Gattaz : "Aujourd'hui, il faut être un héros pour embaucher en France"

Gattaz : "Aujourd'hui, il faut être un héros pour embaucher en France"

Le président du Medef, Pierre Gattaz, le 14 juin 2016 à Paris.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 21 juin 2016 à 09h14

- Dans un entretien publié ce mardi 21 juin par La Croix, Pierre Gattaz estime que "créer un seul emploi" en France aujourd'hui est déjà "sportif". Pour le président du Medef, les partis politiques et les citoyens doivent "accepter une bonne fois pour toutes l'économie de marché et le rôle central de l'entreprise".

-

Pierre Gattaz livre son état des lieux à un an de la présidentielle : pour le patron des patrons "les Français ont trois problèmes : le chômage, la sécurité, et le manque d'espoir". "Vous avez une France un peu en désarroi qui ne sait pas où elle va. Je rencontre beaucoup de gens, y compris des chefs d'entreprise, qui se demandent si on va s'en sortir. C'est pour cela que les Français n'acceptent pas les réformes fondamentales car ils ne comprennent pas à quoi elles servent", explique-t-il.

Selon le président du Medef, ce constat est lié à un manque de "pédagogie terrible" : "La France qui résiste à la loi El Khomri est cette France qui a peur, à qui on n'a pas bien expliqué les changements - la mondialisation de l'économie... -, une France qui a laissé son industrie péricliter. Ce sont des Français qui n'ont pas de projet collectif enthousiasmant et je dirais même fraternel, et qui se referment sur eux-mêmes".

"ON NE SAIT PAS SI LE BATEAU FRANCE EST SOLIDE"

Pierre Gattaz veut "redonner du sens et de l'espoir car la France n'est pas perdue, elle a tout pour réussir. Ce qui lui manque, c'est que les partis politiques et les citoyens acceptent une bonne fois pour toutes l'économie de marché - on n'a pas trouvé mieux à ce jour - et le rôle central de l'entreprise (...) Même François Hollande a pris un virage entrepreneurial après un programme électoral initialement angoissant pour les entreprises", juge-t-il. "Je dis bravo à la majorité de la gauche qui a pris ce virage, bravo pour cette lucidité autour de l'entreprise et de l'économie. Dommage que cette impulsion ne se soit pas traduite dans les faits".

"Aujourd'hui, il faut être un héros pour embaucher en France. Essayez de créer un seul emploi... Rien que cela, c'est sportif..." Selon lui, il faut mieux enseigner l'économie et expliquer que "ce sont les entreprises qui créent de la richesse avec les équipes, que le chef d'entreprise n'est pas un 'salaud de patron' isolé", même si "5% des chefs d'entreprise se comportent très mal" car ils "ont choisi l'ultra-financiarisation et l'ultralibéralisme, mais aussi la politique à court terme. Nous les dénonçons".

"ON CRÈVE D'AVOIR GÉRÉ LE PAYS DEPUIS 50 ANS PAR LA LOI"

Faut-il encadrer la rémunération des managers ? "Nous sommes prêts à aller vers des recommandations sur les rémunérations, sur l'éthique", explique Pierre Gattaz. "Mais dans l'ambiance actuelle de la France, qui est très nerveuse, très sensible sur ce sujet, ce que je voudrais éviter, c'est qu'on nous sorte une loi pour nous dire : 'on plafonne les rémunérations'. On crève d'avoir géré le pays depuis 50 ans par la loi. Il y a quatre-vingts codes, 400 000 normes. Nous sommes les champions du texte de loi.

"La clé c'est la vision et le projet  : où veut-on aller en 2020, en 2030... Il faut montrer des choses positives et expliquer ce qu'on cherche à faire ensemble", poursuit-il. "C'est comme un bateau dans la tempête. Si le capitaine explique : 'on est à trois jours du port, on va tous travailler dur, et tous à son poste, ça va secouer très fort mais je sais où est le port et notre bateau est solide', alors l'équipage le suit et arrive au port. Aujourd'hui, on ne sait pas si le bateau France est solide et si le capitaine a un cap..."

"Le mieux c'est de réformer par le dialogue social. Nous aurons besoin de gens qui veulent discuter, qui veulent partager une vision du pays et des valeurs communes. Donc soit les syndicats arrivent à partager une vision enthousiasmante et acceptent un certain nombre de réformes - et alors je dis bravo  ! - ; soit ils n'acceptent pas et on n'y arrivera pas par le dialogue social", poursuit-il. "Dans ce cas, il faut que quelqu'un d'éclairé prenne la main et fasse les réformes en six mois ou un an. De bonnes réformes qui auront été travaillées et expliquées dans le cadre d'une campagne présidentielle, et qui seront transparentes vis-à-vis des Français, pour que le président élu avec ce programme le mette en œuvre".

Il y a une semaine, Pierre Gattaz avait dénoncé les "méthodes de la CGT et de ses affidés" lors de récentes actions ayant visé l'organisation patronale, évoquant un climat "nauséabond" et un "sentiment d'impunité".

 
97 commentaires - Gattaz : "Aujourd'hui, il faut être un héros pour embaucher en France"
  • Gattaz c'est l'agent des groosses boites , certes la CGT est le fossoyeur des PME PMI ARTISANS COMMERCANTS . Quand on sait que le sieur Martinez ne travaille plus depuis 1988 , il est responsable syndical ?Vous croyez qu'il sait ce que c'est QUE de gérer une pme ???

  • Il a belle mine ce mec qui a touché 1 milliard grâce au pacte de compétitivité qu'il a distribué à ses actionnaires qui sont de sa famille,où est-il le gars qui devait créer 1 million d'emplois?pourquoi ne baisse t-il pas son salaire 470 000€ alors qu'il paye ses employés à coup de fronde,Il aimerait bien faire travailler les ouvriers pour rien.Quelle honte pour la France d'avoir un patron comme ça

  • Il a raison; la CGT devrait être impérativement supprimée!!!

  • Evidemment qu'il a raison. qui peut encore en douter dans ce pays hormis les réfractaires à toute forme de lucidité qui réclament le beurre et l'argent du beurre et dont ce forum est parsemé. Qui peut croire que les socialistes au pouvoir essaient aujourd'hui de faire voter des réformes pour le plaisir d'embêter le bon peuple alors qu'ils prônait une ligne politique inverse dans l'opposition et la campagne présidentielle. Les faits sont têtus. L'économie est têtue... Si on refuse ces évidences, alors bonjour les dégâts. Mais ne pleurons pas après. Même les Grecs l'ont compris aujourd'hui; Les Français ont toujours l'impression qu'ils sont plus forts que les autres pour refuser les évidences, les efforts et la discipline. L'esprit de 1789 et de Mai 68 !

  • Comment voulez-vous que les Français puisse avoir une vision claire et l'espoir d'un avenir en cours de construction?
    Nos gouvernants sont dans une embrouille permanente, incapables d'informer sans se contredire, ne pensant qu'à leur petite personne.
    Quant aux entreprises, la morosité devient paralysante, puis croire que c'est l'embauche qui va relancer l'économie, on peut se poser la question de savoir ce que l'on enseigne à l'ENA
    Il est grand temps qu'un souffle nouveau vienne faire le ménage en grand dans notre pays, victime de ses archaïsmes qui perdurent et à force d'intrigues inavouables ou autres ententes souterraines d'un autre âge

    Excusez-moi, mais vous attaquez nos gouvernants, qui essayent de faire avancer les choses ? MAIS qu'est-ce-que vous dites des anarchistes qui ne s'opposent et ne veulent jamais rien comprendre et qui essayent uniquement de créer leur république populaire pour arriver à quoi ????

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]