Hollande renonce à se représenter : les principales réactions

Hollande renonce à se représenter : les principales réactions

François Hollande à Paris, le 3 février 2015. Le président a annoncé le 1er décembre 2016 qu'il ne se présentait pas à l'élection présidentielle en 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 01 décembre 2016 à 22h52

François Hollande a pris de court médias et classe politique en annonçant qu'il ne se présentait pas à l'élection présidentielle en 2017.

C'est une première dans l'histoire de la Ve République : jamais un président n'avait renoncé à briguer un second mandat. Après sa déclaration surprise, jeudi 1er décembre en direct de l'Elysée, les réactions politiques sont nombreuses.

François Fillon, candidat de la droite pour 2017, a affirmé que François Hollande avait "admis avec lucidité son échec". "Ce soir, le président de la République admet, avec lucidité, que son échec patent lui interdit d'aller plus loin. Ce quinquennat s'achève dans la pagaille politique et la déliquescence du pouvoir. Plus que jamais, l'alternance et le redressement de la France doivent être bâtis sur des bases solides: celle de la vérité sans laquelle il n'y a pas de confiance des Français et celle de l'action courageuse seule en mesure d'obtenir des résultats", écrit M. Fillon dans un communiqué.

La décision de François Hollande de ne pas se représenter est "le choix d'un homme d'Etat", a salué Manuel Valls, faisant part à l'adresse du chef de l'Etat de ses "émotion", "respect", "fidélité" et "affection".

"C'est un choix difficile, mûri, grave. C'est le choix d'un homme d'Etat. Je veux dire à François Hollande mon émotion, mon respect, ma fidélité et mon affection", écrit le chef du gouvernement dans ce communiqué adressé à l'AFP, sans évoquer son éventuelle candidature à la primaire initiée par le PS.

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire de la gauche, a salué la décision "sage, réaliste, lucide et hautement respectable". "Il a exprimé sa décision à la télévision, dans un plaidoyer émouvant qui montrait à quel point il était touché", a souligné, en ouverture d'une réunion publique à Pau, l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande jusqu'à son départ du gouvernement en août 2014. "Il a pris une décision sage, réaliste, lucide et hautement respectable qui permet à la gauche de préparer sereinement son avenir, qui commence aujourd'hui avec la primaire de la gauche", a-t-il poursuivi, quelques heures après avoir officialisé sa candidature en déposant les parrainages requis.

Une décision "digne" selon la gauche

La décision de François Hollande de renoncer à un second mandat est "un geste de dignité et de responsabilité", a salué Claude Bartolone dans un communiqué, ajoutant que cette "décision difficile" force "le respect". Par cette décision "prise au nom de l'intérêt supérieur du pays", il a considéré que "François Hollande lègue aux socialistes, mais plus largement à la gauche, une immense responsabilité : celle de se placer au bon niveau de l'Histoire".

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche interrogé sur France 2, a estimé que le choix de François Hollande est une "décision éminemment respectable".  Selon l'ex-ministre de l'Éducation nationale, le choix de François Hollande "ouvre la voie au Premier ministre qui avait beaucoup joué des coudes pour en arriver là". Il estime que le projet de Manuel Valls qui souhaite rassembler les "deux gauches" ne pourra permettre à la gauche d'être au second tour.

Invité du 20 heures de TF1, Jean-Luc Mélenchon estime que les électeurs de François Hollande ont été "trahis" et se projette sur le "débat sur le fond" qui va s'engager entre lui et François Fillon, le candidat désigné par la primaire de la droite, entre celui qui dit "chacun pour soi et Dieu pour tous et moi qui dis 'Un pour tous, tous pour un'".

Nathalie Kosciusko-Morizet, sur le plateau du 20 heures de France 2, a immédiatement attaqué Manuel Valls, désormais favori pour prendre la relève du président de la République. "Il est solidaire et co-responsable" de François Hollande, a affirmé la députée de l'Essonne. "Les Français ne veulent pas seulement changer de candidat, ils veulent aussi changer de politique", a taclé NKM.

Candidat à gauche, hors primaire, et accusé d'avoir trahi le président, l'ex-ministre de l'Economie, Emmanuel Macron  a salué sur RTL, "une allocution extrêmement difficile", "une décision courageuse" et "une décision digne".

"J'ai toujours exprimé mon respect à l'égard de la personne et de la fonction", a ajouté celui qui est également candidat à l'élection présidentielle. Se refusant à commenter davantage l'allocution du président, M. Macron estime cependant que cette décision était "éminemment difficile à exprimer".

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste a estimé sur Twitter que "Le président de la République avec élégance, hauteur de vue, sens de la France et non sans émotion, a décidé de protéger son bon bilan".

Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales a assuré qu'il voulait saluer "son bilan remarquable au service de la France et pour le redressement des comptes publics ainsi que son action internationale qui a été en tous points remarquable".

Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture, soutien d'Arnaud Montebourg a délcaré sur RTL : "Je salue cette décision extrêmement responsable pour l'ensemble de la gauche, c'est la meilleure décision qu'il pouvait prendre".

Le candidat EELV, Yannick Jadot, a estimé sur Twitter qu'"Une non-candidature conclut un quinquennat gâché, le triste bal des anciens ministres candidats va commencer, et la France dans tout ça ?"

Gérard Larcher, président Les Républicains du Sénat a déclaré sur Twitter que "le bilan de ce quinquennat n'avait pas d'autre issue que cette décision de François Hollande qui clôt 5 années perdues pour la France"

Florian Philippot, vice-président du Front National a ironisé sur son compte Twitter : "2 présidents de la République hors course en 2 semaines. A quoi cela servirait-il de faire courir leurs doublures, leurs seconds ?"

 
291 commentaires - Hollande renonce à se représenter : les principales réactions
  • Renoncement un peu poussé à la porte par Valls et Macron et les autres qui ne sont pas sans dent , qui vont prendre acte de la grandeur de cette décision et de la peine qu'ils ont pour cet homme etc etc..

  • coca78 Hollande laisse un bon bilan, on verra l'arrêté des comptes le moment venu - les rigolades de FILLON seront pour après. . .

  • Ce président a été nul !il a détruit notre pays,mais il ne l 'a pas fait tout seul!beaucoup avant lui y ont contribué et après lui?ils feront la même chose car c'est toujours les même personnes qui reviennent.Pauvres français!

  • il a beaucoup de dignité si sarko n en a pas il a fallut voter pour qu il ne se représente pas et il n a jamais reconnu ses erreurs

  • Valls le petit fayot va pouvoir se présenter aux élections présidentielles....
    Hollande à bien profité pendant 5 ans, bien mangé, bien bu, bien voyagé..... Il devrait rembourser tous ses frais au Trésor public !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]