Inondations : légère décrue de la Seine à Paris et en amont

Inondations : légère décrue de la Seine à Paris et en amont

Selon le ministère de l'Environnement, le niveau de la Seine devrait rester relativement stable pendant tout le week-end avant d'amorcer une véritable décrue.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 04 juin 2016 à 08h25

- Pour la première fois depuis une semaine, la Seine a légèrement décru samedi matin à Paris. Selon le service de prévention Vigicrues, le niveau du fleuve était redescendu à 6,04 m vers 10h après être monté jusqu'à 6,10 m vers 2h du matin.

-

La Seine a atteint vendredi à Paris son plus haut niveau depuis 30 ans. Mais après 8 jours de hausse continue, le fleuve est revenu à son niveau de vendredi 20h à Paris. La crue de La Seine à Paris "a atteint cette nuit un pic à 6,10 mètres" et "on n'ira pas plus haut", a déclaré à l'AFP Bruno Janet, chef du pôle de modélisation de Vigicrues. Les niveaux de 1982 (6,18 m) et de 1910 (8,62 m) ne seront donc pas atteints. Vendredi, la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, avait jugé vendredi "probable que le niveau se stabilise entre 6,10 m et 6,40 m durant la nuit". Les "hypothèses plus défavorables" du ministère évoquaient un maximum à 6,50 mètres. Il s'agira, selon le ministère, "d'un plateau plus que d'un pic, ce niveau haut devant rester relativement stable pendant tout le week-end avant d'amorcer la décrue".

"A ce stade, nous avons quatre décès à déplorer et 24 blessés. Nous pensons aux familles concernées", a déclaré ce samedi Manuel Valls à l'issue d'une visite à la cellule de crise au ministère de l'Intérieur Place Beauvau. "Il y a eu 20.000 évacuations depuis le début de l'épisode, dont 17.500 en Île-de-France". "Il y a toujours un point de vigilance qui reste sur la ville de Corbeil-Essonne", a-t-il ajouté.

LA DÉCRUE DEVRAIT ÊTRE LENTE

Météo-France attend encore des pluies ce weekend mais "sans commune mesure" avec celles du weekend dernier. Ces précipitations seront suivies d'un temps plus sec en début de semaine, selon l'organisme de prévision. La vitesse de la décrue dépend notamment de la taille du cours d'eau. Plus il est gros, plus il monte et redescend lentement. De manière générale, un fleuve monte environ trois fois plus vite qu'il ne descend. "Lorsque la décrue sera bien amorcée, le rythme de descente sera plus régulier, puis cela va s'accélérer. En 1910, il avait fallu un mois pour revenir à la normale, mais là ce sera beaucoup plus rapide, entre 5 et 15 jours. Sans précipitation, ce pourrait être de l'ordre de 5 à 7 jours, mais en raison des précipitations, on va dépasser la semaine", a-t-il estimé.

La rapidité de la décrue dépend aussi de la pente des cours d'eau. Plus le cours d'eau est plat, plus l'eau met du temps à s'évacuer. C'est la raison pour laquelle la décrue de la Somme en 2001 a duré des mois.

Conséquences des pluies diluviennes qui se sont abattues sur l'Europe cette semaine, la montée des eaux n'a pour l'instant pas causé de dégâts significatifs dans la capitale. Comme 12 autres départements (voir la carte météo France ci-dessous), Paris est en vigilance orange et a pris vendredi une série de mesures préventives : les musées du Louvre, d'Orsay, le Grand Palais et la Bibliothèque nationale de France ont fermé leur portes, les bateaux-mouches sont restés à quai, des barricades ont été érigées et des stations de métro ou de RER ont été fermées. François Hollande s'est rendu dans la nuit de vendredi à samedi, au musée du Louvre pour encourager les équipes chargées d'évacuer les oeuvres d'art.

LE TRAFIC SNCF PERTURBÉ JUSQU'À LA SEMAINE PROCHAINE

Le président de la SNCF Guillaume Pepy a expliqué ce samedi qu'un retour à "un trafic normal n'est pas attendu avant la deuxième partie de la semaine prochaine. "Le jour où la voie sera à sec, quand la décrue sera faite, il faudra 48H00 de travaux pour remettre en service normal donc ça signifie qu'il faut compter sur un trafic normal dans la deuxième partie de la semaine prochaine", a-t-il expliqué. "Sur la trentaine de sites qui ont été impactés en Ile-de-France, il y en a une dizaine pour lesquels les travaux sont terminés et il reste une vingtaine de sites sur lesquels les équipes de SNCF Réseau sont mobilisés, pour des travaux de déblaiements, de confortements de remblais, de remise en état de la signalisation et des travaux de nettoyage dans les gares".

Des squares, des caves, des parkings et certains pieds d'immeubles ont également été inondées. "Ça a commencé avec juste un filet d'eau de 2 mm, puis 5 cm et puis ce matin 70 cm", a raconté à l'AFP Patricia, habitante d'un immeuble aux caves inondées dans le XVIe arrondissement. La mairie de Paris a annoncé l'ouverture de deux gymnases "pour mettre à l'abri les personnes sans domicile fixe". Mais "aucune évacuation n'est prévue" dans la capitale, "de même qu'aucune coupure de gaz et d'électricité, même à titre préventif", a affirmé Colombe Brossel, adjointe à la sécurité à la mairie de Paris.

Cette crue aura toutefois "des impacts en aval de Paris, sur le camping du Bois de Boulogne qui a été évacué vendredi, l'Île-de-la-Jatte (Hauts-de-Seine), l'Ile-Saint-Germain (Issy-les-Moulineaux), ainsi qu'à Rueil-Malmaison avec de possibles évacuations", selon le ministère de l'Environnement. Vendredi, des "débordements significatifs" affectaient le sud de Paris, à Melun, Corbeil et Villeneuve-St-Georges.

DES DÉBORDEMENTS À PRÉVOIR EN AVAL

La Seine pourrait également déborder samedi dans l'Eure et en Seine-Maritime. Le phénomène qu'on observe actuellement est une "onde de crue", qui se déplace comme une vague le long du fleuve, de l'amont vers l'aval, avec éventuellement des pics successifs, et ce jusqu'à la mer, explique Vazken Andréassian, hydrologue à l'organisme de recherches Irstea. L'onde de crue actuellement à l'œuvre va toutefois s'atténuer au fur et à mesure de sa progression vers la mer. En effet, elle ne sera pas réalimentée par les rivières locales, ces dernières n'ayant pas été atteintes par de fortes pluies. Dans la zone de l'estuaire, la conjonction des fortes marées et de la crue devrait cependant "accroître de façon importante" le débit de la Seine, selon la préfecture de la Seine-Maritime.

La montée des eaux n'est pas terminée en revanche sur le Cher et la crue progresse vers la ville de Tours, où Vigicrues s'attend cette nuit à un maximum de 4,80 à 5 mètres, contre 4,63 samedi matin. Près de 850 personnes ont été évacuées à Villandry et La-Chapelle-aux-Naux et Vallères (Indre-et-Loire), situées le long du Cher, en raison d'un risque de brèche sur une digue voisine. A Montargis (Loiret), une femme âgée d'une soixantaine d'années a été découverte morte, apparemment par noyade, a-t-on appris de source policière. La veille, un cavalier de 74 ans a été retrouvé mort noyé en Seine-et-Marne. En Meurthe-et-Moselle, 100 personnes ont dû être évacuées et relogées vendredi soir à la suite de violents orages qui ont occasionné une montée rapide des eaux dans plusieurs communes, a-t-on appris auprès de la préfecture.

DÉCRUE DANS LE BASSIN DU LOING

Face aux importants dégâts matériels en amont de Paris, "l'état de catastrophe naturelle sera reconnu" mercredi, a promis le président François Hollande. La décrue a également commencé dans le bassin du Loing, où le pic est passé.A Nemours (Seine-et-Marne), où une lente décrue s'est amorcée, les habitants et commerçants ont commencé à constater les dégâts. "Maintenant, c'est aux assurances de faire leur boulot", confiait un habitant, Jocelin Meynard, en découvrant son showroom de robes de mariées "ravagé". Les dommages devraient s'élever à au moins 600 millions d'euros, selon le président de l'Association française de l'assurance (AFA) Bernard Spitz, qui participera lundi à une réunion entre assureurs et gouvernement pour coordonner l'indemnisation des victimes.


Un total de 18.000 foyers restaient toujours privés de courant vendredi soir, selon Enedis (ex-ERDF). Depuis le week-end dernier, 20.000 personnes ont été évacuées et mises à l'abri par les services de secours, au cours de 16.000 interventions sur l'ensemble du territoire. Le président de la SNCF Guillaume Pepy a évoqué des "conséquences catastrophiques" sur le réseau ferroviaire, particulièrement en Ile-de-France, qui se chiffreront en dizaines de millions d'euros. Son appel à suspendre la grève, "par solidarité" avec les victimes des intempéries, n'a pas été entendu par les syndicats opposés à la loi travail.
 
11 commentaires - Inondations : légère décrue de la Seine à Paris et en amont
  • Quand même, à voir les nombreuses photos, on peut dire que le zouave a fait un gros pipi dans son pantalon

  • avatar
    minnie-moocher  (privé) -

    C'était, et c'est toujours, une des plus importantes crues dans la région Ile-de-France. Mais n'avons pas vu ni entendu la Présidente de région, Dame Pécresse, jamais la dernière à se montrer et s'exprimer. Cette fois-ci, silence radio. Quelqu'un a-t-il des nouvelles, je suis inquiète ?

  • Le pic de montée des eaux à Paris , c'est maintenant du passé, Les médias vont parler d'autres choses, Tant que Paris était menacée, c'était l'unique sujet depuis des jours. On s'affolait pour la Seine et Marne parce que c'était en amont de la capitale. On s'inquiète beaucoup moins, voire pas du tout, pour la Seine en aval . Et pourtant ce sont bien les mêmes masses d'eau qui vont déferler en Normandie, mais...la Normandie, ce n'est pas Paris, bien sûr, entre un Parisien et un Normand, les médias savent faire la différence, voyons ...

  • avatar
    minnie-moocher  (privé) -

    Ce n'est pas la première crue parisienne, celle-ci était aussi importante que celle de 1982, mais moins que 1955 et bien sûr 1910. A une époque presque tous les ans la capitale était en "petite ou moyenne crue", avec son cortège de sinistrés en banlieue et de fermetures un peu partout. Mais on en parlait beaucoup moins. En cette période médiatique, l'information sensationnelle règne en maîtresse.

  • le zouave n'est qu'un symbole ! ayant été rehaussé en 1970 il n'aura jamais la tête sous l'eau !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]