Esclavage: Manuel Valls défend "une mémoire apaisée" mais écarte l'idée de réparations

Esclavage: Manuel Valls défend "une mémoire apaisée" mais écarte l'idée de réparations

Manuel Valls, le 27 octobre, à Mérignac

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 30 octobre 2016 à 11h21

A l'occasion de sa tournée en Afrique de l'Ouest, Manuel Valls a signé une tribune intitulée "On ne peut pas réparer l'esclavage mais on peut préparer l'avenir", publiée ce dimanche par Le Monde et le mensuel anglophone The Africa Report. M.

Valls doit rendre visite dimanche matin à Accra, capitale du Ghana, à la Franklin House, une ancienne maison de traite. Dans cette tribune, le Premier ministre plaide pour la création d'un système d'échanges euro-africain sur le modèle d'"Erasmus", plutôt que des "réparations" réclamées par certains militants.

"Il ne s'agit pas tant de vivre dans l'idée d'une réparation - comme disait le grand poète martiniquais, descendant d'esclaves, Aimé Césaire, l'esclavage est 'irréparable' - que de regarder vers demain, c'est-à-dire renforcer les liens entre nos deux continents", a plaidé le patron de Matignon. "La traite négrière a été un désastre à grande échelle. Cette réalité doit être rappelée, enseignée, martelée. Il faut toujours rappeler l'enfer de douze millions d'hommes, de femmes, d'enfants arrachés à la terre de leurs ancêtres pour traverser l'Atlantique, enchaînés, réduits à l'état de bétail, de marchandises. Combien d'atrocités, de viols, de meurtres ! C'est un crime contre l'humanité", comme le reconnaît depuis 2001 en France la loi Taubira, écrit le Premier ministre.

"S'AFFRANCHIR DU PASSÉ"

Mais pour Manuel Valls, "la mémoire ne doit pas désunir". "Elle doit au contraire refermer les fractures et rassembler, dès lors que l'on fuit ce penchant terrible de la concurrence mémorielle, de la hiérarchie, de la comparaison entre les souffrances des uns et les malheurs des autres". Regrettant le temps qu'il aura fallu pour "reconnaître la réalité de l'esclavage", les "silences" et les "non-dits", Manuel Valls appelle toutefois à ne pas confondre l'histoire de l'Afrique et celle de l'esclavage, "à laquelle on veut trop souvent la réduire". "Je sais que l'Afrique a en elle la force de s'affranchir de ce passé", écrit le Premier ministre. A l'occasion d'un voyage aux Antilles en mai 2015, le président français François Hollande avait déjà écarté l'idée de réparations matérielles. Mais l'ambiguïté de sa formulation, qui semblait dire le contraire, avait déclenché une polémique.
 
42 commentaires - Esclavage: Manuel Valls défend "une mémoire apaisée" mais écarte l'idée de réparations
  • La vie est un perpétuel recommencement, la "mondialisation" est la colonisation de notre époque.

  • Attendez, vous dites de ces personnes, qu'elles sont fils ou filles d'esclaves, mais Monsieur le premier ministre on ne naît pas "esclaves", mais on le devient. Ils ont été réduits par la force à ce statut d'esclaves. Enorme!!!

  • mr Valls devrait se souvenir que ce sont ces lointains ancétres conquistadors qui ont favorisés et pratiqués l'esclavage des Africains vers le Nouveau monde aprés avoir exterminés de la maniére la plus sauvage les populations Amérindiennes (Tainos, Azteques, Mayas, Incas et compagnie..)

  • Pour avoir la mémoire apaisée, encore faudrait-il qu'elle soit totale.
    Les Européens n'allaient pas dans les forêts pour capturer les futurs esclaves. Ce sont des tribus de noirs qui faisaient ces captures et qui les vendaient ensuite aux Européens. Si on y regarde de près, sans l'aide de ces tribus, la traite des noirs n'aurait sans doute pas existé... Quant à l'esclavage, il existait bien avant !
    Et si vous saviez comment les décideurs africains s'amusent à faire les politiciens français culpabiliser sur le sujet pour mieux en profiter, souvent à titre personnel, vous seriez surpris !!!
    Arrêtons toutes ces simagrées de pseudo repentance à répétition, nous méritions mieux et surtout tournons vers l'avenir et non pas le passé qui date de plus en plus !!!

    Bravo pour votre analyse . vous avez tout dit ...mais malheureusement trés peu veulent l'admettre...

    sans oublier le commerce d'esclaves (noirs ou blancs) mis en place par les "cavaliers du désert" arabes pour la plupart en Afrique ou sur les mers nous en avons gagné un mot : razzia

    Il y a longtemps j'ai vu au musée de St Louis du Sénégal un livre de comptabilité des négriers sur lequel était inscrit combien avait coûté et ou tel en étoffe etc tout cela payé aux chefs de village, les consignes pour le voyage, c'était très intéressant et ce n'est pas du tout l'image qu'on veut nous projeter et là-bas dans certains coins il y a une forme d'esclave suivant les ethnies leur position par rapport aux autres, alors arrêtons le pipo

  • si l'on parle de réparation financière pour la traite des africains par les européens il faut aussi parler de réparation financière pour celle pratiquée par les Arabes musulmans cette traite a duré des siècle il faut le savoir mais ça c'est l'histoire qui le dit cette traite a fait subir aux esclaves des souffrances terribles par exemple les hommes ainsi que les jeunes garçons étaient castrés systématiquement pour qu'ils ne puissent se reproduire avec les femmes arabes quant à nous pourquoi ne demanderions nous pas une réparation aux Italiens pour les esclaves Gaulois qui furent emmenés en esclavages à Rome .

    le regime ne sera pas le meme pour tout le monde....................profits obliges.............nous sommes dans un etat de droit surtout celui de se coucher devant certains et de ne fien dire en retour..................................

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]