Des migrants menacés d'expulsion au 8e jour d'une grève de la faim

Des migrants menacés d'expulsion au 8e jour d'une grève de la faim

Vue de la ville d'Embrun, dans les Hautes-Alpes, le 26 mai 2013

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 18 mai 2017 à 13h41

"Si je retourne dans mon pays, ils me tuent", dit le Soudanais Khalid qui entame jeudi, avec une vingtaine d'autres migrants hébergés à Embrun (Hautes-Alpes), son huitième jour de grève de la faim pour protester contre sa prochaine expulsion.

Âgés de 20 à 40 ans, venus du Soudan et de l'Érythrée et hébergés au centre d'accueil et d'orientation (CAO) d'Embrun, ils sont "susceptibles d'être renvoyés dans leur pays d'entrée de l'espace Schengen comme le prévoit le règlement européen Dublin III", explique Jean-Michel Flandrin, porte-parole de l'inter-collectif Migrants Alpins - qui regroupe une quinzaine d'associations et collectifs dans les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes et la Savoie.

"J'ai quitté le Soudan à cause de la guerre civile. Je ne voulais pas porter les armes. Je suis parti et considéré comme révolutionnaire aux yeux du gouvernement. Si je retourne dans mon pays, ils m'arrêtent et me tuent", confie à l'AFP Khalid, 33 ans, arrivé en octobre en France via l'Italie où il n'a pas déposé de demande d'asile. "Si j'y retourne, je serai renvoyé au Soudan."

"Un recours a été déposé devant le tribunal administratif de Marseille par France Terre d'asile et notre départ est suspendu", précise le Soudanais Adam, 42 ans, porte-parole des grévistes de la faim. Deux d'entre eux ont déjà leurs billets pour la Norvège et sept pour l'Italie, ajoute le doyen du groupe, arrivé en France en septembre.

Aucun n'a obtenu le droit de déposer une demande d'asile en France - procédure notamment "refusée à six Soudanais sur sept qui pouvaient demander l'asile", proteste Michel Rousseau, de l'association Tous Migrants à Briançon - et ils sont pessimistes sur leurs chances d'aboutir en Italie.

Un représentant de la préfecture a prévenu mercredi les migrants, indique Adam: "si vous n'arrêtez pas la grève de la faim, nous prendrons des décisions rapides. D'une façon ou d'une autre, la loi sera appliquée". Sollicitée, la préfecture n'a pas fait de commentaires, faisant valoir la période de réserve électorale.

L'inter-collectif a demandé dans une lettre au président de la République Emmanuel Macron "de faire cesser les demandes de transferts de +dublinés+ que la France a formulées auprès d'un Etat voisin (...) Cela permettrait aux migrants qui le souhaitent de déposer leur demande d'asile en France".

Plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées samedi devant la préfecture des Hautes-Alpes pour soutenir les grévistes de la faim.

 
27 commentaires - Des migrants menacés d'expulsion au 8e jour d'une grève de la faim
  • Un proverbe : "A beau mentir qui vient de loin"

  • Pourquoi faire la grève de la faim es ce que le chantage fera avancer leur dossier - il ne remplisse pas les critères pour être régularisés - la loi c'est la loi

  • Hélas il en arrive de plus en plus chaque jour, il faut prendre des mesures, elles existent déjà, il faut les appliquer. Que tous ces personnes qui les soutiennent n'ont qu'à les accueillir chez eux, les vêtir, les nourrir, leur donner de l'argent car c'est trop facile de demander aux autres de payer. Que ces gens si ils veulent faire une bonne action s'intéressent et viennent en aide aux jeunes qui dorment dans leurs voitures, à nos personnes âgées qui ne peuvent plus payer leur loyer, se nourrir etc... Hélas beaucoup de personnes qui ont travaillées, cotisées à différentes caisses toutes leur vie n'arrivent plus à vivre dignement dans notre pays. Je ne comprends pas lorsque je vois nombre de personnes soutenir ces migrants alors qu'ils ont un pays à défendre, à reconstruire etc...

    si on avait applqiué ces codes là, il n'y aurait pas de français d'origine italienne , polonaise, espagnole etc ..
    Les seuls migrants qui sont venus en utilsant la violence, ce sont mes ancetres, les barbares francs .
    Tiens , ce ne sont pas eux qui ont donné le nom à ce pseudo pays des droits de l'homme ?

    oui mais tous ses gens dont vous parler sont venu en France ,ont travaillé et ont vécu SANS AUCUNE AIDE DE L'ETAT
    (pas de SS ,pas de chomage , pas d'allocations etc...) les migrants ils viennent que pour toutes les aides de l'état
    maintenant on leur donne tout et ils ont plus d'argent que nous les pauvres retraités
    en plus ce n'étaient pas des gens qui avaient fait des horreurs dans leurs pays

    JOFRMETZ : Vous comparez ce qui n'est pas comparable: Les Italiens, Polonais et Espagnols sont de civilisation Européenne et Chrétiens , donc nous avons beaucoup de valeurs communes avec eux, de plus dans les années 30' notre société avait les moyens de les accueillir (logement, travail ).

  • macron va les garder les soigner aux frais des Français

    non je ne pense pas le FN va encore monter ce n'est pas son intérêt

    J'espère bien mon grand, il y a du fric en France, assez pour aider tout le monde. Il faut récupérer l'argent des riches fraudeurs détournés par milliards d'euros chaque année et les taxer. Et, tout rentrera dans l'ordre, le budget de la france sera même excédentaire.

    Les pays doivent se développer eux mêmes comme le font la Chine; la Corée...etc
    et ne pas chercher la solution chez les autres.

    laccentdumidi  (privé) -

    bien sur ! c est quoi le probléme les jeter tous a la porte d office ?

  • Quelles mesures compte prendre notre nouveau gouvernement contre tous ces demandeurs d'asile qui comptent sur notre bon coeur pour nous rouler dans la farine.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]