Inondations : la Normandie sous haute surveillance

Inondations : la Normandie sous haute surveillance

Après avoir atteint un pic de 6 mètres 10, la Seine poursuivait sa lente décrue dimanche matin à Paris, revenant à 5 mètres 77 vers 8h.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 05 juin 2016 à 09h30

- En Normandie, qui avait été placé en vigilance rouge samedi, la Seine avait certes encore monté, mais les effets ont été limités et le danger ne semblait pas imminent. Mais la vigilance reste de mise -

Sur le front des inondations, la tendance est à la décrue ce dimanche 5 juin.

Les départements de l'Eure et de la Seine-Maritime, placés en alerte rouge samedi, sont repassés dans la matinée en vigilance orange. Outre les deux départements normands, 15 départements sont en vigilance orange aux inondations, en Île-de-France, en Lorraine et dans la région Centre.

En Normandie, les autorités redoutent, après une semaine d'intempéries qui ont fait quatre morts dans toute la France, les effets sur la Seine en crue de la grande marée en provenance de l'estuaire. La prochaine haute marée est attendue dans l'après-midi. "La plus grande prudence est à observer lors du prochain pic de pleine mer qui aura lieu entre 15h et 16h", a averti dimanche la préfète de Normandie, Nicole Klein. La Seine avait certes encore monté, en particulier dans la boucle d'Elbeuf (Seine-Maritime), un méandre situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Rouen où les autorités redoutaient les principaux débordements dans la nuit. Mais les effets ont été limités et le danger ne semblait pas imminent.

Certaines routes au bord du fleuve étaient fermées à la circulation, mais les habitations n'étaient pas vraiment touchées. "Pas d'inquiétude particulière aujourd'hui, quelques caves ont été inondées par infiltration d'eau essentiellement, les jardins ouvriers également", a déclaré à l'AFPTV le maire PS d'Elbeuf, Djoude Merabet. "On voit bien qu'il y a effectivement une montée des eaux, avec des endroits très localisés où la Seine sort de son lit mais (...) la situation n'est pas préoccupante", a ajouté l'élu.



À Rouen, la Seine frôlait les quais, ne débordant par endroits que très légèrement. "C'est habituel quand il y a des fortes marées", commentait un employé de la capitainerie du port. Dans l'Eure, "il y a quelques parkings inondés ainsi que des terrains de sport et des chemins de halage mais aucune évacuation d'habitants n'a eu lieu", a indiqué samedi soir la préfecture. "Nous n'avons procédé à aucune intervention", avait indiqué de son côté le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS)  de la Seine-Maritime.


DÉCRUE À PARIS

À Paris, la Seine a entamé sa décrue et le pire semble passé. L'eau est monté jusqu'à 6,10 m samedi à 2h du matin. Depuis ce pic, la Seine est régulièrement redescendue passant sous les 6 mètres samedi vers 17h avant de redescendre dans la nuit à 5 m 85. Le fleuve atteignait 5 m 77 à 8h. Les voies sur berge de la capitale restaient complètement recouvertes par les flots. Le musée du Louvre, le musée d'Orsay, deux sites de la Bibliothèque nationale de France restent fermés. Mais le Grand Palais a rouvert ce dimanche.

Il s'agit de la plus forte crue depuis 1982 dans la capitale (6,18 m cette année-là), très loin cependant de celle de 1910 (8,62 m), qualifiée de "vraie catastrophe" samedi par François Hollande lors d'un déplacement dans la ville inondée de Romorantin (Loir-et-Cher). Depuis le début des intempéries le week-end dernier, 4 décès et 24 blessés sont à déplorer avait indiqué le même jour Manuel Valls. L'origine de la mort d'une des quatre victimes déjà recensées, une octogénaire, reste toutefois incertaine. Au total, dans les régions concernées, "il y a eu 20.000 évacuations", avait précisé le Premier ministre.

Le débit du Cher s'est stabilisé mais restait au-dessus de la cote d'alerte. La ville de Tours n'était toutefois pas menacée par des débordements, selon la préfecture. Quelque 11.300 foyers étaient toujours privés d'électricité, dont 10.400en Île-de-France.

L'ÉTAT DE CATASTROPHE NATURELLE RECONNU

Dès mercredi, l'état de catastrophe naturelle sera reconnu lors du Conseil des ministres, a-t-il rappelé. "Le retour à la normale prendra évidemment plusieurs jours", a souligné Manuel Valls. "La décrue devrait être lente, et dépendra des conditions météorologiques des jours à venir", a confirmé la ministre de l'Environnement Ségolène Royal. "Sans précipitation, ce pourrait être de l'ordre de 5 à 7 jours, mais en raison des précipitations, on va dépasser la semaine", selon Bruno Janet, du site de prévention Vigicrues.

De nouvelles pluies sont attendues ces prochains jours mais elles "ne sont pas de nature à impacter significativement" l'écoulement des eaux vers l'aval dans les bassins de la Seine et du Cher, selon Vigicrues. Des averses, parfois orageuses, sont attendues ce dimanche, principalement sur la façade est du pays, où les pompiers sont intervenus samedi à de multiples reprises dans le Bas-Rhin.

 
4 commentaires - Inondations : la Normandie sous haute surveillance
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]