Grande distribution : attention aux "arnaques" du "made in France" dans les rayons de votre supermarché

Grande distribution : attention aux

(FILES) This file photo taken on February 21, 2013 shows a client looking at products displayed at the frozen food aisle of a supermarket in Bordeaux.
A study of the French National Agency of Food Sanitary Safety...

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 14 juillet 2017 à 08h18

CONSOMMATION. Des cornichons "conditionnés dans le Loir-et-Cher" mais produits en Inde, une étiquette floue sur la provenance de la viande des raviolis en boîte de conserve... L'association de défense des consommateurs Foodwatch dénonce certaines "arnaques" des marques pour s'attirer les faveurs des clients appâtés par les produits fabriqués en France.

Que se cache-t-il derrière les étiquettes "made in France" et autres drapeaux tricolores apposés sur les produits alimentaires des supermarchés ? Parfois, juste une grosse ficelle marketing, dénonce Foodwatch jeudi 13 juillet. A l'occasion du 14 juillet, l'ONG publie une enquête selon laquelle, derrière l'abondance de bleu-blanc-rouge, "se cachent" parfois de "véritables arnaques", avec des produits assemblés dans l'hexagone à partir d'ingrédients importés de pays lointains. "De grandes marques, des marques de distributeurs mais aussi bio mettent en avant le 'made in France' pour des aliments qui ne contiennent parfois pas le moindre ingrédient français", s'indigne l'ONG, qui rappelle que 91% des consommateurs sont prêts à payer plus pour consommer des produits fabriqués en France (sondage Ifop, octobre 2016).

<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Arnaque sur le made in France : le cornichon du Loir-et-Cher vient... d&#39;Inde ! <a href="https://t.co/4eoAvAbtHz">https://t.co/4eoAvAbtHz</a></p>&mdash; Le Parisien (@le_Parisien) <a href="https://twitter.com/le_Parisien/status/885403229617627136">13 juillet 2017</a></blockquote>
<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Une tarte "cuisinée en France" avec des framboises venues de loin

FoodWatch pointe du doigt les glissements sur les étiquettes : Des cornichons "conditionnés en France" qui viennent d'Inde, une tarte aux framboises Carrefour "cuisinée en France"... avec des fruits de Serbie et d'Amérique du Sud. Ou encore des lardons Madrange arborant une rosette tricolore et la mention "fabriqué en France", qui ne signifient pas pour autant que le porc - étiqueté UE - est français.

<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Bonjour <a href="https://twitter.com/Panzani">@Panzani</a>, c&#39;est sympa de vanter le bœuf français, mais pourquoi pas de mention d&#39;origine du porc ? &quot;UE&quot; c&#39;est un peu flou non ? <a href="https://t.co/AFTC8qBwrm">pic.twitter.com/AFTC8qBwrm</a></p>&mdash; foodwatch France (@foodwatch_fr) <a href="https://twitter.com/foodwatch_fr/status/885514470822490112">13 juillet 2017</a></blockquote>
<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Selon Karine Jacquemart, de Foodwatch, "rien ne contraint les fabricants à indiquer la vérité sur l'origine des ingrédients qui composent les aliments", à l'exception de la viande et du lait dans les plats préparés, depuis l'expérimentation lancée par le précédent ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll début 2017. "L'ambiguïté profite clairement aux industriels qui désinforment les consommateurs" à coup de logos bleu-blanc-rouge, dénonce l'organisation. 

"Fabriqué en France", un critère de choix pour les consommateurs

Le marketing des entreprises est "rarement complètement mensonger", pour éviter les sanctions, tempère Pascale Hebel, directrice du pôle consommation et entreprises du Centre de Recherches pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc). 

<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Bonjour, <a href="https://twitter.com/BlogMELeclerc">@BlogMELeclerc</a>, pourquoi mettre une carte de France sur ce cidre, mais sans donner l&#39;origine précise des pommes (pas françaises ?) <a href="https://t.co/BOfmKLktab">pic.twitter.com/BOfmKLktab</a></p>&mdash; foodwatch France (@foodwatch_fr) <a href="https://twitter.com/foodwatch_fr/status/885516726502379526">13 juillet 2017</a></blockquote>
<script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Mais les industriels jouent sur l'envie d'acheter français. A la question "lorsque vous faites vos achats est-ce que le critère 'fabriqué en France' est important pour vous ?", 75% des personnes interrogées répondent oui, selon une étude du Credoc de juin. "Ce critère n'a jamais été aussi haut", relève Pascale Hebel. En 2000, il n'étaient que de 65% à répondre oui. Et ce taux est le plus haut d'Europe. "Ce critère monte à chaque fois qu'il y a du chômage, les consommateurs veulent défendre l'emploi français. En général il baisse lorsque l'économie reprend, mais, en ce moment, l'économie repart et il ne baisse pas", constate l'experte.

Défendre l'agriculture et l'environnement

Mais le Credoc a identifié trois autres facteurs expliquant ce chauvinisme alimentaire. D'abord, la crise agricole qui perdure. Les consommateurs ont pris conscience d'une agriculture traditionnelle qui disparait et veulent la soutenir. Puis des raisons environnementales : l'achat local permet d'économiser du transport. Enfin, les peurs alimentaires "jouent beaucoup" après des scandales récents. "Le lien social rassure, le consommateur estime que son voisin ne va pas chercher à l'empoisonner" selon Pascale Hebel. "Scientifiquement, ce n'est pas faux", car les produits français ont souvent des critères sanitaires "plus élevés" que certains produits importés.

La revue salue notamment les labels "Reflets de France" (Carrefour), "Saveurs de nos régions" (Lidl) et "Itinéraire des saveurs" (Intermarché). Le premier a un "cahier des charges draconien". Le second parie sur des offres régionalisées selon les magasins, le troisième "compte 232 références dont tous les ingrédients sont 100% Français".

Mais elle est plus réservée vis-à-vis des gammes "U Saveurs" (Système U), "Ca vient d'ici" (Casino), "Sélection de nos régions" (Leader Price) et "Mmm" (Auchan), jugées plus floues et parfois ambigües sur l'origine des produits.

 
58 commentaires - Grande distribution : attention aux "arnaques" du "made in France" dans les rayons de votre supermarché
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]