JO-2024 à Paris : une belle victoire et un grand défi, estime la presse

JO-2024 à Paris : une belle victoire et un grand défi, estime la presse

La maire de Paris Anne Hidalgo après l'attribution des Jeux Olympiques de 2024 à la ville de Paris, le 13 septembre 2017 à Lima, au Pérou

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 14 septembre 2017 à 06h43

L'attribution mercredi des jeux Olympiques de 2024 à Paris est une belle victoire pour toute la France et un grand défi pour tout le pays, estime jeudi la presse qui "ne boude pas son plaisir".

"Enfin", titre en Une l'équipe. "Euphorisant", écrit en Une Le Parisien. Le Figaro voit dans ce choix : "un défi sportif et économique" pour le pays. Libération s'intéresse aussi à la victoire de Paris à travers le portrait de Tony Estanguet, triple médaillé d'or en canoë et cheville ouvrière de la candidature parisienne. Pour Les Echos, c'est "une victoire historique".

Joie et défi sont les deux mots qui reviennent le plus souvent dans les écrits des éditorialistes après "la victoire de Paris".

"La France a signé hier une de ses plus belles victoires sportives", assure Jérôme Cazadieu, dans le quotidien sportif pour qui désormais : "le sport tricolore est confronté au plus grand défi de son histoire".

C'est "un vrai défi pour la France" reconnaît également Nicolas Charbonneau dans Le Parisien. Mais d'abord pour lui : "soyons fiers que Paris ait été choisi. Sachons saisir cet honneur. Sachons saluer le travail et l'énergie de tous ceux qui ont contribué à cette victoire".

"L'émotion n'était pas feinte sur l'estrade du Convention Center de Lima. Les regards pétillaient comme des bulles de champagne", raconte Jean-Julien Ezvan, dans le Figaro. "Une ivresse de courte durée" souligne-t-il car "le projet et ses acteurs vont devoir rapidement changer de dimension pour relever de colossaux défis".

- "Tous les atouts" -

"Ne boudons pas notre plaisir", lance Jean-Emmanuel Ducoin, dans L'Humanité. Et "laissons un peu s'exprimer notre intuition : à l'image de la Coupe du monde 1998, les JO de 2024 peuvent être une chance", ajoute-t-il.

"Ne boudons pas le plaisir d'une nouvelle positive", exhorte également Laurent Marchant, de Ouest-France. "Les JO sont l'occasion pour la France de créer une dynamique potentiellement vertueuse", explique l'éditorialiste. 

"Ne boudons pas notre plaisir", s'exclament aussi Christophe Hérigault, dans La Nouvelle République du Centre-Ouest et Yolande Baldeweck, dans L'Alsace. "C'est une heureuse nouvelle. Pour la capitale. Pour la France qui a aussi, parfois, grandement besoin d'unité et de rêve", affirme Christophe Hérigault. "Saluons ce + Pack France+ qui a transformé l'essai. Pour son rayonnement, la France a besoin que Paris 2024 soit une réussite. Le plus dur reste à venir", prévient Yolande Baldeweck.  

"La tenue sur le sol français de cet événement mondial constitue une excellente nouvelle qui va bien au-delà du seul champ sportif. Elle est aussi économique", estime Stéphane Siret, de Paris-Normandie.

Un "défi considérable" certes, relève Jean-Claude Souléry, de la Dépêche du Midi mais pour ce dernier : "Paris, assurément, possède tous les atouts" pour le réussir.

Maurice Bontinck, de la Charente Libre, a "envie de croire à ce cercle vertueux et ce formidable accélérateur d'investissements créé par les JO 2024". 

"Si cette heureuse nouvelle est le fruit de nombreuses années de travail. C'est maintenant que le plus dur commence. L'important est de participer. Mais aussi, si possible, que tout le monde en sorte gagnant", conclut Christophe Bonnefoy, du Journal de la Haute-Marne. 

 
142 commentaires - JO-2024 à Paris : une belle victoire et un grand défi, estime la presse
  • Hisalgo surprise,quel cinema!il ne faut pas oublier que lorsque F.Hollande a initié l'idée des JO à Paris,elle avait reagit de façon très negative envers le père de sa fille.Paris,ma ville natale,il est temps de changer de maire quitte à lui offrir une place dans le comité du tour de France;le vélo,elle en connait un rayon

  • Elle parait étonnée alors que tout était fait d'avance car aucun autre volontaire !!!!!! l'on aime s'auto congratuler !!!! J'espère qu'elle ne sera plus Maire de PARIS à cette date. Que d'argent balancé lorsque l'on voit les infrastructures qu'il faut !!!! Bizarre il y a de l'argent mais pas pour l'armée qui défend notre pays !!! PAS LE MEME BUDGET !!!! gros bluff. Général DE VILLIERS tais toi !!!!

  • Je ne veux pas passer pour un rabat joie mais je suis tout de même extrêmement perplexe ... et je voudrais vous faire part de mon étonnement, que dis-je de ma stupéfaction !

    Les pouvoirs publics m'expliquent quasiment chaque jour que l'argent manque cruellement, j'ai tendance à les croire quand j'observe les efforts faits pour gagner qqs centimes par ci par là, 5 euros d'APL, 1 ou 2 centimes sur le Gasole des autos, on arrête quasiment de colmater les trous en formation sur nos routes, les centrales nucléaires sont un peu moins bien entretenues, on fait aussi des économies modestes sur le rail, on gratte 1.7% sur la retraites de nos anciens, .... bref on va chercher les euros qui manquent (enfin c'est ce que l'on nous explique avec force conviction) à la petite cuillère et on racle tout ce qui pourrait dépasser avec une vigueur peu commune ...

    Et puis tout d'un coup, après qu'un bon nomlbre de mes concitoyens ont voyagé à l'autre bout du monde, à Lima je crois, pour apprendre qu'on avait enfin "obtenu les jeux" que nous étions les seuls à quémander (ça il faut le dire, c'était en effet gagné d'avance pour nous, par forfait des autres ... on ne se demande même pas pourquoi car nous savons que cela coûte horriblement cher sans pour autant que les retours sur investissements soient aux rendez vous !!!) .... on observe donc que c'est la catharsis générale pour les gens qui sont allés au bout du monde ... et, magie des jeux oblige, ce sont maintenant pas loin de 7 000 millions d'euros que l'on est prêt à engager avec le plus grand plaisir ( enfin pas moi ... moi ça me fait un peu peur ces 7 milliards d'euros).

    Je ne comprends plus ce qui se passe .... je ne dis "qu'une seule chose" (c'est une façon de parler, n'est ce pas ?) : quand vous tenterez désormais de m'expliquer qu'il vous manque de l'argent pour clore le bilan de vos années comptables et rester dans les promesses de vos engagements européens, eh bien je vous considérerais comme des bonimenteurs ...

    ç'est dit et bien dit!

  • Je propose à ceux qui en veulent paye

  • endormir le peuple avec une bonne dose d' opium , ça marche !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]