Grèves : perturbations à prévoir à la SNCF, sur les routes et à Orly

Grèves : perturbations à prévoir à la SNCF, sur les routes et à Orly

Des grèves et des perturbations sont attendues cette semaine dans le secteur des transports.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 17 mai 2016 à 19h27

- Le trafic SNCF est "perturbé" ce mercredi 18 mai en raison d'une grève reconductible déposée à l'appel de la CGT-Cheminots et SUD-rail. Selon l'entreprise ferroviaire, un TER sur deux, 40% des Intercités et 2 TGV sur 3 devraient circuler.

En Île-de-France, 3 RER sur 4 circuleront et 6 Transilien sur 10. 15% des vols ont également été annulés pour la journée de jeudi à Orly -

Les perturbations mercredi sont conformes aux prévisions de la SNCF, selon un porte-parole de la compagnie. "A la prise de service des agents (début du trafic), nous n'avons pas eu de surprises particulières, pas d'alertes particulières. La circulation est conforme aux prévisions", selon le porte-parole qui avoue "ne pas avoir d'inquiétude particulière".


LES LIGNES DE L'OUEST ET DU NORD LES PLUS IMPACTÉES

Pour la journée de mercredi, côté grandes lignes, les TGV Atlantique, Sud-Ouest et Nord seront les plus perturbés, avec seulement un train sur deux, alors que le trafic est annoncé "normal" sur l'axe Est. En outre, 60% des Ouigo (TGV à bas coûts) doivent rouler. Prendre un Intercité sera également compliqué, avec 40% de liaisons assurées en journée, aucune la nuit. En Île-de-France, les perturbations les plus importantes sont annoncées sur les lignes Transilien P (1 train sur 3), L, R, U (1 train sur 2). Côté RER, la prévision est de 4 trains sur 5 pour la très fréquentée ligne B. Elle est de 2 trains sur 3 pour les lignes A, C et D, et 1 sur 3 pour le RER E. En province, 50% des TER sont annoncés en moyenne. Les clients sont invités à se renseigner localement. A l'international, le trafic sera normal sur Eurostar, Thalys et Alleo, quasi normal sur Lyria. En revanche, seuls 60% des Elipsos (trains vers l'Espagne) devraient circuler.

Sur RTL, la présidente de la région Ile-de-France (Les Républicains), Valérie Pécresse, s'est déclarée mardi pour "un service maximum" dans les transports en commun "aux heures de pointes les jours de grève", pour "éviter que les conflits aient un impact sur la compétitivité". "On doit aller beaucoup plus loin dans le service minimum", a-t-elle déclaré. "Aujourd'hui il ne suffit pas d'avoir un train sur deux qui circule aux heures de pointe les jours de grève, il faudrait avoir un service maximum aux heures de pointe". "C'est ça qui se passe aujourd'hui dans les grands pays, on ne prend pas les voyageurs en otage, on ne prend pas ceux qui travaillent en otage", a-t-elle insisté.


Ce mouvement, motivé par la défense des conditions de travail des cheminots, à un moment où les règles du secteur sont remises à plat, s'inscrit également dans la contestation de la loi travail. La CGT-cheminots (premier syndicat) a appelé les salariés du groupe public ferroviaire à cesser le travail chaque mercredi et jeudi, SUD-Rail (troisième) tous les jours jusqu'au 11 juillet, soit le lendemain de la finale de l'Euro de football. Les deux syndicats ont une audience forte chez les conducteurs (75% à eux deux). L'Unsa et la CFDT, respectivement deuxième et quatrième forces syndicales à la SNCF, vont déposer des préavis de grève reconductible à partir du 31 mai.

Jeudi, les syndicats retrouveront les représentants des entreprises ferroviaires, réunis au sein de l'UTP. Les négociations au niveau de la branche, ouvertes fin 2013 pour harmoniser les règles de travail dans le secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé) en vue de l'ouverture totale à la concurrence, doivent aboutir avant juillet, comme la renégociation concomitante de l'accord temps de travail à la SNCF. Vendredi dernier, la SNCF a indiqué aux organisations syndicales qu'elle n'entendait pas réduire le nombre de jours de repos des cheminots. Elle mise sur une organisation du travail plus flexible, notamment dans le fret. Mais ce projet n'a convaincu aucun syndicat.

SUR LES ROUTES

Les routiers ont prévu de reconduire mercredi leur mouvement de protestion contre la loi travail, partout en France sauf à Marseille, où il ne reprendra que jeudi, a-t-on appris auprès des fédérations FO et CGT des transports. Des actions de blocages et/ou des barrages filtrants devraient ainsi être menés dans le Nord, à Rouen, Caen, Rennes, Bordeaux ou encore Clermont-Ferrand, selon le numéro de la CGT-Transports, Jérôme Vérité. Dans la région Rhône-Alpes, les militants ont prévu de bloquer une zone logistique, a-t-il affirmé, sans plus de précision.


15% DES VOLS ANNULÉS JEUDI À ORLY

La Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a demandé mardi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement 15% de leurs vols jeudi à l'aéroport parisien d'Orly, en raison d'un appel à la grève de l'Usac-CGT contre la loi travail. Les consignes d'abattement ne concernent que cet aéroport. Mais "des perturbations sont attendues sur l'ensemble du territoire", précise la DGAC. L'Aviation civile invite les passagers à "s'informer auprès de leur compagnie aérienne pour connaître l'état de leur vol".

L'Usac-CGT, premier syndicat tous corps confondus (contrôleurs aériens, personnels administratifs, ingénieurs, techniciens, etc.), a appelé les agents de la DGAC à protester jeudi "contre le passage en force du gouvernement" sur le texte et à se mobiliser pour "conquérir un code du travail du 21e siècle". Il s'agira de la septième journée de mobilisation unitaire et nationale contre le projet de réforme du gouvernement, jugé trop favorable aux entreprises par ses détracteurs.

 
17 commentaires - Grèves : perturbations à prévoir à la SNCF, sur les routes et à Orly
  • Cette loi concerne essentiellement les salariés du privé.
    Il est ahurissant de voir des fonctionnaires ou assimilés, qui sont protégés par leur statut, se mêler à la contestation.

  • ces cheminots font d'abord du tort aux salariés bien moins favorisés qu'eux en les empechant d'aller travailler ,ces greves a repetitions deviennent de plus en plus impopulaires

  • avatar
    minnie-moocher  (privé) -

    Les cheminots, tout comme les électriciens, gaziers, employés de la RATP ou autres, ne sont pas des fonctionnaires. Ils ne dépendent pas des services de l'Etat, des collectivités ou des hôpitaux. Ce sont des employés d'entreprises publiques. Ils bénéficient de statuts très spéciaux, bien plus favorables à celui des fonctionnaires.
    Merci de faire la différence.

    tout a fait d'accord avec vous les fonctionnaires payeny le train l'electricité....etc c' sont des regimes seciaux

  • ET, encore les privilégiés qui empêchent les travailleurs d' aller au boulot. Depuis quand sont-ils concernés par les CDD, les ages de retraite etc. Mieux payer que la majorité des ouvriers, sécurité de l' emploie, etc Le seul problème de la CGT, le manque de clients,.....et, avec de tels agissement, il n' y aura bientôt QUE les fonctionnaires pour se syndiquer...

  • avatar
    gironde  (privé) -

    Toujours les mêmes ceux qui sont protégés qui travaillent peu qui veulent toujours plus, le pays en a assez de ces "greviculteurs professionnels" et de la CGT qui crée des désordre partout. Ces gens sont un e calamité pour notre nation.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]