EURO 2016 : imbroglio autour de l'interdiction des écrans en terrasse

EURO 2016 : imbroglio autour de l'interdiction des écrans en terrasse

Thierry Braillard à Paris, le 18 février 2016

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 09 juin 2016 à 18h00

- À 24 heures du match d'ouverture de l'EURO 2016 entre la France et la Roumanie, la nouvelle a fait grincer des dents chez les professionnels de la restauration. Le secrétaire d'État chargé des Sports Thierry Braillard a indiqué que les gérants de bars ne pourront pas installer d'écrans en terrasse pour retransmettre les matchs de la compétition.

Quelques heures plus tard, son ministre de tutelle Patrick Kanner a démenti l'information. -

"On ne peut pas accepter qu'il y ait des rassemblements non-organisés puisque les forces de l'ordre n'ont pas les moyens de sécuriser cela", a expliqué le secrétaire d'État en charge des Sports dans une interview accordée à RMC/BFMTV jeudi 9 juin. "C'est organisé pour que tout soit sécurisé sur des sites précis", a t-il indiqué, argumentant qu'une "retransmission sur une terrasse implique un rassemblement". Thierry Braillard s'est défendu de gâcher la fête, incitant les spectateurs à se rendre dans les fan-zones prévues pour l'événement. "J'irai dans la fan zone avec mes enfants pour montrer que tout a été préparé" a t-il encore annoncé.

Mais, dans la même matinée, dans un entretien à La Provence, Patrick Kanner a confirmé l'inverse, rappelant la position officielle du gouvernement selon laquelle il n'y a aucune interdiction de diffusion des matchs en terrasses des bars.

Finalement, dans l'après-midi, le ministère des Sports a mis fin à la confusion. "Il revient aux maires des communes concernées, en lien étroit avec les préfets, de prendre toute mesure permettant d'éviter que ces diffusions ne se transforment en regroupements sur la voie publique, afin de garantir les meilleures conditions de sécurité", ont indiqué à l'AFP le cabinet du ministère et du secrétariat aux Sports jeudi après-midi.

Cela concerne les retransmissions de matches sur des télévisions de taille normale et non sur écrans géants qui, eux, sont quasiment interdits en dehors des fan zones installées dans les dix villes hôtes. "Une circulaire interministérielle à destination des préfets a précisé que les retransmissions de matchs sur écrans géants dans des lieux publics étaient interdits en dehors des fan zones, sauf respect de critères très précis: lieux fermés avec accès contrôlé soumis à l'accord des préfets", a poursuivi le ministère. 

IMBROGLIO À 24 HEURES DE L'ÉVÉNEMENT

Ces atermoiements autour de cette mesure controversée interviennent à la veille du coup d'envoi de la compétition, et ont provoqué l'incompréhension des professionnels concernés. "Pour que ce soit clair, hier soir, nous avons reçu un courrier du préfet qui disait l'inverse. Alors il faut que le gouvernement s'accorde avec ses fonctionnaires pour que l'on sache réellement ce qu'il se passe", a expliqué le secrétaire général de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) dans les Bouches-du-Rhône.

À Marseille, la cacophonie a pris une résonance particulière après la diffusion d'une note en date du 25 mai. Le texte, signé par l'adjointe aux emplacements publics Marie-Louise Lota, interdisait la diffusion des matchs à l'extérieur des établissements pour des raisons de sécurité. Après une levée de boucliers des professionnels du secteur de la restauration, la municipalité avait ensuite rectifié le tir en indiquant que la note "d'information" n'avait "aucun pouvoir péremptoire et relevait plutôt d'un "conseil de sécurité".

L'élue affirme cependant que cette demande émanait de la préfecture de police, et avait été formulée "lors d'une réunion avec (ses) services", précisant qu'elle n'assistait pas en personne à cette réunion. Elle souligne aussi que la note s'appuyait également sur une instruction interministérielle du 22 février sur "les dispositions en matière de sécurité" concernant l'EURO, qui stipule "que les zones 'grands écrans' ne pourront être organisées sur l'espace public ouvert, mais dans des espaces clos et dont l'accès sera contrôlé".

Selon une source proche du dossier, cette instruction interministérielle ne visait par les bars mais concernait les élus qui souhaiteraient organiser des retransmissions sur écran géant pouvant "rassembler plusieurs milliers de spectateurs". Concernant la possibilité d'installation de comptoirs à l'extérieur, l'adjointe à la sécurité, Caroline Pozmentier, affirme qu'il n'y à pas de problème pour les établissements dont les terrasses respectent "le cadre réglementaire".
 
96 commentaires - EURO 2016 : imbroglio autour de l'interdiction des écrans en terrasse
  • Toujours aussi nuls décidément cette gauche là plus ça va plus elle démontre sa nullité.Je fréquenterai les bars là au moins je sais que mon fric sera utile

  • moi je m adresse au gourvernement,il ya plus important que le foot,c est l emploi,le retrait de la loi el komri,le sport n est pas l avenir,dans 15 a 20 ans plus de retraite et au gournement on pense que a faire du fric pour s enrichir personnellement,en 2017 il faut viré ce gouvernement.

  • Encore un ministre qui ose s'exprimer sur un sujet dont il ne connait ni les tenants ni les aboutissants ...........
    Conclusion : pratiquement n'importe qui peut occuper un poste ministériel sans grand risque majeur puisqu'il y aura toujours un collègue pour rectifier le tir .........
    Et c'est ainsi depuis Mai 2012 , une formidable collection de bulles plus grosses les unes que les autres et qui jettent définitivement le discrédit sur ce gouvernement .........

  • tout le monde à Lyon sait que Braillard est un incapable !

  • Pas d'autres sujets plus important en FRANCE, du grand n'importe quoi !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]