Déserts médicaux : "Quand tous les gens de ma génération seront partis en retraite, il n'y aura quasiment plus de médecins"

Déserts médicaux : "Quand tous les gens de ma génération seront partis en retraite, il n'y aura quasiment plus de médecins"©MATTHIEU MONDOLONI / RADIO FRANCE
A lire aussi

franceinfo, publié le vendredi 13 octobre 2017 à 14h05

Difficulté d'accès aux soins, pénurie de médecins... Des millions de Français souffrent au quotidien de la désertification médicale. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, en a fait un chantier prioritaire et dévoile, vendredi 13 octobre, son plan d'action. Dans certaines régions, l'urgence est palpable. C'est le cas de la commune nouvelle de Charny, dans l'Yonne, où s'est rendu franceinfo. Dans la très moderne maison de santé, ouverte il y a cinq ans, la salle d'attente et le carnet de rendez-vous ne désemplissent pas. Mais les bureaux des médecins, eux, se vident.

Dans cette localité de Bourgogne-Franche-Comté, il n'y a plus qu'un généraliste pour environ 3 000 habitants. Nous sommes dans ce qu'on appelle un désert médical. Et celui ici qui le traverse, désormais…

Lire la suite sur Franceinfo

 
9 commentaires - Déserts médicaux : "Quand tous les gens de ma génération seront partis en retraite, il n'y aura quasiment plus de médecins"
  • pas le moins du monde


    mais l Etat se désengageant pour faire plaisir aux copains du privé qui se sucrent allègrement

    tous les médecins iront vers la rentabilité comme ils le font actuellement à quelques exceptions et de plus sont soutenus par le bas peuple , pourquoi se gêner

    voir l augmentation du prix de la visite en sachant que 15 mn est la durée moyenne d une consultation

    la durée des études est similaire pour tout docteur quelque soit la spécialité et les médecins sont dans le peloton de têtes des salaires et pas du chômage

  • Nos politiques en appliquant un numerus clausus trop bas n'ont pas tenu compte du vieillissement de la population et de la féminisation de la médecine.
    La population augmente et les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses et sont des consommateurs de prestations médicales.
    il y a de plus en plus de femmes médecins qui, en général, ne veulent pas s'installer à la campagne. En plus ces femmes ont des enfants et dans les faits sont moins disponibles que les hommes.

  • En contrepartie d'une aide pour leurs études qu'on oblige les jeunes médecins à s'installer dans les zones rurales pour un temps donné, 5 ans me parait acceptable. S'ils ne font pas face à leurs engagements qu'ils remboursent cette aide avec une majoration en plus. Nous habitons une magnifique vallée aux pieds des montagnes et des grands col du tour de France. On y est encore en relative sécurité. Nos médecins vieillissent et ne trouvent pas de remplaçants. Notre hôpital est obligé de recruter à l'étranger, nos maisons médicales cherchent des volontaires pour remplir des cabinets vacants. Il y a du travail, un médecin et même plusieurs ne s'ennuieraient pas. Et qu'ils ne s'inquiètent pas, il y a une vie sociale en milieu rural loin des jungles des villes où des médecins peinent à se dégager un salaire décent car ils veulent tous aller sur la côte et sont agglutiner les uns sur les autres. Nous avons réussi à faire venir un dermatologue (italien) qui consulte à l’hôpital. En place depuis janvier, il est débordé. Avant même son arrivée son agenda était plein pour 6 mois.

  • créer un impôt solidaire, cela on sait bien faire ...... par exemple un fonds alimenté par
    2% du revenu brut de chaque médecin en exercice installé en ville de plus de 10000 habitants
    4% du revenu brut de chaque médecin en exercice installé en ville de plus de 30000 habitants
    6% du revenu brut de chaque médecin en exercice installé en ville de plus de 100000 habitants
    de 10% du revenu brut de chaque médecin en exercice installé en ville de plus de 500000 habitants
    pour aider, soutenir l'installation de confrères en milieu dit "défavorisé" mais en milieu naturel quand même !!!

  • Désert médicaux à tous les échelons de la profession : Les généralistes sont dépassés , les spécialistes pour certaines maladies :
    exemple :post polio trois en France : Montpellier , Paris , Lille ; il faut des mois pour un rdv , une nuit d'hotel , le voyage , sachant que les polios n'ont pas droit à un taxi , même problèmes pour les appareillages depuis les années 2000 , galère totale , une orthèse pas assez rentable , on vous fait faire une dizaine de voyages sans résultat , plus de contrôle le vie est pour eux mais pas pour nous !!!!!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]