Fin de la trêve hivernale: une maire s'engage contre la mise à la rue

Fin de la trêve hivernale: une maire s'engage contre la mise à la rue

Un SDF dort à dans la rue à Paris, le 16 janvier 2017

A lire aussi

AFP, publié le mardi 11 avril 2017 à 20h31

Fin de la trêve hivernale: La maire communiste de Saint-Pierre-des-Corps va prendre un arrêté contre la mise à la rue de locataires expulsés

La maire communiste de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) va prendre un arrêté contre la mise à la rue de locataires expulsés, onze jours après la fin de la trêve hivernale, a annoncé mardi la municipalité.

"Le 31 mars a marqué la fin de la trêve hivernale. Ce qui signifie que des enfants, des femmes, des hommes, sont de nouveau sous la menace d'un jugement d'expulsion du logement qu'ils occupent", explique la ville voisine de Tours, à forte tradition ouvrière et cheminote, dans un communiqué. 

Face à cela, le conseil municipal a décidé, sur proposition de la maire Marie-France Beaufils, "de prendre un arrêté municipal stipulant que lors de toute expulsion locative sur le territoire de la commune, il devra être fourni au maire la justification que le relogement de la personne expulsée et de sa famille aura été assuré dans un logement décent".

Dans son texte, le conseil municipal s'appuie tant sur le code civil, le code pénal que la Déclaration universelle des droits de l'Homme et des avis du Conseil constitutionnel. Il considère qu'il "relève des pouvoirs du maire de prévenir le trouble grave à l'ordre public que serait l'expulsion d'une personne ou d'une famille qu'elle laisserait à la rue et sans logement ni domicile faute de relogement". 

Onze villes de banlieue parisienne ont déjà annoncé cette année qu'elles allaient prendre des arrêtés "anti-mise à la rue" en s'assurant que "lors de l'expulsion, le relogement des familles aura été assuré par l'État au regard de ses engagements internationaux et nationaux".

Dans le passé, certaines villes s'étaient engagées de façon similaire mais leurs arrêtés ont tous été cassés par les tribunaux administratifs.

En 2015, 168.775 procédures judiciaires ont été intentées en vue d'une expulsion locative et environ 127.000 ont abouti à une décision d'expulsion, selon le dernier bilan annuel de la Fondation Abbé Pierre.

Les expulsions locatives avec le concours de la force publique - dernière étape, si aucune solution n'est trouvée - ont bondi de 24% en 2015, pour arriver à près de 14.400 expulsions.

 
30 commentaires - Fin de la trêve hivernale: une maire s'engage contre la mise à la rue
  • C'est facile, les appartements ne sont pas à lui et en plus si le slocataires en defaut d epayement ne payent pas il se retournera contre le proprietaire pour le simpots
    Ces elus irres^pônsables font des degats par amateurisme et demagogie et apres il faudrait que els particuliers investissent? à l'etranger oui en France certainement pas!

  • Il y aurait donc une obligation de loger la terre entière gratuitement ?

  • Un maire communiste qui ne respecte pas les lois ! on ne peut pas voter à gauche !

  • tres bien! les maires sont officiers de police judiciaire donc ils peuvent refuser d'assister un huissier qui veut procéder à une expulsion comme les maires peuvent refuser d'être le dépositaire des commandements d'huissier!

  • Ben voyons... ST PIERRE DES CORPS... Pour un tel bastion du communisme, il est des réputations qu'il faut savoir préserver par n'importe quel moyen... Surtout si c'est au mépris des lois républicaines !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]