FN: Le Pen sanctionne Philippot en lui retirant des responsabilités

FN: Le Pen sanctionne Philippot en lui retirant des responsabilités

Marine Le Pen et Florian Philippot au Parlement européen à Strasbourg, le 17 janvier 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 20 septembre 2017 à 21h54

Nouveau cran majeur dans le conflit au FN: Marine Le Pen a retiré mercredi à Florian Philippot son portefeuille de la stratégie et de la communication en le maintenant vice-président, le sanctionnant pour avoir refusé de quitter la tête de son association "Les Patriotes."

La décision est tombée en soirée, via un communiqué: la présidente du parti a "décidé" ne lui laisser qu'une vice-présidence "sans délégation", ce qui le laissera membre de droit des plus hautes instances du parti.

Motif affiché de la sanction: le refus de M. Philippot de "mettre un terme au conflit d'intérêts résultant de sa double responsabilité de vice-président du FN chargé de la stratégie et de la communication et de président de l'association politique +les Patriotes+" lancée mi-mai dans la foulée de la présidentielle.

Quelques minutes plus tôt, M. Philippot avait campé sur sa position sur CNews, refusant de "quitter +Les Patriotes+" ou "renoncer à (s)es convictions" après une dernière mise en garde de Mme Le Pen mercredi matin. 

"Et si on veut me démettre et m'empêcher de travailler à la refondation du FN, il faudra le faire. Je le regretterai amèrement", a lancé le vice-président.

L'eurodéputé a dénoncé à la télévision un "prétexte" au moment où, engagé dans un débat de "refondation" depuis la présidentielle, "le FN est en train de changer complètement de ligne, de faire un retour en arrière absolument terrifiant, qui affole des milliers de personnes".

Au-delà du réel conflit de personnes, certains frontistes espèrent affaiblir les options idéologiques défendues par M. Philippot. L'élu de Grand Est est farouchement anti-euro et veut un discours portant aussi bien sur les questions sociales, sociétales que sécuritaires, quand d'autres sont plus libéraux économiquement et plaident pour un parti focalisé sur la lutte contre l'immigration et "l'islamisme".

Mais la sanction est aussi et surtout la suite logique de plusieurs mois de conflit croissant entre la présidente du FN et celui qui était jusque-là considéré comme son bras droit et son alter ego idéologique.

-- Un "divorce" ? --

Lundi, déjà, en bureau politique, Marine Le Pen l'avait mis en garde: "C'est comme un divorce, ça peut se passer bien ou mal. Tu seras triste, je serai triste, mais le Front s'en remettra", avait-elle dit en substance, selon deux participants.

Dans l'entourage de Marine Le Pen, on mettait en avant mercredi soir le caractère "proportionné" de la mesure à l'égard du chef d'orchestre du "marinisme" depuis 2011, principale figure d'ouverture d'un parti qui a tenté ces dernières années de se "dédiaboliser" et obtenu des résultats électoraux croissants avant une présidentielle et des législatives 2017 pas à la hauteur de ses espérances.

"+Marine+ a l'esprit large, elle essaie toujours de trouver un consensus. Mais personne ne comprend la fébrilité de Florian Philippot... Tout le monde a été très patient avec lui mais il ne veut pas faire le moindre geste" et "nie le processus de refondation qui vient de démarrer" et doit aboutir à un congrès en mars, s'est encore agacée cette source à l'AFP.

Céder, s'étranglait au contraire une source proche de l'énarque dans l'après-midi, "serait un suicide politique! Ca veut dire quoi, on doit se prosterner c'est ça ?" 

Alors que 14 conseillers régionaux FN de région Grand Est ont aussi contesté, dans un courrier anonyme lundi à la direction du parti, la gestion du groupe FN régional par M. Philippot, sa lieutenante Sophie Montel a cité à l'AFP l'adage : "Quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu'il a la rage".

M. Philippot voit déjà diminuer ces derniers temps le nombre de ses soutiens internes, déjà considéré comme réduit: plusieurs cadres locaux le soutenant comptent rendre leur carte. 

"S'il y avait un sondage interne, 90% des frontistes demanderaient le départ de M. Philippot", estime un proche de Marine Le Pen. Rien à voir, assurent plusieurs marinistes, avec Bruno Mégret, le "félon" qui avait quitté le FN en 1998 avec la moitié de ses cadres.

 
40 commentaires - FN: Le Pen sanctionne Philippot en lui retirant des responsabilités
  • c'est une bonne nouvelle avec la le pen toute seule à la barre dans 2 ans il n'y a plus de fn très très bonne nouvelle fin de l'entreprise le pen

  • MARINE LEPEN a compris qu'en FRANCE il vaut mieux perdre et elle a fait le MAXIMUM pour cela OUF
    scindée en deux fractions", explique Le Monde. La première partie concerne le nombre de voix obtenues par les candidats d'un parti. Elle est attribuée de façon promotionnelle, à condition qu'ils aient obtenu au moins 1% des suffrages exprimés dans "au moins cinquante circonscriptions", ajoute le journal. Autre condition : respecter la parité. Chaque voix rapporte 1,42 euro.

    À lire aussi
    Manuel Valls figure parmi ces 55 députés
    ASSEMBLÉE NATIONALE
    Législatives : 55 députés pourraient remettre leur siège en jeu
    La deuxième partie de l'aide "est attribuée selon le nombre de sièges de parlementaires obtenus", détaille Paris Match. "Seuls les partis ayant bénéficié de la première fraction peuvent prétendre au versement de la seconde fraction, calculée proportionnellement au nombre de parlementaires, députés et sénateurs, qui leur sont rattachés. Un élu équivaut à 37.280 euros", indique Le Monde. En 2016, le montant de l'aide publique a atteint 63,1 millions d'euros (28,8 millions pour la première partie et 34,3 millions pour la deuxième partie). Le Parti socialiste a récolté 24,9 millions d'euros, Les Républicains 18,6 millions d'euros, le Front national 5,1 millions d'euros, le PCF 2,9 millions d'euros et EELV 2,8 millions d'euros. .

  • M.Philippot se contentera-t-il longtemps de n'être plus qu'un pot de fleur, qu'une décoration, dans le FN ? J'en doute fortement.

  • Franchement, à part d'être borné, qui pouvait douter de l'issue du débat de l'entre deux tours. C'est le Réal de Madrid qui allait jouer contre le dernier de la Ligue 2, sans faire injure à ses joueurs. A force de vomir sur tout le monde certains électeurs (environ 30% du corps électoral) ne se sont pas rendu compte que pour arriver à être président de la République il faut être très costaud. Elle n'a pas touché terre face à Macron comme cela aurait été le cas face à Hollande Sarko Chirac Mitterand ou Giscard. Ne parlons pas de de Gaulle. Ce débat ne sert à peu près à rien quand on a à faire à des bêtes politiques qui au final s'annihilent, mais malheur à celui ou celle qui se montre faible et incompétent, il est mort politiquement ce qui est le cas de MLP.

  • il faut quand même avouer que Madame Lepen n'aura jamais la compétence pour être à la tête de la France , son débat télévisé nous aura montré exactement quelle type de personnage elle est réellement .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]