EURO 2016 : rencontre à haut risque entre l'Angleterre et la Russie

EURO 2016 : rencontre à haut risque entre l'Angleterre et la Russie

Des supporters anglais dans un nuage de gaz lacrymogène à Marseille, le 10 juin 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 11 juin 2016 à 11h15

- Il y a certaines choses qui ne changent pas. et la violence autour du football en fait partie, notamment quand l'Angleterre est de la partie.

Et samedi soir, les britanniques vont affronter une autre équipe connue pour ses hooligans : la Russie. -

Le premier match du groupe B entre l'Angleterre et la Russie, samedi soir, sera le premier véritable test sécuritaire de cet EURO 2016. Et les violences ont déjà commencé, dès jeudi soir, à Marseille, qui accueille la rencontre. Bouteilles de bière qui jonchent le sol, fans éméchés éructant torses nus, chaises des bars qui volent, projectiles lancés sur les forces de l'ordre, nuages de lacrymogènes: les débordements autour de la sélection anglaise sont immuables. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un groupe de 250 supporters britanniques s'en était pris à la police. Vendredi soir, les policiers ont séparé des groupes d'Anglais et de Russes. 

"Nous sommes vraiment déçus par ces scènes de désordre à Marseille et nous condamnons de tels comportements", n'a pu que déplorer la Fédération anglaise dans un communiqué. Pour garantir le bon déroulement de l'accès des supporters au Vélodrome samedi, la préfecture de police a prévu deux itinéraires différents pour Russes et Anglais afin d'"éviter tout trouble à l'ordre public".



Si les autorités sont aussi crispées, c'est que les deux équipes ont des supporters qui sentent le soufre, comme le rappelle L'Equipe. Même si l'Angleterre à beaucoup travaillé sur la problématique des hooligans, il en reste une poignée, à la capacité de nuisance intacte. "Ils sont très peu nombreux, explique l'universitaire Geoff Pearson, interrogé par le quotidien sportif. L'Angleterre a beaucoup travaillé là-dessus et aujourd'hui, la grande majorité des matches se déroulent sans incident sérieux."

Dans l'autre camp, les Russes "ne passent par non plus pour des enfants de choeur", rappelle l'Equipe. "Une partie, petite mais centrale, des supporters russes est très proche de l'extrême droite. Et des hooligans pourraient participer à des fights loin des centre-villes", estime un expert.

LE SOUVENIR DU DERNIER PASSAGE ANGLAIS À MARSEILLE, EN 1998

Des violences qui rappellent celle de la dernière venue de la sélection anglaise dans la cité phocéenne, en 1998. Les britanniques devaient alors affronter la Tunisie pendant la Coupe du Monde qui sera un peu plus tard remporter par les Bleus. Cette année-là, les rues du centre-ville se sont transformées en champs de bataille : vitres brisées, voitures renversées et ambiance d'émeute, se souvient l'Equipe. Au final : une centaine de blessés et de nombreuses interpellations.

Au-delà des craintes liés à d'éventuels attentats, le hooliganisme est aussi un des défis sécuritaires de cet Euro, le premier de l'histoire à 24 équipes. La liste n'est pas officielle, mais cinq matches sont classés "niveau 3" sur une échelle de risques de 4 et feront l'objet d'un dispositif de maintien de l'ordre renforcé. Outre Angleterre - Russie (Gr. B), il s'agira de Turquie - Croatie, dimanche au Parc des Princes à Paris (Gr. D), Allemagne - Pologne (Gr. C, le 16 juin au Stade de France), Angleterre - Pays de Galles (Gr. B, le 16 juin à Lens) et Ukraine - Pologne (Gr. C, le 21 juin, encore à Marseille).

Pour lutter contre le hooliganisme, le gouvernement a installé à Lognes, en Seine-et-Marne, un Centre de coopération policière internationale (CCPI), sorte de tour de contrôle durant l'Euro. Et 180 policiers des 23 pays étrangers participant à la compétition sont déjà en France.
 
6 commentaires - EURO 2016 : rencontre à haut risque entre l'Angleterre et la Russie
  • supprimer carrément la ville de marseille lors de grandes compétitions, les joueurs anglais risquent d'etre condamnés comme il y a des années à ne plus participer à des match de cette compétition et ils n'y sont pour rien à cause de ces imbéciles

  • La 1ere chose à faire.............matchs retransmis sur télévisions, et rencontres sur terrains à huit clos, interdictions d'accès aux stades, interdictions de rassemblements ou de "fan zone" et ce de façon définitive.

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    Je pense que la première de mesures à prendre serait l'interdiction absolue et totale de consommation et de vente d'alcool dans toute les villes concernées durant la période à risque. J'ai regardé en détails les images des deux soirs de d'émeutes marseillaises et l'on peut constater que les hooligans sont pour beaucoup alcoolisés avec des verres et des bouteilles dans les mains. Et il suffit qu'une minorité agresse la majorité pour que tout dégénère. Les commerçants ne seraient peut être pas contents. mais que vaut il mieux quand on voit des hooligans détruire un bar ou un restaurant entièrement. Perdre une part de la recette d'un ou deux jours ou payer pour refaire entièrement sa boutique ? sur ce problème les différentes autorités nationales régionales et municipales manquent de courage politique.

  • Un peu d'autorité M. CAZENEUVE au lieu de rester dans les nuages !
    Il suffit d'interdire de stade ces anglais perturbateurs !

  • Et ces 250 "supporters" ils sont où, aujourd hui ? Normalement ils devraient déjà être retournés en Angleterre à leurs frais ou pour les démunis aux frais du gouvernement Anglais . Faites la même chose en Angleterre et vous allez voir un peu ... Mais en France tout est permis . C est pas grave, c est le contribuable Français qui va payer les destruction des biens municipaux, et pour les dégats dans les bars c est les assurances qui répercuteront sur les primes l année prochaine . Mais c est pas grave, la mafia des dirigents footeux se remplissent les poches . Du vin et des jeux telle était la devise des Romains .

    du pain et des jeux ( pas du vin)

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]