Grèves : le point sur les perturbations dans les transports

Grèves : le point sur les perturbations dans les transports

Des salariés grévistes de la SNCF devant la gare de Lyon-Perrache le 2 juin 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 02 juin 2016 à 14h45

- La grève à la SNCF a été reconduite pour ce jeudi par toutes les assemblées générales de grévistes. Le mouvement entraîne d'importantes perturbations.

-

Nouvelle journée difficile sur les rails ce jeudi 2 juin. Le trafic des trains était perturbé pour la deuxième journée consécutive, a-t-on appris auprès de la compagnie ferroviaire, alors que les assemblées générales ont voté la reconduction de la grève à la SNCF.

Les conditions de trafic étaient similaires à celles de mercredi, avec seulement 40% des Transilien, le tiers des Intercités, la moitié des TER en circulation et six TGV sur dix, selon la SNCF. Les trois premiers syndicats à la SNCF (CGT, Unsa, SUD) ont déposé des préavis de grève illimitée pour peser dans la phase finale des négociations sur le temps de travail des cheminots.

TRAFIC NORMAL A LA RATP
Du côté de la RATP, où débute jeudi une grève illimitée à l'appel de la CGT, le trafic était normal dans le métro, les bus, les tramways et les RER, selon le point de 06h15 communiqué par un porte-parole. Premier syndicat de la RATP, la CGT appelle les agents de la régie à une grève illimitée à compter de ce 2 juin pour obtenir la réouverture des négociations salariales annuelles et le retrait du projet de loi travail. "Toutes les AG ont reconduit la grève pour demain", avait indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole de la CGT pour la SNCF. Ce sera la neuvième depuis début mars. Selon SUD, le oui l'a emporté à chaque fois "quasi à 100%". Néanmoins, "une information train par train" a été mise à disposition dès mercredi soir sur son site internet de la SNCF, selon un porte-parole.

"PAS QUESTION DE BLOQUER L'EURO"
Pour la journée de mercredi, la SNCF avait dénombré 17% de grévistes, tous personnels confondus, sans préciser la proportion de grévistes parmi les conducteurs, traditionnellement très mobilisés. Cette grève a entraîné des perturbations relativement importantes : seulement 40% des Transilien, le tiers des Intercités, la moitié des TER en circulation et six TGV sur dix étaient assurés, selon l'entreprise.


La CGT-Cheminots et SUD-rail demandent la réouverture des négociations sur une convention collective commune au secteur (fret/voyageurs, privé/SNCF), pour lesquelles l'UTP (regroupant SNCF et entreprises privées) a déjà transmis un projet d'accord soumis à signature d'ici au 8 juin. Les deux syndicats demandent au gouvernement de peser pour réduire l'écart entre ce projet de convention et la réglementation SNCF, dont la renégociation est arrivée dans sa phase finale.

En pointe depuis mars de la mobilisation contre la réforme du travail, le patron de la CGT Philippe Martinez a assuré qu'il n'était "pas question de bloquer l'Euro", mais a accusé l'exécutif de refuser le dialogue. La compétition débute le 10 juin. Philippe Martinez promet cette semaine "la plus forte mobilisation depuis trois mois". Le gouvernement a fait pression le week-end dernier sur la SNCF pour qu'elle concède le maintien de l'essentiel des règles internes actuelles. Dans ce mouvement, la CGT et SUD mêlent les revendications propres aux cheminots et le projet de loi travail, dont ils demandent le retrait.

D'AUTRES PERTURBATIONS A PRÉVOIR DANS LES TRANSPORTS

Dans les transports publics parisiens, la CGT a appelé à partir de jeudi à une grève illimitée pour des questions salariales et contre le projet de loi travail. La RATP n'anticipe que de légères perturbations. Le trafic aérien est lui aussi légèrement perturbé jeudi, notamment à Orly et Lille, où Air France a annulé 10% des vols, en raison d'une grève des contrôleurs aériens répondant à un appel de la CGT-fonction publique contre "l'inacceptable" loi travail.

GRÈVE À AIR FRANCE PENDANT L'EURO ?
En revanche, deux syndicats de contrôleurs aériens, le SNCTA et l'Unsa, ont levé mercredi soir leur préavis de grève de vendredi à dimanche après une ultime réunion de conciliation avec la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Ils demandaient notamment l'arrêt des baisses d'effectifs. L'Usac-CGT, premier syndicat à la DGAC, a indiqué maintenir son préavis, mais le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies a dit s'attendre à un trafic "quasi-normal" à ces dates. À Air France, la menace d'une grève des pilotes en juin se précise. Les syndicats SNPL, Spaf et Alter (non représentatif) appellent les pilotesde la compagnie à faire grève du 11 au 14 juin pour défendre l'emploi et protester contre une modification de certaines règles de rémunération, annonce le SNPL ce jeudi. La grève a notamment pour but "le maintien de l'activité pilotes" à Air France, menacée, selon les syndicats, par le développement des autres compagnies d'Air France-KLM (KLM, Hop!, Transavia), précise Grégoire Aplincourt, président du Spaf (21% des voix).
 
34 commentaires - Grèves : le point sur les perturbations dans les transports
  • Regardez ces gens du public, qui viennent gonfler le nombre des manifestants, or ils ne sont pas concernés par cette
    loi, alors ne serait ce pas des grève politiques.? Il est vrai que la majorité des adhérents de la CGT et de FO, sont
    dans la fonction publique. A t-on la certitude que le privé ait les mêmes intérêts que le public?

    Je reprends votre commentaire, bien sur il faut créer des richesses , mais il faut pour cela investir dans l'entreprise et non dans la bourse, parce que celle ci quand elle s'écroule il ne reste plus rien comme en 2008, alors ne soyez pas naïf

  • Mr Martinez , ça y est la droite a voté la fin des 35 heures au sénat. bientôt la fin des avantages à la SNCF

  • BEJOR, camarade CGTiste, quelques petites phrases de l'article qui prouvent qu'ils ne manifestent pas uniquement pour le bonheur des autres salariés
    - Les trois premiers syndicats à la SNCF (CGT, Unsa, SUD) ont déposé des préavis de grève illimitée pour peser dans la phase finale des négociations sur le temps de travail des cheminots.
    - Premier syndicat de la RATP, la CGT appelle les agents de la régie à une grève illimitée à compter de ce 2 juin pour obtenir la réouverture des négociations salariales annuelles
    - Les syndicats SNPL, Spaf et Alter (non représentatif) appellent les pilotesde la compagnie à faire grève du 11 au 14 juin pour défendre l'emploi et protester contre une modification de certaines règles de rémunération,

    Vous trouvez choquant que les syndiqués revendiquent aussi pour leur propre situation ? Vous voudriez qu'ils ne revendiquent que pour les autres ?
    C'est pourtant le cas dans la majorité des autres pays européens, où les syndiqués ne signent des accords que pour leurs adhérents, ce qui expliquent leur taux de syndicalisation. En France, les syndiqués signent à la majorité les accords, notamment nationaux, pour tous les salariés, même ceux qui sont restés au chaud et n'ont pas levé le petit doigt. Ce n'est pas une raison pour oublier leurs revendications personnelles.

    Bien sûr c'est du pur corporatisme, croyez bien que l'intérêt général, ils n'en n'ont rien à faire, ils sont
    tellement près de leurs intérêts particuliers.

  • Je ne comprend plus. Les Français seraient ils anesthésiés? Ils acceptent tout. La grève OK, mais bloquer une gare?
    Dans la région de St Nazaire, nous avons subi pendant deux heures une coupure d'électricité, déclenchée par des
    travailleurs les plus hyper privilégiés de France, qui ne sont absolument pas concernés par la loi travail. C'est quoi,
    sinon des grèves politiques. Essayez d'intégrer EDF, sans votre carte d'adhérent à a la CGT. C'est ainsi qu'on se
    procure des adhérents. N'oubliez pas que la CGT a été condamnée dans l'affaire du CE d'EDF, qui servait à financer
    le PC. LE CE d'EDF, financé par le 1% du montant de chaque facture de consommateur, même celle des smicards,
    des r'mistes. Et les Français acceptent tout ça? C'est à douter de leur bon sens.

  • Merci à la cgt qui va augmenter le chômage en interdisant aux travailleurs de se rendre sur leur lieu de travail,en contribuant à la fermeture de petites entreprises,bref en ruinant la France alors que le but d'un syndicat est de défendre les ouvriers.Martinez défend uniquement sa position privilégiée

    Bejor doit faire partie des élus, à savoir les fonctionnaires. Parce qu'il ne connaît rien des conditions de travail dans le Privé.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]