Inondations : transports, électricité... Le point sur les perturbations

Inondations : transports, électricité... Le point sur les perturbations

Un train sur le viaduc d'Austerlitz le 4 juin 2016. (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 05 juin 2016 à 11h02

- Électricité, transports, chauffage... Plusieurs services étaient encore perturbés ce dimanche par les crues exceptionnelles dans le bassin parisien et la région Centre-Val de Loire alors que la tendance était à la décrue.

-

La crue de la Seine restait limitée ce dimanche matin 5 juin en Normandie, où les autorités avaient levé la vigilance rouge instaurée la veille au soir, après une semaine d'intempéries qui ont fait quatre morts et 24 blessés dans toute la France. À Paris, la décrue s'est confirmée, le niveau de la Seine redescendant à 5,77 m à 08h, alors que la montée continue des eaux jusqu'à 6,10 m dans la nuit de vendredi à samedi avait suscité l'inquiétude. Le niveau des eaux baisse d'un à deux centimètres par heure. Outre l'Eure et la Seine-Maritime, 15 départements étaient encore en vigilance orange inondations dimanche matin, dans la région Centre, en Lorraine et en Île-de-France. Vigicrues dit s'attendre encore "à une hausse très modérée du Cher à Tours", où ce cours d'eau se jette dans la Loire. La Loire précisément où le maximum d'une crue "modérée" est en cours à Tours.

"Le retour à la normale prendra évidemment plusieurs jours", soulignait Manuel Valls samedi alors qu'il se trouvait à Crosne (Essonne) rapportait France Bleu. "La décrue devrait être lente, et dépendra des conditions météorologiques des jours à venir", confirmait par la suite la ministre de l'Environnement Ségolène Royal. "Sans précipitation, ce pourrait être de l'ordre de 5 à 7 jours, mais en raison des précipitations, on va dépasser la semaine", selon Bruno Janet, du site de prévention Vigicrues.

Le point sur les perturbations :

ÉLECTRICITÉ

Quelque 11.300 foyers étaient toujours privés d'électricité, avec une forte baisse dans le Loiret et le Cher, mais une hausse dans le Val-de-Marne, a indiqué le gestionnaire du réseau français de distribution d'électricité Enedis (ex-ERDF).

Dans le détail, en Île-de-France, 10.400 foyers étaient toujours victimes de coupures (contre 11.400 samedi soir), 4.500 étaient touchés dans l'Essonne (6.600), 3.500 en Seine-et-Marne (2.900), 1.800 dans le Val-de-Marne (1.200) et 600 plus en aval dans les Yvelines (700). Aucun foyer de Paris intramuros n'est touché. Dans le Loiret, 250 foyers restaient privés d'électricité (350), 600 étaient touchés dans le Loir-et-Cher (1.000) et enfin 50 clients restaient concernés dans le Cher (250).


RATP

La situation est inchangée avec un trafic normal. Alors que les stations de Cluny La Sorbonne (ligne 10) et celle de Saint-Michel (ligne 4 et RER B) étaient fermées samedi, ce dimanche seule cette dernière n'était pas desservie. Elle n'est pas inondée mais des infiltrations rendent les couloirs et surtout les escaliers glissants.

SNCF

Un retour à "un trafic normal n'est pas attendu avant la deuxième partie de la semaine prochaine", une fois que la décrue de la Seine aura eu lieu, a annoncé samedi le président de la SNCF Guillaume Pepy. Cependant, "si la décrue était très rapide, ça pourrait être un peu plus tôt mais la question est de savoir s'il y a un plateau ou s'il y a une décrue rapide et à ce stade, on se sait pas", précisait-il.

Le trafic SNCF était également perturbé par une grève, que Manuel Valls a qualifié samedi de "totalement incompréhensible". Tout comme le patron de l'entreprise ferroviaire, le Premier ministre avait par ailleurs appelé à l'arrêt "le plus vite possible" de ce mouvement social par "solidarité".


• Transilien

La crue de la Seine empêchait ce dimanche la circulation de certains trains sur les lignes C, D, P et R. La Ligne C est ainsi fermée entre Paris Austerlitz et Javel, et Paris Austerlitz et Pontoise. Les gares de Porchefontaine et Versailles Château Rive Gauche ne sont pas desservies. Le trafic restera fortement perturbé au moins jusqu'au lundi 6 juin inclus. La circulation des trains sur la N s'est par contre améliorée entre Paris Montparnasse et Versailles Chantiers.

ROUTES

• Autoroute A10

Les 300 véhicules bloqués par les inondations sur l'autoroute A10, au nord d'Orléans, ont commencé à être évacués dimanche matin vers 8h30 à l'issue d'importants travaux qui ont permis de créer un canal au sec pour les dépanneuses, a indiqué à l'AFP Vinci Autoroute. Environ 200 voitures et 100 poids lourds sont bloqués depuis mardi entre deux nappes d'eau qui ont recouvert à l'A10 entre les points kilométriques 86 et 93.

Vinci a dû créer un corridor de 800 m de long à l'aide de 3.000 sacs de 2 tonnes de gravats chacun et l'assécher à l'aide de pompes ultra puissantes dont certaines ont été acheminées depuis les Pays-Bas. "Les travaux qui se sont poursuivis cette nuit ont permis d'achever le corridor sec et de l'assécher vers 8h30. Les premières dépanneuses ont pu accéder à la zone", selon Vinci. L'entreprise a dépêché 25 dépanneuses pour les véhicules légers et 10 pour les poids lourds. Les opérations devraient durer la journée.

• Duplex A86

En raison des inondations causées par la crue de la Seine, le Duplex 86, tunnel de l'A86 à l'ouest de Paris, était de nouveau fermé depuis ce dimanche matin entre Vaucresson et Rueil-Malmaison, dans les deux sens de circulation. Cette fermeture est consécutive à la présence de zone inondées dans le tunnel de Belle Rive, selon le gestionnaire du tunnel, Vinci Autoroutes. La partie sud du Duplex A86, entre Vaucresson et Vélizy, reste quant à accessible et ouverte.

MUSÉES

La cathédrale Notre Dame de Paris, fermée préventivement samedi à cause du niveau inquiétant de la Seine, a rouvert ce dimanche selon France Info. Le Grand Palais rouvre ses portes également dès ce dimanche. En revanche, le musée de la conciergerie reste fermé jusqu'à nouvel ordre. Le musée d'Orsay ne rouvrira que mardi, et Le Louvre mercredi.

EAU CHAUDE

Plus d'une quarantaine de bâtiments, essentiellement des entreprises du tertiaire, restent privées d'eau chaude dimanche matin en raison de coupures sur le réseau de chaleur d'une partie de la métropole urbaine.
En cette saison où le chauffage est coupé, seule la distribution d'eau chaude est affectée.

La liste précise des bâtiments touchés est sur le site cpcu.fr. Ils sont situés dans le Val-de-Marne (Ivry et Vitry-sur-Seine, Charenton Le Pont) en Seine-Saint-Denis (L'Île-Saint-Denis) dans le XIIIè arrondissement parisien, et à Boulogne-Billancourt et Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine. Une centaine bâtiments, dont la liste est également sur Internet, restent placés sous surveillance de premier niveau mais ne seront touchés que si la Seine venait à remonter.
 
2 commentaires - Inondations : transports, électricité... Le point sur les perturbations
  • A premiere vue Dragon56 partie sur paris , qui assure les urgences vitales sur Houat, Hoedic, Belle-ïle ou Groix n'est pas considérer comme une perturbation ! ! ! Mais nous ne somme ( Breton) pas grand chose par rapport au parisien

  • intervieuw ce matin d'un responsable CGT, qui dit que les grèves vont continuer, et que l'excuse des inondations est politique. Je ne savais pas jusqu'à aujourd'hui que les inondations étaient politiques. Donc aucune solidarité, vraiment en plus c'est un responsable CGT marseillais, et les marseillais n'ont rien à foutre des parisiens. C'est vraiment un connard de première catégorie. La CGT va s'en mordre les doigts, et va perdre toute sa crédibilité, si elle en avait une.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]