Gaspillage alimentaire : 16 milliards d'euros perdus tous les ans en France

Gaspillage alimentaire : 16 milliards d'euros perdus tous les ans en France

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie lance une grande campagne intitulée "Ça suffit le gâchis" (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 26 mai 2016 à 09h40

Selon une vaste étude publiée par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), 10 millions de tonnes de produits alimentaires sont perdues ou gaspillées tous les ans en France. Tous les étages de la chaîne alimentaire sont concernés.

Valeur commerciale ? Près de 16 milliards d'euros.

"On observe des pertes et gaspillages à chaque étape de la chaîne alimentaire", constate l'agence qui lance ce jeudi 26 mai une campagne nationale de sensibilisation au gaspillage. Au moment de la consommation (33% du total des pertes et gaspillages) mais aussi de la production (32%), de la transformation (21%) et de la distribution (14%). "L'ensemble du gaspillage et des pertes ne sont donc pas concentrés sur la phase de consommation, contrairement à l'idée largement répandue", souligne l'Ademe. Mais "plus de 40%" de leur valeur correspond à l'étape de consommation, car la valeur d'un produit augmente tout au long de la chaîne alimentaire, du fait du coût du transport, de la transformation, de la vente ou de la publicité, relève l'étude.

La part des pertes et gaspillages varie pour chaque acteur de la chaîne alimentaire. Elle représente 7,3% du tonnage pour la consommation (au foyer et hors foyer), 4,5% pour la transformation, 4% pour la production et 3,3% pour la distribution. Chez lui, chaque consommateur gaspille 26 kg de nourriture par an. Cela représente "environ 30 g par repas et par convive", précise l'Ademe.

IMPACT CARBONE

Pour faire tous ces produits, il faut beaucoup d'énergie : ces produits inutilisés représentent un impact carbone de 15,3 millions de tonnes équivalent CO2, soit 3% des émissions de gaz à effet de serre de la France, ajoute l'Ademe. Le gaspillage a sur le climat presque autant d'impact que la pollution du transport aérien. En restauration collective et commerciale, les pertes et gaspillages sont "quatre fois plus importants", avec 130 g par repas et par convive. "Cela tend à montrer que ce sont davantage des contraintes qui conduisent aux pertes et gaspillages qu'un comportement 'non responsable'", estime l'agence. En effet, dans ce type de restauration, "le choix est imposé, il est difficile d'ajuster les portions à chacun et très rarement possible de conserver ce que l'on n'a pas fini".



Les fruits et légumes sont surtout perdus et gaspillés au niveau de la production (produits abîmés, surproduction, exigences du marché). Mais pour les salades, les pertes et gaspillages sont "importants à chaque étape", à cause de leur fragilité et des exigences des distributeurs et des consommateurs. Pour les produits des filières animales, les pertes et gaspillages sont "beaucoup plus faibles que pour les productions végétales", mais "les impacts économiques et carbone sont plus significatifs", indique encore l'Ademe.

DES MESURES ADOPTÉES EN FÉVRIER

La publication de cette étude intervient alors que le Parlement a voté en février des mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire. La proposition de loi reprend notamment des dispositions destinées à empêcher les grandes surfaces de jeter de la nourriture et de rendre leurs invendus impropres à la consommation. Ces dispositions avaient été ajoutées en mai dans la loi sur la transition énergétique, mais le Conseil constitutionnel les avait alors censurées pour des raisons de procédure.

Elle rend ainsi obligatoire le recours à une convention pour les dons réalisés entre un distributeur de denrées alimentaires et une association caritative. Elle prévoit aussi une sanction pour éviter la destruction volontaire de denrées alimentaires encore consommables par les commerces de détail, et modifie le régime juridique de la responsabilité des producteurs du fait de produits défectueux, afin de lever le blocage des dons de biens alimentaires sous marques de distributeur par leur fabricant. Enfin, elle intègre la lutte contre le gaspillage alimentaire au parcours scolaire, ainsi que dans le champ de la responsabilité des entreprises.

Après ce vote, l'association de défense des consommateurs CLCV (Consommation, Logement, Cadre de Vie) avait demandé des mentions "plus explicites" concernant les dates limites de consommation des aliments comme : "meilleur avant" pour remplacer "à consommer de préférence avant le/avant fin" et "ne pas consommer après" ou bien "à consommer impérativement avant" au lieu de "à consommer jusqu'au".

 
22 commentaires - Gaspillage alimentaire : 16 milliards d'euros perdus tous les ans en France
  • ne mettez pas tout le gaspillage sur le dos des consommateurs ce n'est pas les consommateurs qui sont exigeants mais les distributeurs qui pour leur image de marque refusent aux producteurs le moindre défaut dans les produits et il ne faut pas oublier aussi que la vente forcée de plusieurs produits sous emballage en lot contribue aussi au gaspillage

  • Vaste fumisterie. En effet, les grandes surfaces pour se donner bonne conscience affirme offrir les surplus aux Restos du Coeur, Secours Catholique.... Seulement, ce qui n'est aps dit, c'est que les grandes enseignes se font de la pub, car en réalité, elles n'offrent rien de leur poche puisque ce sont les consommateurs qui en définitive payent. Les cadeaux sont inclus dans les marges.....

    C'est un peu logique. Sinon, il n'y aurait plu de revendeur. Comme le menuisier compte le prix de revient de sa planche avant découpe, le restaurateur inclura le loyer de son établissement. Je ne vois pas ce qui est choquant.

  • Selon vous combien de milliards d'euros notre pays est-il en train de perdre depuis dix jours à cause des manoeuvres illégales d'une organisation syndicale qui s'obstine à vouloir diriger à la place de représentants légitimement élus ?

  • Je pense que les milliards d'euros viennent de l'ELysee!!!!car qunand on gere un budget on est vigilant et ne gaspille pas !c'est quand cela ne sort pas de notre porte monnaie! !!!

  • tout ce gaspillage est une question d'hygiène. alors que l'on jette des produits encore consommables, meme certains produits périmés sont consommables et bons pour la santé

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]