Hollande au siège du PS : "Je laisse la France dans un état bien meilleur" qu'en 2012

Hollande au siège du PS :

François Hollande a parcouru à pied les derniers mètres avant l'entrée du siège du PS, sous les applaudissements, le 14 mai 2017 à Paris.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 14 mai 2017 à 14h23

VIDÉO - Le désormais ancien président a été accueilli par les applaudissements des militants.

Des applaudissements et des bravo. François Hollande n'en aura pas reçu beaucoup pendant son quinquennat. Il a cependant été chaleureusement accueilli, dimanche 14 mai, par des militants au siège du Parti socialiste, rue de Solférino à Paris, peu après avoir cédé le pouvoir à Emmanuel Macron.

"Je voulais revenir ici rue de Solférino" pour "retrouver des souvenirs, des visages", mais aussi "parce que sans vous, sans le mouvement que vous portez, sans la force que vous incarnez, je n'aurais jamais présidé la France", a déclaré François Hollande

L'ancien président de la République également assuré qu'il laissait "la France dans un état bien meilleur que celui que j'ai trouvé", au départ de Nicolas Sarkozy en 2012.

Déposé en voiture à l'angle de la rue de Lille et de la rue de Solférino, il a parcouru à pied les derniers mètres jusqu'à l'entrée du siège du parti, entre deux haies de militants et sympathisants, certains tenant une rose rouge à la main, qui l'ont chaleureusement applaudi.

François Hollande, accompagné du Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, a serré de nombreuses mains, avant d'entrer dans la cour du siège du parti. Au dessus du porche, une grande banderole avait été accrochée disant "merci" à l'ex-Premier secrétaire du PS, de 1997 à 2008. Dans la cour, il a été salué par une nouvelle salves d'applaudissements et d'acclamations.

Mais l'ancien Premier secrétaire du PS qui dirigea le parti durant 11 ans (1997 à 2008) a aussi et surtout appelé au sursaut le Parti socialiste, après la débâcle de son candidat Benoît Hamon à la présidentielle. "Je vous appelle vraiment à inventer, à imaginer l'avenir que vous devez présenter à notre peuple, à ne pas vous abandonner à l'incantation à l'illusion, ne pas céder à la confusion", a-il ainsi lancé alors que le PS est plus que jamais fragmenté.

Le Parti socialiste devra "poursuivre  le mouvement" même si celui-ci doit donner naissance "à des formes nouvelles, à d'autres modes d'organisations, à des structures différentes d'aujourd'hui", a estimé M. Hollande. "Mais je ne doute pas que ce qu'avant nous des générations ont conçu à travers ce beau mot de socialisme durera et perdurera", a-t-il assuré.

Le deuxième président socialiste de la Ve République a également rappelé que "la période la plus difficile" pour une formation politique "c'est quand on est dans l'opposition, parce que c'est alors le doute qui commence à s'installer", soulignant que lui-même avait connu "des périodes difficiles" avant le retour de la gauche au pouvoir en 2012. "C'est tellement plus simple de regarder, de contester et de déplorer (...) sans jamais mettre les mains dans le moteur qui permet de faire avancer le pays", a-t-il averti.

Rappelant "les attentats horribles" qui ont frappé la France sous son quinquennat et comment il avait aidé "les Français à tenir bon", il a eu un mot pour son ex-conseiller et ministre désormais à l'Elysée, affirmant être "sûr que le nouveau président Emmanuel Macron aura cette même mission qui est de réconcilier et de rassembler notre peuple et de veiller à ce que les forces obscures ne puissent pas jouer les uns contre les autres".

 
609 commentaires - Hollande au siège du PS : "Je laisse la France dans un état bien meilleur" qu'en 2012
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]