ETA : "La page de la lutte armée est désormais tournée", selon l'"artisan de la paix" José Bové

ETA : "La page de la lutte armée est désormais tournée", selon l'"artisan de la paix" José Bové

José Bové a participé, le 8 avril 2017, au balisage d'une cache d'armes de l'ETA.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 09 avril 2017 à 11h05

"C'est vraiment un jour historique pour moi qui suis la question basque depuis les années 1970." ETA, qui avait annoncé son "désarmement total" samedi 8 avril, a livré aux autorités françaises une liste de caches d'armes, un geste salué par Paris mais insuffisant pour l'Espagne, qui appelle l'organisation séparatiste basque espagnole à s'auto-dissoudre. ETA, qui a renoncé à la lutte armée en 2011, a fourni une liste de huit caches d'armes et d'explosifs, ce qu'il resterait de son arsenal : elles sont situées dans le département des Pyrénées-Atlantiques, frontalier de l'Espagne.


À leur arrivée sur l'un des sites, à Etxarri, dans la montagne pyrénéenne, les policiers ont eu la surprise de trouver José Bové, qui les attendait pour les guider.

En effet, le député européen EELV est un des "artisans de la paix", ces personnalités élues ou issues de la société civile et d'associations, réunies au sein d'un mouvement pacifiste. Dans le Journal du Dimanche, il raconte comment il a participé au désarmement de l'organisation séparatiste basque.

"Nous avons quitté Bayonne à 7h30. Nous étions 19 'artisans de la paix', mais un seul savait où nous allions, dans la forêt domaniale d'Extarri. Notre mission était de marquer l'emplacement de deux caches. Sans indication, c'était impossible à trouver. Les caches se trouvaient près d'une vieille souche avec un nombre de pas précis à effectuer. Selon mes informations, les caches contenaient 4 bidons remplis d'explosif. Ensuite, nous avons attendu l'arrivée de la police judiciaire et des démineurs qui sont arrivés vers 10h30. Les échanges ont été courtois. Ils ont pris l'identité des personnes présentes, puis nous sommes partis pour les laisser travailler", a-t-il expliqué à l'hebdomadaire.

"C'est vraiment un jour historique pour moi qui suis la question basque depuis les années 1970. La page de la lutte armée est désormais tournée. Les familles des victimes vont pouvoir se reconstruire. Ici à Bayonne, je ne vois que des gens émus. On sort enfin de ce poids de la lutte armée. J'espère maintenant que l'attitude de la France -avec notamment les déclarations du ministre de l'Intérieur que je salue- va conduire le gouvernement espagnol à faire un pas lui aussi", poursuit José Bové.

MADRID INTRANSIGEANTE

Cela ne semble pas être à l'ordre du jour cependant. Madrid a appelé ETA à "annoncer sa dissolution définitive, demander pardon à ses victimes et disparaître, au lieu de monter des opérations médiatiques pour dissimuler sa défaite". Dès vendredi, l'Espagne avait prévenu qu'ETA ne tirerait "aucun avantage, aucun bénéfice politique" de son désarmement unilatéral.

"Près de 3,5 tonnes d'armes, explosifs et matériels nécessaires à la fabrication d'engins explosifs" ont été retrouvées, a annoncé le Premier ministre français Bernard Cazeneuve. Le chef du gouvernement s'est félicité samedi soir d'une opération menée "sans violence". Il a salué "une étape décisive vers la fin du terrorisme indépendantiste basque" et a rendu hommage aux victimes de l'organisation clandestine.
 
5 commentaires - ETA : "La page de la lutte armée est désormais tournée", selon l'"artisan de la paix" José Bové
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]