Investiture d'Emmanuel Macron : "Un sans-faute avant les choses sérieuses"

Chargement en cours
 Le plus jeune président de France s\

Le plus jeune président de France s'installe à l'Élysée.

1/4
© AFP, Alain BOMMENEL, Iris ROYER DE VERICOURT
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 15 mai 2017 à 09h10

REVUE DE PRESSE - Pour la presse de ce lundi 15 mai, l'investiture d'Emmanuel Macron fut un "sans-faute" qui a "tenu ses promesses protocolaires, politiques et humaines". Mais pour le nouveau président de la République les choses sérieuses et plus difficiles commencent selon les éditorialistes.

Emmanuel Macron est officiellement devenu dimanche le plus jeune président de l'histoire de France. Lors d'une cérémonie solennelle, sous les ors de la Salle des fêtes du palais de l'Élysée, il a promis de refonder l'Europe et de rendre "confiance" aux Français. "Les Français ont choisi l'espoir et l'esprit de conquête", a-t-il lancé, fixant le cap d'une présidence au cours de laquelle il n'entend "rien céder". "Je veux rendre aux Français leur confiance en eux, depuis trop longtemps affaiblie", a-t-il insisté avec "la certitude intime que nous pouvons ensemble écrire une des plus belles pages de notre Histoire".

"Ce fut un impeccable sans-faute. Tout avait été pensé et calculé pour donner à cette journée une gravité présidentielle", se félicite Grégoire Biseau, dans Libération. Mais "un immense défi" attend Emmanuel Macron car "on connaît les indémêlables ambivalences des Français : ils veulent tout et le contraire de tout".  

"Il n'y eut pas le moindre faux-pas, pas la plus petite erreur de protocole ou de mise en scène", confirme Sébastien Lacroix, de l'Union/L'Ardennais. "Un sans-faute. La passation de pouvoir a tenu ses promesses protocolaires, politiques, humaines", juge Paul Caraci, du Midi Libre. "Pas de fausse note", affirme pour sa part Olivier Pirot, de La Nouvelle République du Centre-Ouest. "On peut reconnaître qu'Emmanuel Macron a réussi sa journée d'investiture", ajoute-t-il. "Il n'a commis aucun impair", relève Patrice Chabanet, du Journal de la Haute-Marne. Laurent Bodin, pour L'Alsace, a vu "une entrée en matière aussi réussie que bien mise en scène".

À L'ÉPREUVE DU POUVOIR

"Bref, Macron a réussi son examen de passage", résume Sébastien Lacroix (L'Union/L'Ardennais) avant de préciser : "C'était le moins difficile". "Les choses sérieuses commencent aujourd'hui (lundi)", prévient en Une Le Parisien. "Le voilà désormais à l'épreuve du pouvoir et de son exercice", souligne Pascal Coquis (DNA). "Il lui reste maintenant à se confronter au réel", averti Daniel Muraz, du Courrier Picard. "Aux réticences partisanes qui persistent", alerte Jean-Claude Souléry, de la Dépêche du Midi.

Pour Pierre Frehel, dans Le Républicain Lorrain, "La dure réalité de la route l'attend". "Avec des batailles aussi nombreuses que difficiles", prévient Bruno Dive, dans Sud-Ouest. "Le plus dur l'attend", écrit Philippe Marcacci, de l'Est Républicain.

"Passer en revue la garde républicaine et mettre au pas la France sont deux choses bien différentes", assène Patrick Apel-Muller, dans L'Humanité. "Après avoir montré comment il présidera la France, Emmanuel Macron doit montrer maintenant comment il entend la gouverner", indique Matthieu Verrier, dans La Voix du Nord. "L'heure est venue d'un travail lent, exigeant, pour rendre aux Français cette confiance en eux, depuis trop longtemps affaiblie", explique Guillaume Goubert, dans La Croix, en reprenant pratiquement les mots du nouveau président.

 
3 commentaires - Investiture d'Emmanuel Macron : "Un sans-faute avant les choses sérieuses"
  • Macron, homme brillant, surtout après le passage des brosses à reluire des médias...

  • mme macron est trés bien coiffée et laisse voir son visage

  • on peut penser ou dire ce que l'on Macron a une autre posture et image que Hollande ,Macron est sans doute très intelligent et je crois qu'il saura donner une autre image de notre pays que le gaffeur Hollande qui n’aura jamais endossé le costume de cette Présidence maintenant reste à savoir si Macron aura une majorité et là on va encore se payer une campagne féroce , Baroin et Mélenchon et Lepen et tous les jaloux opposants vont sans doute critiquer , salir simplement pour exister en oubliant le principal à savoir le réel bien être des français alors espérons qu'une majorité donnera la chance de voir si en 60 mois nous serons un jour un peu plus heureux ...

    macron est idolatré mais attendons de voir les résultats de sa politique pour l instant on ne sait pas

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]