IVG médicamenteuse : pour les gynécos, pas besoin d'arrêt de travail

IVG médicamenteuse : pour les gynécos, pas besoin d'arrêt de travail

Une infirmière montre la pillule RU486 au planning familial de l'Hopital Broussais, le 25 octobre 2000 (illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 21 juin 2016 à 15h47

- Le syndicat des gynécologues estime que les arrêts de travail ne sont pas nécessaires pour les femmes ayant subi une IVG médicamenteuse, et déplore que les sages-femmes aient désormais le droit d'en octroyer. -

Depuis le 5 juin 2016, un décret permet aux sages-femmes de réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses.

Elles peuvent aussi prescrire un arrêt de travail de 4 jours (renouvelable une fois) à la suite de l'intervention. Cette mesure vise à faciliter l'accès des femmes à l'IVG dans le cadre de la loi de modernisation du système de santé. Mais elle ne semble pas plaire au Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof), qui estime que l'IVG médicamenteuse ne justifie pas un arrêt de travail, et que celui-ci ne devrait pas être fourni par les sages-femmes.

UN JOUR FÉRIÉ OU DE CONGÉ

Ce sont les propos de la présidente du syndicat qui ont particulièrement suscité l'indignation sur les réseaux sociaux. En évoquant l'égalité entre hommes et femmes dans le monde du travail, Élisabeth Paganelli explique dans un message publié sur Facebook que "s'il y a nécessité de quatre jours d'arrêt de travail, ce n'est pas une IVG médicamenteuse normale". Elle suggère, "si tout se passe bien", de "proposer à la patiente de choisir le jour de l'expulsion un jour férié (...) ou de poser un jour de congé" à cette occasion.



"Si on considère que la femme est l'égale de l'homme au sein du travail et qu'elle puisse enfin être payée comme l'homme et avec égalité, il faut que les professionnels de santé évitent les arrêts de travail injustifiés à leurs patientes", justifie la praticienne sur sa page Facebook.

Ainsi, les femmes dont l'IVG s'est "bien passée" ne devraient pas bénéficier d'un arrêt de travail, mais plutôt poser un jour de congé ou profiter d'un jour férié pour réaliser leur IVG. Une position dénoncée par l'organisme du Planning familial, qui estime que "chaque femme choisit le moment qui lui convient le mieux" pour procéder à cet acte. Cet avis est également partagé par le médecin Martin Winckler. Interrogé par Libération, il rappelle que l'IVG médicamenteuse n'est pas un acte anodin et qu'"un arrêt de travail de 4 jours renouvelable une fois, ce n'est pas scandaleux, loin de là". "C'est la femme qui sait en quoi une IVG perturbe ou non sa vie, et c'est à elle de dire ce qui rendra les choses confortables", écrit également le médecin sur sa page Facebook.



LES SAGES-FEMMES DANS LE VISEUR DES GYNÉCOLOGUES

Le syndicat considère par ailleurs que les sages-femmes n'ont pas les compétences pour délivrer un arrêt de travail. Dans son communiqué, le Syngof met en garde contre "les prémices d'une médecine pleinement exercée par une profession qui ne l'a jamais apprise". Mais pour les organisations de sages-femmes, la pratique des IVG médicamenteuses s'inscrit pourtant dans la continuité de leurs compétences. "Les sages-femmes peuvent déjà prescrire des arrêts de travail au cours de la grossesse, d'une durée de 15 jours maximum", rappelle Élisabeth Tarraga, secrétaire générale de l'Organisation nationale des syndicats de sages-femmes, dans les colonnes de Libération.

Suite à la polémique crée par ce communiqué, qui a suscité l'indignation de certaines femmes et de la profession des sages-femmes, le Syngof a tenu à éclaircir sa position. Dans un nouveau communiqué, le syndicat "se félicite que l'IVG médicamenteuse de ville puisse être réalisée par une représentation plus étendue du personnel médical", et rappelle que "son propos s'applique à l'IVG médicamenteuse de ville pour les grossesses de moins de 5 semaines".

 
9 commentaires - IVG médicamenteuse : pour les gynécos, pas besoin d'arrêt de travail
  • "Le Syngof rappelle que "son propos s'applique à l'IVG médicamenteuse de ville pour les grossesses de moins de 5 semaines"..."

    MOINS DE CINQ SEMAINES ?
    Je suis perplexe !
    Cela veut dire que la femme pense qu'elle est peut-être enceinte et se précipite sur un test de grossesse ou analyse dès le 32ème jours d’aménorrhée ?
    Puis que dans la foulée, elle s'organise pour se faire prescrire les produits nécessaires ?
    Je peux comprendre que l'arrêt de travail ne paraisse pas nécessaire !
    A ce stade là, la grande majorité des futures mamans ne savent même pas encore qu'elles sont enceintes puisque peu de grossesses sont "diagnostiquées" avant la SIXIÈME semaine !!!

    ils essaient de rattraper l'énorme boulette puante qu'ils ont lancée

  • C'est de la régression pour nous les femmes - pas d'arrêt de travail en cas d'IVG médicamenteuse ; bientôt l'amocienthèse sera suprimée pour les femmes à risques ( voire celles de 35ans à 45 ans-------insdipensable en cas de chromosone mongolien------il n'y a déjà pas de structures pour les enfants handicapés (souvent ils sont à la charge de leurs parents ; quant aux futurs petits mongoliens à venir, qu'en feront nous et quelle vie auront-ils??????on ferme les maternités et combien de femmes accouchent n'importe où et dans quelles conditions!!!!!c'est un retour pur et simple au Moyen Age........par contre, de l'argent il y en bien pour beaucoup d'autres choses qui n'ont rien à voir avec la santé de l'être humain.......et quant on voit, le prix des Maisons de Retraites, c'est effarant...............et d'après les sondages, la vie sera de plus en plus longue ; c'est de la contradiction n'est pas???????mais pour les VIP, eux ne sont pas concernés...............QUELLE HONTE.

    "C'est de la régression pour nous les femmes"
    Je ne suis pas vraiment d'accord avec ce que vous écrivez !
    Il est question "d'IVG médicamenteuse pour les grossesses de moins de 5 semaines."

    Cela veut dire que la femme pense qu'elle est peut-être enceinte et se précipite sur un test de grossesse ou analyse dès le 32ème jours d’aménorrhée ?
    Puis que dans la foulée, elle s'organise pour se faire prescrire les produits nécessaires ?
    Tout cela en moins de 5 semaines ?
    Je peux comprendre que l'arrêt de travail ne paraisse pas nécessaire !
    Pour "comparer" à ce stade là, la grande majorité des futures mamans ne savent même pas encore qu'elles sont enceintes puisque peu de grossesses sont "diagnostiquées" avant la SIXIÈME semaine !!!

  • Et bien moi Monsieur Winckler j'irai plus loin que vous :je considère qu'un acte sexuel est atrocement source de stress et devrait bénéficier d'un arrêt de travail de plusieurs jours (renouvelable à la demande car évidement que va faire la chaste épouse pendant son arrête de travail ?? )Cet arrêt serait amplement justifié si la partenaire ne réussit pas à jouir et du coup peut culpabiliser elle et son partenaire ,et dans le cas contraire sait qu'elle risque de tomber ...enceinte ! Moralité :il faut que les sages femmes (qui portent vraiment bien leur nom )aient aussi la permission ) de prescrire des anxiolytiques avant les copulations et pourquoi pas, ...une pilule plus efficace (car celles qui se trouvent enceintes et se font avorter en général c'est qu'elles ont commis une erreur dans leur protection ?.

  • C’est la guéguerre « gynécologues – sages-femmes » qui ne date pas d’aujourd’hui.

  • Si vous ne voyez pas de Marisol déplace les missions médicales vers les SF pour faire du low cost, vous êtes aveugle.Le problème n'est pas financier , je suis gynéco et jles cs ivg sont longues et mal payées je m'en passerais avec plaisir!
    Après c'est un choix mais déjà les poses de stérilet par les sf me font opérer plus car sans formation les perforations utérines se multiplient...
    Bref aucun problème pour les medecins mais vous patients êtes en train de vous faire vendre une baisse de qualité de soins alors que vous n'êtes déjà pas assez exigeants avec votre système de santé.

    Vous méritez plus d'infirmieres dans les services d'hospitalistation et lEtat baisse les forfaits pour toutes les chirurgies dans les hopitaux et cliniques!
    Vous méritez des consult médicales de plus de 10 minutes! Mais vous avez des consutl médicales à 23 euros le prix du coiffeur! Les prix de la cs au maroc...pourinfo prix cs med en europe à 50 de moyenne...
    Bref vous vous faites arnaquer par les politiques qui eux se font soigner VIP bien sûr...
    Reveillez vous

    vous ne devriez pas choisir ce pseudo, car vous êtes un bon docteur
    Comme vous, je suis choquée que l'infirmière scolaire puise délivrer la pilule du lendemain, qui n'a rien d'anodin, pas plus qu"un "non médecin" puise placer un stérilet ou prescrire médicaments ou arrêts de travail

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]