Karim Benzema sous le feu des critiques sportives et politiques

Karim Benzema sous le feu des critiques sportives et politiques

Didier Deschamps et Karim Benzema à Porto Alegre, au Brésil, le 6 juin 2013. (Archives)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 02 juin 2016 à 11h35

Les accusations de racisme de Karim Benzema continuent jeudi 2 juin de faire des remous, provoquant soutien ou rejet parmi les acteurs du monde sportif, mais également politique. Et force est de constater qu'à l'exception d'Éric Cantona, qui lui a réitéré son soutien, le footballeur peine à rassembler.

"Son discours le déresponsabilise, s'il n'est pas sélectionné, c'est parce qu'il y a une affaire avec Mathieu Valbuena (dans laquelle Benzema est mis en examen pour tentative de chantage présumé à la sex-tape, ndlr), il faut rappeler ça", a expliqué Lilian Thuram sur France Info.

"J'ai discuté avec Didier Deschamps, il était le plus triste de ne pas pouvoir sélectionner Benzema, Didier est un compétiteur, il aurait aimé avoir Benzema dans l'équipe", a poursuivi l'ancien défenseur des Bleus, champion du monde 1998 aux côtés de Deschamps. "Benzema dit qu'il aime l'équipe de France, mais il l'aime mal, ses déclarations peuvent déstabiliser le groupe, même si les joueurs de l'équipe de France vont dire que non", ajoute Thuram pour qui "il faut protéger l'équipe de France".


"Le racisme existe dans la société française, Benzema aurait pu faire beaucoup, ça aurait été extraordinaire qu'il soit capitaine de l'équipe de France, mais il aurait fallu qu'il soit irréprochable", estime encore le Guadeloupéen, passé par Monaco, Parme, la Juventus et Barcelone. "Je ne pense pas que pour Didier Deschamps l'origine ou la couleur entrent en compte. Connaissant Didier, je ne pense pas qu'on puisse lui imposer quoi que ce soit", a insisté Thuram.

"FONDS DE COMMERCE DES RECRUTEURS DE DAECH"
Le président du Rugby club toulonnais Mourad Boudjellal a pour sa part frappé plus fort sur l'international. "Je crois qu'il n'a pas mesuré la dangerosité de ses propos parce que, s'il souhaite devenir un fonds de commerce des recruteurs de Daech, il ne fallait pas s'y prendre autrement", a-t-il dénoncé. Sur des jeunes des cités qui sont en manque d'idéal, ça devient un excellent exemple pour certains recruteurs, de leur dire 'regarde, même si tu deviens le meilleur dans ton sport, comme au football, regarde Benzema, tu es rejeté', ajoute-t-il. C'est vraiment un appel à dire 'Révoltez-vous contre ce pays'". "Sincèrement, je ne pense pas" que la non-sélection de l'attaquant du Real Madrid soit motivée par des considérations racistes, a estimé Boudjellal. "La preuve, c'est le nombre de 'blacks' dans son équipe. Je crois que Benzema, dans la déception, a tenu des propos qui sont dangereux par les temps qui courent". "Le sport est la représentation de la société, et dans la société il y a du racisme. Forcément, on le retrouve dans le monde du sport. Il n'y a pas de raison que l'on soit exempté de ça malheureusement", a-t-il toutefois reconnu.

"LE RACISME A BON DOS", ESTIME EL KHOMRI
"S'agissant de l'affaire Benzema, je pense que le racisme a bon dos, mais il y a bien évidemment - et elles sont présentes, et il faut les combattre sans relâche -, des discriminations liées à l'origine dans notre pays", a estimé sur iTélé la ministre du Travail Myriam El Khomri. "Je crois que cette polémique, elle est aussi injuste qu'inutile. Karim Benzema est indéniablement un grand joueur, mais je crois que l'affaire dite de la sextape... Quand on porte le maillot de l'équipe de France, il y a une forme de devoir d'exemplarité". "Après, il y a une question dans notre pays qui est les discriminations que peuvent subir une partie de la population en raison des origines. Je suis ministre du Travail, je ne suis absolument pas là pour vous dire que ça n'existe pas. Elles sont là et elles sont inquiétantes dans notre pays. J'en ai subi, je ne vais pas vous dire le contraire", a-t-elle poursuivi.

Réaction plus surprenante, celle de l'islamologue suisse Tariq Ramadan, qui, s'il concède qu'il faut poser la question du racisme en France, estime que Karim Benzema a été "maladroit". "Je ne pense pas que sur cette affaire on puisse parler de racisme caractérisé", a réagi Tariq Ramadan sur BFMTV et RMC. Je pense que c'est maladroit, je pense que lui (Karim Benzema) n'aurait pas dû réagir sur cette affaire-là. Il y a quand même une situation, il y a quand même un fait, quelque chose qui lui est reproché (...), et le sélectionneur doit penser à l'esprit d'équipe, à la cohésion", a poursuivi le théologien, en allusion à la mise en examen du joueur dans l'affaire du chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena. 


Mais "dans la discussion raisonnable et posée que nous avons, il faut poser la question du racisme en France. La question du racisme en France, elle est vis-à-vis des Arabes, elle est vis-à-vis des noirs, elle est vis-à-vis des Roms", a fait valoir Tariq Ramadan, ajoutant : "L'antisémitisme, l'islamophobie et tous les racismes doivent être refusés". "Benzema a raison sur l'atmosphère" qui règne en France, a indiqué l'islamologue. L'intellectuel suisse s'en est une nouvelle fois pris au Premier ministre Manuel Valls, qui s'était lui-même prononcé contre la présence de Benzema en équipe de France, arguant qu'un "grand sportif doit être exemplaire". "Qu'est-ce que Valls a à dire sur le fait qu'on sélectionne Benzema ou pas ? Il a politisé l'affaire alors qu'il fallait laisser le sélectionneur s'occuper de ça", a-t-il jugé.

LA MYSTÉRIEUSE RÉPONSE DE KARIM BENZEMA
Le footballeur, qui a remporté samedi dernier la Ligue des Champions avec son club du Real Madrid, a de son côté répondu à la polémique sur les réseaux sociaux.

Un message qui se résume à une photo et deux mots : "Force tranquille". Une publication mystérieuse, qui laisse supposer que Karim Benzema se positionne au dessus des débats, qu'il a pourtant lui-même provoqués.

Karim Benzema avait confié mercredi au quotidien sportif espagnol Marca, à propos de sa non-sélection pour l'Euro-2016 en France (10 juin-10 juillet), que le sélectionneur français Didier Deschamps avait "cédé à la pression d'une partie raciste de la France".

 
40 commentaires - Karim Benzema sous le feu des critiques sportives et politiques
  • Effectivement , un dixième pour lui contre neuf dixième pour les français racistes .

  • avatar
    GDR66  (privé) -

    Benzema je vais te dire, des fois y a des gens qui ne sont ni racistes, ni homophobes, ni antisémites ou islamophobes, des fois c'est juste toi qui es un gros ... !

    BRAVO Monsieur vous avez tout compris!!!

  • Le raciste c'est lui ,il aime pas les gents de couleurs car nous petit blanc 3 au départ du match mais en bon chrétien ont fait confiance a Deschamps . Son égo est trop sur dimentioné , pas supporté sa non sélection, sa grosse tete pas digéré et son cerveau avec ( s'il y a cerveau ) . De toute façon en équipe de France le peu de problème sont venu de Nasry, Anelka, Rybéri, et Benzema que des intégrés !!!!!!!!!!! la faute a la fédé qui nous fait passez pour des billes avec des sanctions bidon ,et je parle pas du bus ? La ont vas voir si la fédé a des coui........lle car pour moi radié a vie point !!!!!!!! Au fait et le petit Valbuena plus personne parle de lui moi en équipe de France il ma jamais déçu, je dit que Deschamps a eu la présion des chrétiens pour pas le convoqué ,arreton et vive le foot mais sans des cons

  • ça commence sérieusement a gonfler ces accusations incessante de racisme par ces gens la !! je suis français de France (c est pas de ma faute,désolé) et je suis fatigué de subir CE RACISME envers nous !! quand est ce que sopo va defendre TOUTES les formes de racisme, notamment anti blanc ???

    excellent, vous avez raison

  • avatar
    stefb  (privé) -

    Tres drole El Khomri , "Quand on porte le maillot de l'équipe de France, il y a une forme de devoir d'exemplarité" , et coté ministres, secrétaires d'état , etc .. La pas de soucis pour nommer des anciens condamnés (et non pas suspectés de ...)

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]