Emmanuel Macron, un "libéral-autoritaire" selon Benoît Hamon

Emmanuel Macron, un

Benoît Hamon au soir de sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle, à la Maison de la Mutualité à Paris, le 23 avril 2017 (archive).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 30 juin 2017 à 09h22

Dans une interview publiée dans Libération à la veille du lancement de son mouvement, Benoît Hamon a mis en garde contre la mise en place d'"un pouvoir autoritaire, hypercentralisé et concentré dans les mains d'un homme" par Emmanuel Macron. 

L'ancien candidat PS à la présidentielle Benoît Hamon dénonce vendredi dans Libération "un pouvoir autoritaire, hypercentralisé et concentré dans les mains d'un homme", Emmanuel Macron, qualifié de "libéral-autoritaire".

"Je me rappelle de ces enquêtes d'opinion dans lesquelles une majorité de Français disaient avant la présidentielle que la France a besoin d'une figure autoritaire à l'Elysée. Macron s'inscrit dans ce contexte", explique Benoît Hamon dans un entretien.

Il reconnaît que tout ce que fait le nouveau chef de l'Etat, "il le fait avec méthode et habileté. Mais il n'en reste pas moins un libéral-autoritaire".

"Un pouvoir autoritaire, hypercentralisé"

Pour l'ancien ministre, qui avait quitté le gouvernement de Manuel Valls pour rejoindre le camp des frondeurs socialistes, "ce que beaucoup à gauche redoutaient dans Valls, qui incarnait agressivement cette synthèse, ils vont l'avoir avec un Macron souriant".

"Ce qui se met en place, c'est un pouvoir autoritaire, hypercentralisé et concentré dans les mains d'un homme et de quelques-uns de ses obligés, où les intérêts des oligarques sont au premier plan", tacle l'ex-député des Yvelines.

Benoît Hamon prédit que "cette hyperconcentration du pouvoir va entrer en collision avec les Français, avec leurs difficultés, avec le réel" et conduire à "des rébellions, des jacqueries".

"C'est la nature du pouvoir qui est en question, car il est générateur de violences", conclut Benoît Hamon, qui doit lancer samedi à Paris un nouveau mouvement politique. 

Nouvelle prise de distances avec le PS

Par ailleurs, Benoît Hamon a pris de nouveau ses distances avec le Parti socialiste, "un interlocuteur, j'allais dire parmi d'autres", a-t-il assuré.

"Nous, on ouvre un espace, après qui veut vient, mais il est nécessaire de sortir du huis clos socialiste pour que cent bourgeons fleurissent", a-t-il ajouté, avant de critiquer la posture du parti face à Emmanuel Macron.

"Quand le parti dit se situer dans l'opposition à Macron et laisse la porte ouverte à l'abstention sur le vote de la confiance au gouvernement, ce n'est pas clair", a-t-il jugé, en référence aux orientations votées au Conseil national du PS, le 24 juin. Une réunion à laquelle  Benoît Hamon était absent. 

"Aujourd'hui, mon engagement principal sera donc d'abord dans le Mouvement du 1er juillet", a-t-il affirmé.

 
71 commentaires - Emmanuel Macron, un "libéral-autoritaire" selon Benoît Hamon
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]