Harcèlement scolaire : un enfant de 10 ans tente de se pendre

Harcèlement scolaire : un enfant de 10 ans tente de se pendre

Une voiture de police devant une école à Bordeaux le 1er septembre 2016 (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP , publié le jeudi 06 octobre 2016 à 22h41

Les parents d'élèves sons sous le choc. Un jeune garçon de 10 ans, scolarisé à l'école des Sources de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) s'est pendu au domicile familial.

Le drame est survenu vendredi 30 septembre. Le pire a pu être évité, car le noeud n'était pas assez solide, précise Le Parisien jeudi 6 octobre. Le quotidien rapporte que son père a déposé plainte au commissariat en début de semaine pour "harcèlement moral", contre les camarades de classe de son enfant.

Selon Le Parisien, il a d'abord hésité mais la situation insupportable dans laquelle se trouverait son enfant l'a convaincu d'agir. Le jeune garçon serait en effet le souffre-douleur de certains autres élèves depuis le début de l'année. "Depuis la rentrée, des camarades se moquent de lui et il prend des tapes derrière la tête. Le gamin ne va pas bien. Il en a perdu l'appétit. Et il était si mal qu'il a essayé d'en finir", détaille une source proche de l'affaire au quotidien.



C'est le commissariat qui reste chargé de l'enquête. Des enfants de 8 à 10 ans, trop jeunes pour une quelconque sanction pénale, pourraient être entendus dans les prochains jours. "Les policiers vont tenter de comprendre à quelle fréquence les brimades ont pu se répéter", détaille cette même source. Les enquêteurs devront aussi déterminer la responsabilité de l'équipe éducative dans l'affaire. "Il me semble que son maître ou sa maîtresse aurait pu remarquer ce qui se tramait entre les enfants", ajoute une autre source. La justice pourrait envisager un suivi éducatif spécifique pour ces jeunes élèves.

Jeudi matin, devant l'école, c'est la consternation. "J'aimerais qu'on mette en place un débat. Je n'ai pas envie de me taire. L'école ne doit pas être un lieu qui donne envie de se suicider", lance la mère d'un élève. "Ce dossier très complexe et très sensible fait l'objet d'un suivi pointu, parallèlement à l'enquête de police", a assuré jeudi soir Serge Clément, inspecteur d'académie des Yvelines.
 
20 commentaires - Harcèlement scolaire : un enfant de 10 ans tente de se pendre
  • Ce sont les instit' et les surveillants responsables de leurs élèves pendant la période scolaire qui doivent être sanctionnés, comment passer à côté d'un enfant harcelé tous les jours par d'autres sans s'en apercevoir, c'est surréaliste d'indifférence et d'hypocrisie. Nous avons tous été à l'école et nous savons tous que c'est un secret de polichinelle. L'école, autre "Grande Muette" comme l'armée et l'Eglise. Bêtise et lâcheté sont les 2 + redoutables ennemies du genre humain.

    avatar
    jaunedeuf  (privé) -

    N'accablez pas trop vite le corps enseignant !!
    Oui il est parfaitement possible que personne à l'école ne ce soit rendu compte de quoi que ce soit.
    D''ailleurs ce petit garçon est passé à l'acte chez lui et non pas dans l'école.......
    Dans les situations de mal être, beaucoup de personnes, et particulièrement les enfants, compensent et offre une façade tout à fait normale.
    Au demeurant, les parents de ce petit garçon ne se sont non plus rendu compte de rien, ce sont pourtant les personnes les plus proches d'un enfant......

  • "Les parents d'élèves sons sous le choc". Défenseur du politiquement correct, voilà le site adepte de la nouvelle orthographe: "sons" au lieu de "sont". Les réactions, contrôlées par des censeurs, sont pleines de propos convenus et de phrases toutes faites qui n'apportent rien.

  • Certes, c'est un drame qu'il ne faut pas négliger.
    Certains commentateurs en profitent pour impliquer et critiquer le corps enseignant sans connaître le milieu scolaire.
    Les enseignants, responsables de 25 ou 30 enfants font leur métier avec sérieux mais ne voient pas forcément tout ce qui se passe ou bien ne sont pas mis au courant.
    Un enfant de 10 ans harcelé par ses camarades de classe, n'ose pas le signaler à son maître ou à sa maîtresse par peur des représailles. Ce sont souvent les parents qui l'apprennent dans le milieu familial. Dans ce cas, il faut se mettre immédiatement en rapport avec l'école et son personnel qui prendra les mesures qui s'imposent.
    D'autre part, les gamins harceleurs sont souvent l'objet d'un manque total d'éducation par leurs parents qui en sont les premiers responsables.
    Contrairement à certains commentaires, les instituteurs et professeurs savent agir quand il le faut.
    Mais voilà, des agressions de plus en plus nombreuses sont commises contre les enseignants par des parents qui ne supportent pas les remarques ou les sanctions infligées à leurs enfants quand ils ont commis une faute.

  • Ne vous en prenez pas aux enseignants, l'education et le respect cela s'apprend tout jeune avec les parents, la famille, et comme l'ecole acceuille tout le monde, pas simple !! vous pouvez compter sur l'ecole pour apprendre à vos enfants s'ils souhaitent eux meme ecouter, et travailler un peu ! mais les eduquer c'est autre chose. De tout temps il a existé des enfants qui etaient mal à l'ecole, je me souviens dans les années 65 j'etais à l'ecole privée et les enfants qui venaient de la campagne et dont les enfants ne mangeaient pas à la cantine, ils venaient à pied pendant des Kms, et le midi mangeaient par tous les temps leur morceau de pain sous le preau, meme par temps de neige, je pense que les religieuses de l'ecole auraient pu leur offir un petit coin dans la cantine l'hiver ?
    Ma fille a connu le harcelement en classe de 4eme, et les enseignants avaient remarqués, ils m'ont prevenus, mais je devais taire leur démarche par rapport à leur direction (c'etait college PRIVE) et chez eux il ne se passe jamais rien tout va bien !! on laisse faire pour ne pas nuire à le réputation, et pourtant !! il y a la drogue au lycée comme partout ect..pour le cas de ma fille, je l'ai changé d'etablissement et elle a fait de nouveau amis, plus de problemes, mais cela a laissé des traces, elle manquera toujours confiance en elle.

  • La ministre de l'éducation nationale devrait intervenir auprès des enseignants pour qu'ils agissent avec fermeté face à tout fait de harcèlement, seulement çà doit faire "mauvais genre"...

    Les enseignants ne peuvent rien faire car lorsqu'ils punissent un enfant (heures de colle, confiscation du téléphone,etc....) les parents prennent la défense de "leurs chers petits anges". Vous ne vous rendez pas compte,si jamais ils font preuve d'autorité, ils risquent de traumatiser à vie ses chères têtes blondes. A plus les enfants sont insupportables à plus les parents en sont fiers. Ce n'est plus les enfants qu'il faut éduquer, ce sont les parents.

    Un petit mot, je suis de tout cœur avec ces enfants blessés et je souhaite qu'ils puissent se reconstruire avec l'aide et l'amour des adultes concernés.

    A Lef et Domi, ne faut il pas faire partie du corps enseignant pour estimer que le laisser faire, le laxisme et le manque de courage sont étrangers à des attitudes aussi peu supportables de certains enfants dans la sphère de l'école où les parents ne sont pas invités à ma connaissance?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]