grande figure qui disparaît, je dirai même une des très rares grandes figures, et il n'y en a plus. et de moins en moins. Ce fut la seule femme que j'ai toujours adulée

  • Merci a cette très grande Dame et soyons un peu comme elle respectons les personnes les langages que parfois nous nous permettons ressemblent a cette fameuse assemblée donc balayons devant notre porte

  • "La tragédie de la déportation a marqué la vie de Simone Veil" ....
    Oui, en une seule, simple et douloureuse phrase voilà comment on peut et on doit résumer la vie de cette admirable femme qui mérite amplement tous les hommages justifiés qu'on lui rend.
    Mais il ne faut pas oublier tous les outrages qu'elle a subis tout au long de sa vie et principalement lors de la discussion de la loi sur l'IVG.
    Il faut se rappeler les invectives ignobles de la frange - on pourrait dire la fange - des intégristes rétrogrades (ils ont encore de la descendance en ce moment) hostiles à ce projet mais aussi, et surtout, les attaques venant de son propre camp :
    Faut-il une liste de ceux qui ont voté contre ou qui se sont abstenus si lâchement ?
    Alors, vous les enfants de la dextre actuellement déchue, doucement dans les dithyrambes hypocrites et faîtes plutôt un examen de conscience de vos aïeux !
    Enfin, on peut se féliciter, pour l'instant - mais jusqu'à quand - que le Monsieur de Montretout n'ait pas encore pondu un communiqué laconique arguant que l'atrocité vécue durant l'adolescence de cette femme n'était "qu'un détail de son humanité" ....

    2 pseudos pour la même réaction

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]