Grasse : qui veut acheter une prison ?

Grasse : qui veut acheter une prison ?

L'ancienne prison de Grasse est désaffectée depuis 1992, date à laquelle la nouvelle maison d'arrêt, photographiée le 15 juillet 2007, a été mise en service.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 02 septembre 2016 à 13h47

À Grasse, l'ancienne prison en centre-ville est en vente. Abandonné à son sort en 1992, date à laquelle une nouvelle maison d'arrêt a été mise en service sur la commune, l'établissement de 1.277 m2, construit en 1949, est en vente sur le site des cessions immobilières de l'État depuis le mois de juin.

Située sur les hauteurs de la ville, l'ancienne prison, au 20, rue du Palais de Justice, est "libre de toute occupation", comme le précise l'annonce.

La caution du bâtiment est fixée à 50.000 euros, à déposer avant le 14 octobre, auxquels il faudrait vraisemblablement ajouter quelque deux millions d'euros pour réhabiliter le bâtiment, d'après une estimation faite par une acheteuse potentielle.

Sur France bleu Azur, Agnès, qui habite en face de l'ancienne maison d'arrêt, l'a visitée à deux reprises car elle souhaitait y installer une auberge de jeunesse. "Nous avions estimé les travaux de rénovation à plus de deux millions d'euros. Si nous voulions faire quelque chose d'esthétique, il fallait démolir plusieurs bâtiments comme la prison des femmes. Quand je suis entrée dans les lieux, c'était très étrange. Le hall d'entrée, les portes, tout était verrouillé. Voir ces cellules vides qui ont accueilli des détenus pendant plusieurs jours voire plusieurs années était particulier. Mais ce qui choque particulièrement, c'est l'état de saleté de la prison."



L'État va-t-il trouver preneur ? Comme le précise France bleu Azur, le ministère de la Justice avait pris contact avec la commune de Grasse pour vendre l'édifice à la municipalité, "mais elle n'avait pas donné suite, faute de moyens financiers. D'autres particuliers ont à leur tour tenté l'aventure, sans succès. C'est une des raisons pour lesquelles le site est aujourd'hui officiellement mis à en vente."



Le Mans, Nantes, Orléans : ces trois villes ont vendu ou sont en train de vendre leur prison. Le cas de Grasse n'est donc pas unique. Mais la transformation des sites coûte très cher : à Nantes, c'est la métropole qui a "décidé de racheter l'ancien bâtiment situé en plein centre ville pour 4,9 millions d'euros en 2015". Au Mans, ce sera un hôtel très haut de gamme et quelques logements luxueux. À Orléans, la réflexion est en cours : la mairie envisage d'acheter le site pour y creuser une piscine municipale.

 
25 commentaires - Grasse : qui veut acheter une prison ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]