"Humaniser" les politiques: une émission s'engouffre dans l'intime

Chargement en cours
 Karine Le Marchand (g) à Paris, le 8 septembre 2016

Karine Le Marchand (g) à Paris, le 8 septembre 2016

1/2
© AFP, BERTRAND GUAY
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 01 décembre 2016 à 10h01

Télévision: l'émission "Ambition intime" joue la carte controversée de l'intime, avec la complaisance de politiques à cinq mois de l'élection

Alanguie sur un canapé, elle questionne des candidats à la présidentielle sur leurs rêves d'enfant, leurs loisirs... En France, une émission télévisée joue la carte controversée de l'intime, avec la complaisance de politiques qui y voient leur intérêt. 

Présentée par une animatrice qui "n'aime pas la politique" et dit ne rien y connaître, "Ambition intime" sur la chaîne M6 a diffusé en pleine campagne électorale deux séries de portraits de huit personnalités, du patron de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon à la chef de l'extrême droite Marine Le Pen. 

Ovni dans le panorama des multiples émissions politiques à cinq mois du scrutin, ce programme utilise les codes de la télé-réalité, avec musique sirupeuse et gros plan sur les candidats lors de "séquences émotion" sur la naissance d'un prématuré, la douleur des souvenirs ou la femme aimée. 

"Je n'aborde pas leur programme politique, j'aborde leur parcours en tant qu'être humain", pour un "éclairage complémentaire aux émissions politiques sérieuses", résume la présentatrice Karine Le Marchand. 

Yeux de velours et longues jambes dénudées, cette piquante métisse de 48 ans reçoit les candidats dans un décor d'appartement bourgeois. Usant d'une séduction émaillée de lourde grivoiserie, l'animatrice joue tantôt la connivence, tantôt la naïveté pour un bavardage sans contradiction.

La première émission en octobre, dont l'audience a dépassé le score des autres programmes de la rentrée politique, a suscité des railleries sur l'indigence des questions et le ton complaisant.

"Il n'y a rien de mal à les humaniser un peu, à les sortir de la caricature", a défendu l'animatrice connue pour un programme de télé-réalité à succès sur la misère affective des agriculteurs. 

Alors que 81% des Français ont des "sentiments négatifs" à l'égard des hommes politiques, selon un récent sondage, ces derniers tentaient jusqu'à présent de convaincre de leur "authenticité" avec des séances photos dans les magazines, souligne Christian Delporte, spécialiste de la communication politique. 

"Mais maintenant les gens décodent ce genre de communication un peu grossière et la distance s'est accrue. Donc il faut faire autre chose: parler de soi, pour que l'électeur puisse s'identifier", dit-il à l'AFP.    

  

- épilation de sourcils -

Vainqueur inattendu de la primaire de la droite le 27 novembre, l'austère François Fillon a, comme les autres, fendu l'armure. Il a parlé pâtes aux saucisses, épilation de sourcils, fait une démonstration de drone.

Selon l'intéressé, l'émission diffusée deux semaines avant le premier tour a "incontestablement" joué en sa faveur. Les téléspectateurs ont découvert "que j'avais d'autres passions dans la vie que la politique (...) Je ne suis pas dévoré par l'obsession du pouvoir", s'est-il félicité dans la presse. 

Pour Virginie Spies, spécialiste des médias, "on est sous le règne de l'émotion et on laisse sous-entendre que celui qui verse sa larme remportera éventuellement plus de suffrages". "Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour la démocratie", juge-t-elle.

L'animatrice a en particulier été critiquée pour avoir trinqué et "copiné" avec Marine Le Pen, que les sondages placent au second tour de la présidentielle avec son programme anti-immigrés et anti-Europe. 

Mais pour le patron de M6, Nicolas de Tavernost, "dire qu'on rend Marine Le Pen sympathique, c'est penser que les gens ont perdu leur faculté de jugement".

Devant les caméras, la présidente du Front national (FN) a raconté sa souffrance d'avoir été ostracisée enfant pour être la fille du cofondateur du parti Jean-Marie Le Pen. Une séquence qui s'inscrit pleinement dans sa stratégie de "dédiabolisation" du FN et qui lui vaut une progression constante à chaque élection.

"La caricature qui est faite de nous au Front national, effectivement ça fiche la trouille", glisse Marine Le Pen, ajoutant vouloir que "ceux qui ne sont pas d'accord avec moi le soient pour mes vraies idées". Idées qui ne seront pas abordées dans l'émission.

Si les candidatures se bousculent, selon M6, certains ont mis leur veto.

Candidat à la primaire de la gauche en janvier, Benoît Hamon affirme ainsi que "verser une larme ou révéler une part choisie de mon intimité ne dirait rien de ma capacité à entendre les préoccupations des Français et à y répondre".

 
10 commentaires - "Humaniser" les politiques: une émission s'engouffre dans l'intime
  • c vrai qu il faut éviter qu ils fassent voire leur vrai personnalité .être inhumain c dans les gènes des politiques leur dieu c est le compte en banque

  • Les politiques de tout bord sont des pros de la communication.
    Ils ne se servent d émission comme celle ci que pour paraitre plus près des gens et les embobiner pour avoir leur suffrage

  • Belle publicité mais avec les frasques de François Hollande on est déjà saturé alors pour les autres idem.

  • Elle a été critiquée à partir du moment où elle a reçu Marine Le Pen !!!!!!

  • Le politique, quel que soit sa couleur est issu des mêmes écoles et reçoit la même formation. il est "doué" d'une formidable ambition et d'un égo surdimensionné .
    Il est "vachard" avec ses adversaires de tous bords , y compris dans son propre camp .
    Quant à sa vision de l'avenir , il n'en a pas ! Il est servi par les médias qui le démontent ou le montent suivant les circonstances, et se donne bien plus d'importance qu'il en a en réalité !!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]