Et si des joueurs avaient parié sur leur défaite lors d'un match de Coupe de France ?

Et si des joueurs avaient parié sur leur défaite lors d'un match de Coupe de France ?

Les joueurs du Poiré-sur-Vie célèbrent leur victoire en coupe de France contre Le Mans, le 5 janvier 2013.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 21 février 2017 à 12h27

PARIS TRUQUÉS - Y a-t-il eu tricherie ? Le match de 32e de finale de Coupe de France entre Le Poiré-sur-Vie (Vendée) et Viry-Châtillon (Essonne), qui a eu lieu le 7 janvier, fait l'objet d'une enquête du SCCJ, le Service central des courses et jeux, pour des soupçons de fraude. L'Arjel, autorité de régulation des jeux en ligne, a placé une alerte rouge sur ce match, sur lequel des joueurs de Viry-Châtillon auraient parié sur leur propre défaite.

Viry-Châtillon, club de 4e division, la CFA, et Le Poiré-sur-Vie, club de 6e division, se sont rencontrés en 32e de finale de la Coupe de France et le Petit Poucet l'a emporté 3 à 1.

Mais moins d'un mois plus tard, le 30 janvier, une enquête préliminaire a été ouverte pour de possibles paris truqués. En effet, si le reste de l'année, il est interdit de parier sur le résultat des rencontres amateurs, lors de l'entrée des clubs professionnels en Coupe de France en 32e de finale, c'est possible. Et il semblerait que des joueurs de Viry-Châtillon, pourtant favoris, aient parié sur leur propre sortie de la coupe.


Avec une cote de 4,4, ceux qui ont parié sur une victoire du Poiré-sur-Vie ont remporté une belle somme. Mais, cas atypique, "près de 90% des mises sont placées sur Le Poiré. Le chiffre d'affaires sur le match est par ailleurs environ deux fois supérieur à ce qui se pratique habituellement pour ce type de rencontres. Le taux de retour joueur (la part des paris qui revient aux joueurs), qui s'élève en moyenne à 85%, atteint sur ce match les 250%", signale Mediapart.

DES "BRUITS DE VESTIAIRES"

Le média d'investigation révèle même qu'il a eu vent, quelques jours seulement après la rencontre de "bruits de vestiaires, venant de l'intérieur du club : la prime de victoire étant modeste et incertaine, certains joueurs auraient saisi l'occasion de se faire un peu d'argent, plus facilement, sans se fatiguer, en pariant sur leur propre défaite". Mais, pour l'instant, aucun joueur n'a parié en son nom sur les sites agréés, révèle l'enquête. "Seul cas suspect : un ancien entraîneur d'une équipe de Viry, qui a parié 1.500 euros sur Le Poiré".

Pour Walid Aichour, entraîneur de Viry-Châtillon, c'est impensable. "Si c'était revenu à mes oreilles, je les aurais virés sur-le-champ. Mais franchement, ça me surprendrait, je n'y crois pas. Collectivement, on a été mauvais en première période. Après, on était menés 2-0, on revient à 2-1. En deuxième période, on a été plutôt bons. Si les joueurs sont assez bêtes pour faire ça... Le club n'était plus allé en 32e de finale de la Coupe depuis 1977. Ils avaient une occasion unique de marquer l'histoire du club, d'inscrire une ligne prestigieuse sur leur CV... "
 
3 commentaires - Et si des joueurs avaient parié sur leur défaite lors d'un match de Coupe de France ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]