"La République n'oublie pas": hommages émouvants aux victimes de Merah

Chargement en cours
 Il y a 5 ans, l\

Il y a 5 ans, l'affaire Mohamed Merah

4/4
© AFP, vb/pp, vl/nip
A lire aussi

AFP, publié le dimanche 19 mars 2017 à 21h19

Attentats de Merah: cinq ans après, hommages et recueillements à Toulouse

"La République n'oublie pas": cinq ans après les attentats de Mohamed Merah, des hommages solennels et émouvants ont été rendus dimanche à Toulouse aux victimes, les sept vies fauchées, dont trois enfants juifs, et les blessés, du "tueur au scooter".

"Aujourd'hui, cinq ans après, la douleur et l'effroi demeurent en nous. Ils n'ont pas disparu, ils ne se sont pas apaisés avec le temps. Cinq ans après la tragédie, il nous est impossible d'oublier", a déclaré le ministre de l'Intérieur à l'école juive Ozar Hatorah, rebaptisée Ohr Torah.

"Comme vous, la République n'oublie pas. Elle se souvient de ses enfants emportés dans la nuit du terrorisme à Toulouse et Montauban", a ajouté Bruno Le Roux.

"Jamais, jamais il n'y aura de refuge sur le sol national pour les terroristes qui s'en prennent à nos enfants, à nos proches, à nos amis, à nos policiers et à nos soldats. Jusqu'au dernier, nous les traquerons. Jusqu'au dernier, nous les jugerons", a insisté M. le Roux, assurant que les auteurs d'actes antisémitismes et de racismes seront "inlassablement" traduits en justice.

Le 11 mars, à Toulouse, Merah a tué le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans. Le 15 mars, à Montauban, il a assassiné le caporal Abel Chennouf, 25 ans, et le 1ère classe Mohamed Legouad, 23 ans. Grièvement blessé, le 1re classe Loïc Liber, 27 ans, est depuis tétraplégique.

Enfin, le 19 mars, le jihadiste au scooter a attaqué l'école confessionnelle toulousaine, Le visage caché par son casque de motard, il a exécuté le "rav" (professeur de religion) Jonathan Sandler, 30 ans, ses deux fils Arieh, 5 ans, et Gabriel, 4 ans, ainsi que Myriam Monsonégo, 7 ans, la fille du directeur. Aaron Bryan Bijaoui, 15 ans, avait été blessé. 

Merah, qui se proclamait "combattant d'Al-Qaïda" et filmait ses actes avec une GoPro, a été abattu par les forces de l'ordre le 22 mars à Toulouse.

- arbre multicolore-

Sous un soleil éclatant, la cérémonie multicultuelle, pour la première fois à l'école, a rassemblé plus d'un millier de personnes, dont des personnalités politiques, religieuses ainsi qu'Albert Chennouf. Elle a été ponctuée de textes et des chants, notamment un entonné par d'anciens camarades de la classe de Myriam. 

Un arbre de vie aux couleurs multiples, une sculpture offerte par Charles Stratos, a été dévoilée. 

"Je n'ai eu de cesse dans ma carrière de réaliser des œuvres tendant à démontrer que vivre ensemble n'est pas une utopie", a expliqué l'artiste.

Un moment de recueillement avec énoncé de toutes les victimes et dépôt de cinq gerbes a ensuite eu lieu près du Capitole.

"Cinq ans que notre vie s'est arrêtée, que notre calendrier ne porte qu'une seule date. Le désespoir nous aspire", a souligné M. Yacoov Monsonégo, qui s'exprimait pour la première fois lors d'une cérémonie officielle. 

"Et pourtant nous nous battons pour tenir à distance l'insupportable, pérenniser l'école. Chaque enfant qui fréquente cet établissement est une source de joie inépuisable", a-t-il ajouté, mettant en exergue "la vigueur incroyable" que lui donnent "la confiance des parents d'élèves", "les soutiens du monde entier" ou "l'énergie des anciens élèves".

Pour Samuel Sandler, père de Jonathan, mais aussi Franck Touboul, président régional du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), il est nécessaire "de priver de nom ceux qui nous privent de vie". 

Cette position est admise par le ministre de l'Intérieur. "Il y a tellement de beaux noms, tellement de monuments qui pourraient porter le nom de personnes gaies, amoureuses de la vie pour ne pas avoir à citer ceux qui étaient les bourreaux", a affirmé M. Le Roux, lequel n'a pas cité le nom du jihadiste pendant son discours.  


Après la folie meurtrière de Merah, le jihadisme a fait 238 morts en France, avec les attaques de janvier 2015 à Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, du 14 juillet 2016 à Nice et du 26 juillet à Saint-Étienne du Rouvray.

 
22 commentaires - "La République n'oublie pas": hommages émouvants aux victimes de Merah
  • Ah les commémorations...Les terroristes doivent bien sourire ...
    A part nous dire qu'untel était connut des services de Police , ou était fiché. Vos services comme celui de votre prédécesseur ne protègent pas grand monde et se gardent bien de mettre à l'écart des criminels au lourd passé avec des casiers biens remplis! On attend seulement que ceux-ci montent d'un cran dans l’horreur pour faire des commisérations d'usage ...
    Les commémorations n'ont d’ailleurs jamais fait revenir les morts ...
    Ce n'est pas aux Césars qu'il faut se montrer, ni aux chevets de voyous pour d'autres qu'il faut se faire voir , mais plutôt dans les faits , agir et protéger nos concitoyens. Tous , sans exceptions, sans discriminations, ni positive ni négative , sans coups de menton, sans prétention , mais avec efficacité, mais ç’a ...je rêve !

  • bon anniversaire mehra a dans 10 ans pour le prochain nous ne t'oublirons pas les journalistes s'en chargerons nous fèterons par la meme occasion les deux ( FRANCAIS ) qui ont massacre a coups de pieds lune representante de l'ordre a marseille

  • Devant le malheur engendre par ces crime,force est de constater que ces extremistes n ont pas reussi a diviser la nation,meme si certains voulaient en prendre ombrage a leur seul profit electoral.Pour ma part,je pense souvent a ces victimes innocentes,tout comme a celles lachement assassinees par des regimes extremistes a cause de leurs differences ,de pensée,de religions,d apparence,politiques etc...la vigilance s impose surtout quand on voit des pseudo dirigeants qui ne sont pas capables de s imposer a eux meme,ce qu ils souhaitent imposer aux autres,dans le denis obsolu face a des actes et des paroles detestables .

  • Marre de voir la tête de merah

  • on peux constater que pour d'autres commérations, F.H. n(hésite pas à se montrer, mais là il répond au nom d'absent !!!!!!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]